Aller au contenu principal

La Tunisie se prépare pour un 2e tour présidentiel très controversé

Les Tunisiens vont se diriger vers les bureaux de vote le dimanche 13 octobre, pour élire un nouveau président, dans le cadre d'un scrutin que la presse locale qualifie de « catastrophique ».

Par Nora Jaafar, Publié le 11/10/2019 à 16:25, mis à jour le 30/12/2019 à 20:25
Teaser Media

Le second tour du scrutin présidentiel se joue entre Nabil Karoui, un magnat des médias libéral et populiste qui a été libéré quatre jours avant ce tour électoral et Kais Saïed, un conservateur et professeur spécialisé en droit constitutionnel. Les deux hommes, considérés comme des outsiders, ont éliminé 24 autres candidats lors du premier tour le mois dernier. Saïed a obtenu 18,4 % des voix, tandis que M. Karoui, qui dirige le parti de Qualb Tounes, en a obtenu 15,6 %.

 

Les élections en Tunisie ne devaient avoir lieu qu’en novembre, mais la disparition du président Beji Caid Essebsi a forcé un scrutin anticipé pour désigner un nouveau président dans les 90 jours suivant le décès comme l’exige la loi du pays. Mais ce que la Constitution et le pays n’envisageaient pas, c’était qu’un candidat accusé de corruption se présente aux élections, rapporte Al Chourouq, un quotidien tunisien.

 

Le candidat libéré de prison

Nabil Karoui n’a pas pu voter lors de la première élection parce qu’il était incarcéré, mais il a été libéré par une ordonnance de la cour d’appel, quatre jours avant le second tour. Sa libération, comme l’indique Assabah de Tunis, compliquerait sa demande d’appel si son rival remporte les élections.

 

Surnommé Nabil Makrouna (pâtes alimentaires) parce qu’il offre des dons pécuniaires et des sacs de nourriture par le biais de son association caritative. Il est considéré par ses partisans comme un homme d’affaires accompli dont la philanthropie est louée dans un pays où le coût de la vie et le chômage des jeunes sont en hausse. Il a fait de la lutte contre la pauvreté le thème central de sa campagne. Ses opposants l’ont toutefois accusé d’utiliser sa célèbre chaîne de télévision, Nessma, pour promouvoir ses ambitions politiques.


Karoui a été arrêté en août pour fraude fiscale et blanchiment d’argent peu avant le début de sa campagne. Ses partisans accusent les puissances du pays de conspiration pour écarter sa candidature, mais les autorités affirment que son arrestation était le résultat d’une enquête vieille de trois ans.

 

Le « Robot » indépendant

Kais Saïed, 61 ans, professeur de droit surnommé « le robot », a mené une campagne intelligente et complexe, et ce parce qu’il a refusé d’avoir recours à la publicité politique, pour asseoir son intégrité et son mépris pour la corruption, souligne Al Chourouq.

 

Au cours de la semaine précédant les élections, il a annoncé qu’il ne ferait pas campagne pour ne pas léser son adversaire incarcéré. En tant que professeur de droit, il sait que la détention de Karoui a limité sa capacité d’approcher les électeurs, un point qui pourrait être soulevé au tribunal si le candidat Qalb Tounes perd l’élection, souligne la même source. Et d’ajouter : « c’est également un point que les Tunisiens n’ont pas perdu de vue, car ils estiment qu’il s’agit d’une mesure intelligente qui, à elle seule, constitue une stratégie électorale ».

 

De plus, Saïed a promis des réformes législatives, proposant des changements aux élections locales qui désignent des représentants régionaux. Lors d’une interview accordée à un journal local, il a accusé les puissances étrangères d’encourager l’homosexualité dans son pays. Il est favorable au retour de la peine de mort, suspendue depuis 1994 en Tunisie, et a déclaré que s’il gagne, sa femme n’aura pas le titre de première dame du pays.


Défis à relever

 

Le candidat retenu sera nommé pour un mandat de cinq ans et sera en charge de la défense, de la politique étrangère et de la sécurité nationale. L’un des principaux défis qui l’attendent est le taux de chômage d’environ 15,4 % de la population en âge de travailler, comme le souligne le Groupe de la Banque africaine de développement.

 

Par ailleurs, la Banque mondiale a décrit la Tunisie comme un « pays de contrastes », affirmant que son économie et sa transition politique n’évoluent pas à la même vitesse. Elle a toutefois noté que les chiffres officiels montrent que le taux de pauvreté dans le pays en 2015 (15,2 %) était nettement inférieur à celui enregistré en 2010 (20,5 %) avant la révolution.

 

En outre, indique Assabah, les Tunisiens ont le sentiment d’avoir mûri en tant qu’électeurs. Pour eux, ce que la scène internationale qualifie de « gâchis », traduit une transformation démocratique profonde, dans un pays qui est encore en phase de transition. « Je pense que nous sommes arrivés à un point où aucun individu ni aucun parti n’a un pouvoir absolu. C’est essentiel ! », confie un électeur.

 

La même source ajoute que depuis le premier tour du scrutin présidentiel jusqu’aux élections législatives de ce week-end, la réalité qui transparaît à travers les jours économiques les plus sombres de la Tunisie est que le peuple s’insurge contre les politiques. En effet, les grands partis tunisiens ont perdu un pourcentage non négligeable de sièges au parlement et leur rhétorique résolument contradictoire pourrait les paralyser davantage, déplore le média.

Le Malawi prévoit d’ouvrir un consulat à Laâyoune

Ce mardi 27 juillet, Eisenhower Nduwa Saxon Mkaka, ministre Malawi des Affaires étrangères, a annoncé, lors d’un point de presse avec son homologue marocain Nasser Bourita, la décision de son pays d’o...

L’UE cherche à maintenir de bonnes relations avec le Maroc

L’Union européenne (UE) considère le Maroc comme un partenaire régional essentiel, notamment au niv...

L’assistant d’Anthony Blinken attendu au Maroc

Joey Hood, secrétaire d’État adjoint américain par intérim aux Affaires du Proche-Orient, devrait arriver au Maroc dans les prochains jours. Selon un communiqué publié sur le site du Pentagone, l’assi...

Heurts en Tunisie et confinement en Algérie

Dans ce podcast, Medi1 fait un tour d’horizon sur l’actualité de ce début de semaine, notamment en Tunisie et en Algérie. La décision du Président Kais Said de renvoyer son Premier ministre et geler l...

L’affaire Pegasus vise à déstabiliser le Maroc, selon Chakib Benmoussa

L’affaire Pegasus continue de faire couler beaucoup d’encre au Maroc comme à l’étranger. Chakib Ben...

Gestion de l'eau : l’heure de vérité a sonné

En cette période estivale et avec les épisodes caniculaires successifs, le problème de la gestion d...