Aller au contenu principal

Pugilat et scandale au PPS

Le quotidien arabophone Al Akhbar est revenu, dans son édition du mardi 8 octobre 2019, sur les incidents qui ont bouleversé la réunion du bureau central du PPS, le vendredi 4 octobre.

Par Mohamed Laabi, Publié le 07/10/2019 à 16:53, mis à jour le 30/12/2019 à 20:25
Teaser Media

Des incidents, violence physique et verbale, ont éclaté lors de la réunion du bureau central du PPS de vendredi dernier. Les opposants au retrait du gouvernement, avec à leur tête le ministre de la Santé Anas Doukkali, reprochent au secrétaire général du parti, Nabil Benabdellah, un manque de transparence. Ces derniers estiment que les votes ont été truqués et n'ont pas pris en considération la totalité des membres du comité central qui souhaitaient le maintien du PPS dans le gouvernement actuel, cite Al Akhbar, notant qu'une partie de ses membres n'a pas pu accéder à la salle.

 

 

La même source souligne que Benabdellah se dirigera vers le comité de surveillance politique et d’arbitrage pour dénoncer les actes de certaines personnalités au sein du parti, dont Doukkali. Devant la presse, le secrétaire général du PPS s’est excusé pour ces incidents « qui ne représentent en rien les valeurs de ce parti ».

 

Le quotidien Al Massae a précisé dans son édition du lundi 7 octobre que sur les 274 membres du comité central du PPS, 234 ont voté pour le retrait et 34 membres ont voté contre. 6 membres, dont Said Fekkak, chef du cabinet du ministre de la Santé Doukkali, se sont abstenus de voter.

 

« PPS: insultes et bagarres lors d’une réunion houleuse », titre Al Ahdath Al Maghribia dans son édition du 7 octobre. Le quotidien arabophone rapporte que Benabdellah a présenté un rapport détaillé sur les raisons qui ont poussé son parti à quitter le gouvernement. Le « poids et la valeur du PPS ne correspondent pas à ce qui a été proposé par le gouvernement », estime-t-il, ajoutant que son parti n’a pas apprécié que deux portefeuilles leur soient enlevés à savoir la santé et l’habitat.

 

Charafat Afailal tire à boulets rouges sur Doukkali 

Invitée par « Medias24 » à commenter les regrettables incidents du vendredi dernier, Charafat Afailal a expliqué les circonstances de sa réaction face à Doukkali : 

 

« Quand nous sommes passés au vote, les vois pour notre retrait du gouvernement ont été nombreuses, mais cela n’a pas empêché Doukkali de refuser violemment cette décision unanime. Sachant qu’il n’a rejoint le PPS qu’en 2010, je pense qu’il n’a pas compris les règles du jeu politique qui veulent qu’un parti puisse passer de la majorité à l’opposition et vice versa », déclare Afailal.

 

L’ex-ministre s’exprime sans langue de bois : « J’ai été ministre pendant 5 ans et ce n’était pas la fin du monde quand j’ai dû le quitter. Nous ne sommes pas au gouvernement pour les postes, mais plutôt pour servir les intérêts du pays. N’ayant pas vécu la longue période d’opposition voire d’interdiction de notre parti, Doukkali a cru que notre participation au gouvernement était éternelle. Furieux, il a voulu influencer le déroulement du vote du comité central en poussant une poignée de jeunes à protester ».

Enseignants contractuels : prochaine affiliation à la CMR

Bonne nouvelle pour les enseignants contractuels. Le gouvernement a répondu favorablement à l'une de leurs revendications, à savoir l'affiliation à la Caisse marocaine des retraites (CMR). Le Conse...

Diplomatie : le Maroc toujours en froid avec l’Espagne et l’Allemagne

Bien qu’invité par Joe Biden, président américain, au deuxième sommet de Berlin sur la Libye, le Ma...

Élections 2021 : comment expliquer le nomadisme des députés ?

À l’approche de l’échéance électorale, certains députés choisissent de changer de formation politiq...

Démarrage du 2e sommet de Berlin sur la Libye

Invité par le président américain, Joe Biden, le Maroc pourrait participer ce mercredi 23 juin au d...

Opération Marhaba : une subvention de 4,5 milliards de DH de l'État

Le Chef du gouvernement Saad Dine El Otmani s’est rendu ce mardi après-midi au Parlement pour prend...

Sahara : quelles perspectives 6 mois après la reconnaissance américaine ?

Ce mois de juin marque le sixième mois après la signature de la proclamation américaine reconnaissant la marocanité du Sahara et qui a été élaborée par l’administration Donald Trump. Depuis, le Maroc ...