Aller au contenu principal

Carlos Ghosn : « Je n’avais pas d’autre choix que la fuite »

Ce mercredi 8 janvier, Carlos Ghosn, ex-patron de Renault-Nissan, a tenu à Beyrouth la première conférence de presse depuis son arrestation en 2018. Ghosn, qui est poursuivi au Japon pour malversation financière et pour corruption, a réussi la semaine dernière à s’évader au Liban, et ce malgré les conditions très strictes de sa liberté provisoire sous caution. Les détails de la fuite de l’ex-patron de Renault-Nissan de Tokyo restent encore très flous.

Par Nora Jaafar, Publié le 08/01/2020, mis à jour le 08/01/2020
Teaser Media

À Beyrouth, Carlos Ghosn a décidé de profiter de sa première sortie médiatique, depuis son arrestation en 2018, pour dénoncer le système juridique japonais et exposer les contours de son arrestation. Il a affirmé qu’il était victime d’un complot visant à l’évincer de la plus puissante alliance automobile du monde, rapporte Euronews. « Pour la première fois depuis le début de ce cauchemar, je peux me défendre et parler librement », a-t-il déclaré. Il a précisé que l’objectif de sa conférence n’était pas de raconter la façon dont il a fui le Japon. « Je ne peux pas parler de ma fuite, car si je le fais je vais exposer beaucoup de personnes à des problèmes. Un jour, peut-être, vous connaîtrez la réalité. Dans vingt ans, je pourrai peut-être confirmer ou infirmer ces informations ! », a-t-il expliqué, indique 20minutes. Il a souligné que sa sortie visait à blanchir son nom et d’expliquer pourquoi il « n’aurait jamais dû être arrêté en premier lieu ». Notons que Ghosn a été appréhendé il y a plus d’un an à Tokyo, où il est poursuivi pour malversations financières. Il a également été accusé d’avoir falsifié les montants de ses revenus pendant des années et d’avoir détourné 5 millions de dollars de l’argent de Nissan vers un concessionnaire automobile qu’il contrôlait.

Selon Bloomberg, depuis le début de cette affaire, l’ancien titan de l’industrie automobile a démenti tout acte répréhensible. Ce mercredi, il a critiqué le système de justice pénale du Japon, qui, selon lui, « viole les principes les plus fondamentaux de l’humanité ». Ghosn a affirmé que sa détention était le résultat d’un complot, dont le principal objectif était de le détrôner de la présidence de l’empire automobile qu’il avait construit avec Nissan (NSANF), Renault (RNLSY) et Mitsubishi Motors. « J’étais arrêté pour des revenus différés, qui n’avaient pas été décidés ni validés » par le conseil d’administration. En d’autres termes, Ghosn considère qu’il n’avait aucune obligation de déclarer les revenus incriminés. Selon lui, ce n’est « pas une affaire pénale, pas un délit non plus, et en aucun cas cela ne justifie une arrestation », souligne Le Figaro. La même source rapporte que Ghosn a révélé les noms des personnes impliquées dans cette affaire, notamment le PDG de Nissan de l’époque, Hiroto Saikawa, l’ancien responsable de la communication et des relations avec le gouvernement de Nissan, Hitoshi Kawaguchi, ainsi qu’un autre cadre de l’entreprise japonaise, Hidetoshi Imazu.

La chaine CNN indique que moins de 24 heures avant le début de cette conférence, l’équipe de défense de Ghosn a publié une déclaration fustigeant l’enquête de Nissan sur son ancien patron, affirmant qu’elle ne cherchait pas à révéler la vérité, mais qu’elle était plutôt « menée dans le but spécifique et prédéterminé de le faire tomber ». Ghosn, a pour sa part, dénoncé à Beyrouth une « collusion » entre Nissan et le procureur japonais. « La collusion entre Nissan et les procureurs est à tous les niveaux », a-t-il lancé. « Quand j’ai demandé à mes avocats (…) ils ont dit qu’ils craignaient que cinq ans s’écoulent peut-être au Japon avant que je n’obtienne un verdict », a-t-il ajouté. « Il n’y avait aucune chance que je sois traité équitablement. Imaginez que vous vous retrouvez dans une situation comme la mienne, où (...) vous avez 99,4 % de chances d’être inculpé », a expliqué Ghosn. Nissan, qui à ce jour refuse de commenter les allégations de son ancien patron, a confirmé qu’elle poursuivrait « une action en justice appropriée » contre Ghosn.

