Aller au contenu principal

Le coût énorme de la non-adaptation au changement climatique

Le réchauffement climatique a transformé la vie de millions de personnes. Le monde doit s’adapter s’il souhaite éviter les grandes catastrophes à venir. « Les gouvernements et les entreprises doivent repenser radicalement la manière dont ils prennent leurs décisions », a déclaré Ban Ki-moon lors d’une conférence de presse ce lundi. « Nous avons besoin d’une révolution dans la compréhension, la planification et le financement qui rende visible le risque climatique ».

Par Khansaa Bahra, Publié le 16/09/2019 à 16:51, mis à jour le 30/12/2019 à 20:25
Teaser Media

Dans un nouveau rapport, la Commission globale sur l’Adaptation, un groupe de 34 membres, dirigé par le fondateur de Microsoft Corp, Bill Gates, l’ancien secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, et la directrice générale de la Banque mondiale, Kristalina Georgieva, a conclu que le monde doit investir 1 800 milliards de dollars d’ici 2030 pour se préparer aux effets du réchauffement climatique.

 

Selon le même rapport, intitulé « S’adapter maintenant, un appel global pour un leadership sur la résilience climatique », le gain pourrait être quatre fois plus élevé.

 

En effet, un investissement de 1 800 milliards de dollars d’ici 2030 distribués sur cinq catégories : les systèmes d’alerte météorologique, les infrastructures, l’agriculture sur terre sèche, la protection des mangroves et la gestion de l’eau génèreraient près de 7,1 billions de dollars.

 

« Nous sommes dans l’urgence, nous avons besoin d’efficacité à grande échelle », peut-on lire. « La bonne nouvelle, c’est que si elle est bien menée, une politique d’adaptation mènera à un meilleur développement et à une croissance plus durale. Cela protègera la nature, réduira les inégalités et créera des opportunités ».

 

Les propositions de la Commission traitent de nombreuses catégories de risques climatiques et expliquent comment différentes régions géographiques seront individuellement affectées.

 

Remplacer les combustibles fossiles par des énergies renouvelables partout dans le monde contribuera à ralentir le réchauffement climatique. Mais la meilleure façon de s’adapter à ses conséquences dépend du lieu de résidence.

 

« Il n’existe pas de mesure unique applicable sur tous les secteurs et tous les pays », écrivent les auteurs. « De nombreux risques climatiques sont locaux, les prix et les risques varient d’un endroit à l’autre ».

Voici comment se rendre en Grèce depuis le Maroc

En 2020, très peu de vacanciers se sont risqués à voyager hors de leurs frontières pour les vacances d’été. Un an plus tard, alors que les campagnes de vaccination vont bon train, les pays européens s...

Santé : des agences régionales remplaceront les directions régionales

Dans son édition de ce jeudi 17 juin, le journal arabophone Al-Akhbar rapporte que Khalid Aït Taleb, ministre de la Santé, envisage de limoger tous les directeurs régionaux de la santé. Cette démarche...

En 20 ans, Wikipédia a révolutionné la diffusion du savoir

Une encyclopédie est un ouvrage qui tente de synthétiser les connaissances à un moment précis. Avant l’ère d’internet, ces fameuses encyclopédies faisaient parfois plusieurs volumes et coûtait une for...

Covid-19 : attention à la hausse des cas de contamination

Alors que le Maroc risque de voir sa campagne nationale de vaccination contre la Covid-19 suspendue...

Marhaba : première traversée Sète-Tanger Med

Ce mercredi soir, un bateau a quitté le port de Sète dans le sud-est de la France dans le cadre de l’opération Marhaba 2021, lancée suite aux instructions royales concernant l’accueil des Marocains ré...

RAM : lancement imminent de vols additionnels en provenance de huit villes européennes

Dans un message publié ce jeudi 17 juin sur son compte Twitter, la compagnie aérienne nationale Royal Air Maroc (RAM) a annoncé «le lancement imminent de vols additionnels» en provenance de huit ville...