Aller au contenu principal

La DGSN crée des unités dédiées aux femmes victimes de violences

La Direction générale de la sécurité nationale (DGSN) a mis en place des unités de soutien dédiées aux femmes et aux filles victimes de violences au Maroc.

Par Nora Jaafar, Publié le 27/09/2019 à 10:46, mis à jour le 30/12/2019 à 20:25
Teaser Media

Ces unités, qui feront partie des administrations de la DGSN, s’efforceront de fournir une assistance psychologique aux victimes. Cette mesure a été annoncée le jeudi 26 septembre à l’Institut de la Police Royale de Kenitra. L’organisme de sécurité marocain a souligné que cette initiative s’inscrit dans le cadre de l’application de la loi 103-13 contre la discrimination sexuelle.

 

Cette mesure, indique la MAP, vise à « tirer parti du succès des unités d’accueil créées en 2007 au niveau des services de police judiciaire pour accompagner les Marocaines brutalisées ». La DGSN a présenté ses nouvelles unités de soutien lors d’une « journée d’étude » parrainée par le Canada, sur la coordination intersectorielle des soins aux femmes et aux victimes de violence. « L’étude a été marquée par la présentation des nouvelles dispositions de la loi 103-13 ainsi que par la mise en place de cellules de soutien dédiées aux femmes et aux filles victimes de violence », a indiqué la MAP.

 

Le Maroc a promulgué la loi 103-13 en septembre 2018 pour criminaliser le harcèlement sexuel, les agressions dans les espaces publics et la cybercriminalité. Les féministes et les militantes soutiennent depuis longtemps que cette loi comporte des lacunes.

 

Face à l’augmentation des signalements de viols et de violences contre les femmes, le gouvernement marocain a exhorté ces dernières à se manifester et à dénoncer ces crimes.

 

Par ailleurs, en juillet, la ministre marocaine de la Famille, de la Solidarité, de l’Égalité et du Développement social, Bassima Hakkawi, a dévoilé une étude menée par le gouvernement, selon laquelle 93,4 % des victimes de violences sexuelles ne se tournent pas vers les autorités. Les données recueillies entre janvier et mars 2019 ont démontré que 54,4 % des femmes avaient subi des abus sexistes. L’enquête a également indiqué que les femmes âgées de 25 à 29 ans sont les plus souvent exposées à ce genre de brutalités et que 12,4 % d’entre elles ont été victimes d’agressions sexuelles dans des lieux publics au cours des douze derniers mois.

CESE : les lacunes de la stratégie de mobilité durable du Maroc

Dans une note publiée le 21 septembre, le Conseil économique, social et environnemental (CESE) a abordé les différents problèmes que connait le Maroc en termes de mobilité durable. En raison d’un manq...

Covid-19 : le Maroc s'approche de son objectif d’immunité collective

Autorisée au début de ce mois par le Comité scientifique et technique de vaccination, l’administrat...

La méritocratie scolaire existe-t-elle dans la société moderne ?

La méritocratie renvoie au principe qu’une société juste est une société qui octroie à chacun la place qu’il mérite. Cette place est octroyée en fonction des efforts et des talents, plutôt qu’une plac...

Affaire Khadija : le verdict est tombé

Plus de trois ans après les faits, la chambre criminelle près la Cour d’appel de Béni Mellal a rendu son verdict contre les accusés dans "l’affaire Khadija". La sentence prononcée mardi 21 septembr...

Mort de Abdelouahab Belfqih : une enquête a été ouverte par le tribunal de Guelmim

Le procureur du Roi près la Cour d’appel de Guelmim a annoncé l’ouverture d’une enquête sur la mort d’Abdelouahab Belfqih, ex-membre du Parti authenticité et modernité (PAM). L’homme politique a été r...

Cellule terroriste à Errachidia : quatre nouvelles arrestations

En coordination étroite avec les éléments de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN), le Bureau central d’investigations judiciaires (BCIJ), relevant de la Direction générale de la surveil...