Rappelons que Ghosn a réussi à s’échapper du Japon malgré les conditions strictes de sa mise en liberté sous caution, notamment l’obligation de rester dans le pays. La ministre japonaise de la Justice, Masako Mori, a confirmé le dimanche 5 janvier qu’il avait quitté le pays « clandestinement par des méthodes illégales », rapporte Reuters. Elle a ordonné au ministère de l’Immigration de son pays de « renforcer davantage » les règles de sortie du territoire « afin que cette situation ne se reproduise pas ».

De son côté, le Liban a annoncé la semaine dernière que Ghosn était entré légalement dans le pays, rapporte L’Orient Le Jour. Le géant déchu de l’industrie automobile est citoyen de France, du Brésil et du Liban, précise la même source. Trois de ses passeports avaient été confisqués et détenus par son équipe de défense japonaise pour l’empêcher de fuir le pays. Mais Junichiro Hironaka, son avocat, a révélé le samedi dernier que son client avait un deuxième passeport français. Il a déclaré que le passeport en question était caché dans une boîte verrouillée, que seuls ses avocats y avaient accès.

Par ailleurs, interrogé sur la demande d’arrestation remise à son encontre au Liban par Interpol, Ghosn a répondu qu’on « peut combattre une notice rouge » d’Interpol. « Je ne me considère pas comme un prisonnier au Liban, je suis ravi d’être ici », a-t-il déclaré, expliquant être « prêt à rester sur le long terme au Liban », rapporte Le Parisien.

Enfin, frustrés par la fuite spectaculaire de Ghosn, les procureurs japonais ont émis le mardi 7 janvier un mandat d’arrêt contre sa femme, Carole Ghosn. Ces derniers l’accusent d’avoir présenté un faux témoignage lors d’une audience devant le tribunal remontant à avril 2019. Elle a assisté au côté de son mari à la conférence de presse de ce mercredi. Ghosn a fortement nié que les membres de sa famille auraient contribué à sa fuite et a conclu la conférence en disant : « Je n’avais pas d’autre choix que la fuite pour me protéger et protéger ma famille. Cette fuite était la décision la plus difficile de ma vie », rapporte Le Figaro.

G7 : un sommet pour reconstruire le monde

Le Royaume-Uni accueille à partir d'aujourd'hui le sommet du G7. Les dirigeants des grandes puissances mondiales ont donné vendredi le coup d'envoi de leur conclave ambitionnant de remettre le monde s...

Covid-19 : les USA promettent 500 millions de doses à Covax

Le gouvernement américain compte acheter 500 millions de doses du vaccin contre la Covid-19 de Pfizer pour en faire don au programme Covax, chargé d’assurer l’accès des pays pauvres aux vaccins et aux...

Dieselgate : Peugeot poursuivi par la justice française

Après Renault en mai et Volkswagen mardi 8 juin, c’est au tour de Peugeot d’être rattrapé par le scandale du Dieselgate. Accusé d’avoir trompé plusieurs clients sur les taux de produits polluants émis...

Comprendre l'histoire du génocide culturel des Ouïghours

Depuis le début des années 2010, la Chine mène une politique répressive contre les Ouïghours, une minorité musulmane vivant en grande majorité dans le Xinjiang, région autonome du Nord-Ouest du pays. ...

Biden s'envole pour l'Europe et réhabilite TikTok

Joe Biden s’est envolé mercredi pour le Royaume-Uni, première étape d’une tournée européenne, la première depuis son arrivée à la Maison-Blanche. Juste avant de quitter les USA, le président améric...

ONU : le Conseil de sécurité octroie à Guterres un deuxième mandat

Ce mardi 8 juin, lors d’une brève session à huis clos, le Conseil de sécurité, qui joue un rôle clé dans le processus de nomination du secrétaire général des Nations Unies (ONU), a unanimement recomma...