Aller au contenu principal

Rapport de la Cour des comptes: Akhannouch défend son plan Halieutis

Présent le mardi 19 novembre 2019 au parlement à Rabat pour répondre aux questions des députés, Aziz Akhannouch, ministre de l’Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural et des eaux de forêts, a critiqué la vision du président de la Cour des comptes, Driss Jettou, sur le plan Halieutis. Akhannouch déclare que ce plan « a réalisé plus de 80 % de ses objectifs » et a eu « un impact positif sur les travailleurs du secteur » et n’aurait donc « pas dû être critiqué ».

Par Mohamed Laabi, Publié le 21/11/2019 à 16:20, mis à jour le 30/12/2019 à 20:25
Teaser Media

Le rapport de la Cour des comptes, présenté au roi Mohammed VI en septembre dernier, continue de faire parler de lui. Interrogé à ce sujet par les députés au parlement, Aziz Akhannouch n’a pas mâché ses mots : « À ceux qui veulent politiser ce dossier et réfuter les réalisations du plan Halieutis, je leur dis que ce qui nous importe le plus ce sont les acteurs sur le terrain qui constatent une évolution de leur travail et de leur potentiel ainsi qu’une progression de leurs investissements. Nous regrettons cette récupération politique qui visait le ministre, mais qui sape un effort collectif de l’administration, des acteurs et des investisseurs », déclare Aziz Akhannouch avant de reconnaitre que le plan n’a pas atteint tous ses objectifs, mais a réussi à réaliser 80 % d’entre eux, rapporte le quotidien arabophone Assabah, dans son numéro du 21 novembre 2019.

 

Akhannouch a aussi tenu à adresser un message à ceux qui désirent politiser ce dossier et dénigrer les résultats du plan Halieutis. « Je leur dis que les acteurs sur le terrain notent bien comment leur travail, leur potentiel productif et leurs investissements ont augmenté, et il est malhonnête de ne pas apprécier tout le travail fait par l’administration, les autorités portuaires et les investisseurs du secteur », rapporte ce jeudi Hespress FR.

 

Stagnation de certains objectifs stratégiques

Selon les magistrats de la Cour des comptes, le plan Halieutis a eu un impact considérable sur le développement du secteur. Le PIB de la pêche a presque doublé en passant de 8,3 MMDH en 2007 à 15 MMDH en 2015, la production nationale a progressé de 3,75 % par an en volume, et de 8,70 % par an en valeur, sur la période 2009-2016. De même, les exportations ont quasiment doublé en valeur passant de 9,26 milliards en 2007 à 19,81 milliards en 2015, soit près de 64,5 % de l’objectif final du plan (30,71 milliards), rapporte Maroc Diplomatique.

 

Cependant, le rapport souligne que certains objectifs stratégiques n’ont pas atteint leurs objectifs et font état d’une « lenteur » déconcertante. En juillet 2016, sur 70 projets prévus, 25 seulement ont été achevés pour un montant total de 567,72 MDH, soit un taux de réalisation budgétaire de 12,75 %. D’un autre côté, seulement 39 % des plans d’action ont été achevés, 36 % sont partiellement réalisés et 25 % pas encore mis en œuvre.

 

Qu’est-ce que le plan Halieutis ?

Lancé par Sa Majesté le roi Mohammed VI en septembre 2009, le plan Halieutis avait pour objectif de réduire l’informel, d’augmenter le nombre d’emplois directs et indirects dans le secteur de la pêche maritime, de multiplier le chiffre d’affaires des exportations et de booster la consommation de poisson au Maroc.

 

Ce plan repose sur trois axes stratégiques : la durabilité (assurer la pérennité du secteur), la performance (mettre en place un mécanisme de contrôle de la qualité, afin de garantir, aux consommateurs, l’accès à des produits avec un haut niveau de sécurité sur les plans de l’hygiène et de la santé) et la compétitivité (proposer des produits compétitifs, en facilitant l’accès des industriels aux matières premières et en misant sur les marchés les plus porteurs).

Augmentation importante de la charge de compensation à fin mai

Dans une note récemment publiée, la Trésorerie générale du royaume (TGR) a indiqué, qu’à fin mai 2020, le montant de la charge de compensation s’élève à 6,3 milliards de DH (MMDH) au lieu de 3,07 MMDH...

Risques en finance : une histoire de casino ?

Les marchés financiers sont souvent comparés à des casinos. Ce parallèle a été fait pour la première fois par John Maynard Keynes et est encore aujourd’hui repris dans les médias. L’effet casino a une...

Finances publiques : un déficit budgétaire de 24,6 MMDH à fin mai

La situation des charges et ressources du Trésor dégage un déficit budgétaire de 24,6 milliards de DH (MMDH) pour les cinq premiers mois de cette année, contre un déficit de 23,3 MMDH à fin mai 2020. ...

Marché financier international : l'OCP lève avec succès 1,5 milliard de dollars

Dans un communiqué récemment publié, l’Office chérifien des phosphates (OCP) a annoncé avoir réuni une émission obligataire sur les marchés internationaux. Ainsi, conformément à l’autorisation de son ...

La Banque mondiale révise la croissance du Maroc à la hausse

La croissance du PIB du Maroc devrait atteindre 4,6% en 2021, selon les dernières projections de la Banque mondiale. «Au Maroc, la production devrait rebondir à 4,6% en 2021 sous l'effet de plusieu...

Innovation et entrepreneuriat : le CAM et l'UM6P partenaires

Le groupe Crédit Agricole du Maroc (CAM) et l'Université Mohammed VI Polytechnique (UM6P) ont signé, mercredi, deux conventions de partenariat pour développer l'innovation et l'entrepreneuriat au Maro...