Aller au contenu principal

Enseignement préscolaire : Notre avenir n’attend pas !

Depuis quelques années, la communauté internationale a consacré une place de choix à l’éducation préscolaire en l’insérant dans les Objectifs de développement durable (ODD) des Nations-Unies. La cible 4.2 de l’agenda 2030 stipule que les pays s’engagent à « faire en sorte que toutes les filles et tous les garçons aient accès à des activités de développement et de soins de la petite enfance et à une éducation préscolaire de qualité qui les prépare à suivre un enseignement primaire ». Le Maroc a bien conscience de ses enjeux et a pris ses dispositions pour suivre ces recommandations.

Par Nora Jaafar, Publié le 20/12/2019, mis à jour le 30/12/2019
Teaser Media

Les recommandations pour l'éducation issues des Objectifs de développement durable (ODD) sont fondées sur plusieurs études qui montrent les avantages indéniables d’un apprentissage entamé à un jeune âge. En effet, les recherches s’accordent sur le fait que l’enseignement préscolaire constitue un facteur déterminant de l’efficacité et de l’équité des systèmes éducatifs, et par conséquent, la réduction de la pauvreté ainsi que l’amélioration de la productivité et de l’innovation.

 

Qu’en est-il alors de la situation de notre pays ? 

Au Maroc, le système éducatif connaît des changements non pas radicaux, mais graduels et progressifs. Le Ministère s’est inscrit dans une dynamique en jetant les bases d’un modèle éducatif propre au pays fondé essentiellement sur l’équité, la qualité et la promotion de l’individu et de la société.

 

La vision stratégique de la réforme 2015-2030 considère l’enseignement préscolaire comme étant la base essentielle de toute réforme éducative. Cette vision favorise l’équité et l’égalité des chances et facilite les parcours scolaires et de formation. Dans ce sens, la loi-cadre 51.17 relative au système d’éducation, de formation et de recherche scientifique a été consacrée à cette démarche. L’éducation préscolaire se trouve au cœur des préoccupations de cette législation en incitant à sa généralisation à tous les enfants âgés de 4 à 6 ans.

 

Ainsi, en juillet 2018, le Ministère a procédé au lancement du programme national pour le développement et la généralisation de l’enseignement préscolaire, sous le thème : « Notre avenir n’attend pas ». Un programme ambitieux dont la finalité est d’accorder à tous les enfants marocains, sans exception, la possibilité de s’épanouir et d’apprendre par le biais d’un enseignement préscolaire de qualité. Cela aurait un impact positif et déterminant pour la poursuite de leur parcours scolaire jusqu’à l’âge adulte. Plusieurs axes sont abordés par le programme qui vise notamment la généralisation d’un enseignement préscolaire de qualité à l’horizon de 2027-2028, son intégration dans l’enseignement primaire, et la mise à niveau de l’enseignement préscolaire traditionnel en accordant une attention particulière au milieu périurbain et rural. La formation et la professionnalisation du personnel de la petite enfance se trouvent également au cœur des objectifs tracés par le Ministère.

 

Quelles sont les réalisations du programme une année après son lancement ?

En examinant les indicateurs du Ministère, il s’avère clairement que l’avenir du programme s’annonce prometteur, les premiers résultats étant concluants. Dans ce cadre, force est de constater que l’année scolaire 2018-2019 a enregistré un progrès significatif en termes de nombre de bénéficiaires, en passant de 699 265 en 2017-2018, à environ 799 937 enfants en 2018-2019. Le nombre d’enfants nouvellement inscrits cette année a dépassé l’objectif initial de 100 000 enfants pour atteindre 100 672 nouveaux inscrits. Le taux de généralisation est donc passé de 49,60 %, à 55,76 %, dépassant l’objectif initial du programme, à savoir 54,70 %.

 

Un autre constat aussi important : le préscolaire marocain est en voie de modernisation. Cette année scolaire a connu un recul de la part de l’enseignement traditionnel contre une augmentation du préscolaire public, qui représente désormais 16 % contre 13 % au cours de l’année scolaire précédente. Également, 1468 salles de classe ont été réhabilitées et équipées dans les établissements d’enseignement public.

 

Des succès louables qui ont nécessité la mobilisation d’1.35 milliard de dirhams, et 2951 partenariats. Maintenant, le défi qui reste à relever est celui de la mobilisation de toutes les composantes de la société pour adhérer et participer davantage au développement et la généralisation d’un enseignement préscolaire de qualité dans notre pays, car notre avenir n’attend pas !

Le ministère de la Santé appelle les citoyens au respect des mesures de précaution

Le ministère de la Santé a appelé, samedi, les citoyennes et les citoyens au respect strict des mesures de précaution et préventives anti-Covid-19. À l’approche des vacances d’été et de la fin de l...

Officiel: pas de pèlerinage pour les Marocains cette année

C'est officiel, les Marocains sont privés de pèlerinage cette année. En effet, le pèlerinage de cette année sera limité aux Saoudiens et aux résidents du même pays. L'Arabie saoudite va autoriser 60.0...

Sûreté nationale : haro sur les dérives policières

Les Marocains peuvent s’enorgueillir de l’efficacité de leurs services sécuritaires. Le professionn...

Le test PCR n'est plus obligatoire pour les voyageurs en provenance de la liste A

Les conditions d'accès au Maroc à partir du 15 juin ont connu une légère modification. Pour les voyageurs arrivant de la liste A, le test PCR n'est plus exigé si la personne est vaccinée. Les voyageur...

Nos téléphones écoutent-t-ils nos conversations ?

Tout le monde a déjà été surpris de voir apparaître une publicité sur internet pour un produit dont il venait de parler. Ce constat laisse aussi place aux théories de complot, poussant ainsi la majori...

Enseignement préscolaire : les recommandations des députés

La Commission chargée de l’évaluation des politiques publiques à la Chambre des représentants a liv...