Aller au contenu principal

Comment le « Capitaine » Salvini a conduit son navire au précipice ?

Par Nora Jaafar, Publié le 04/09/2019 à 12:23, mis à jour le 30/12/2019 à 20:25
Teaser Media

Lors d’une réunion à huis clos le 6 août dernier, les conseillers de Matteo Salvini ont dit au politicien populiste italien qu’il était piégé dans un gouvernement de coalition improductif et devrait le faire tomber.

 

Le lendemain, Salvini a déclaré au Premier ministre Giuseppe Conte qu’il retirait son parti de la Ligue de son alliance au pouvoir avec le Mouvement 5 étoiles, espérant déclencher une élection qui le ramènerait au pouvoir en tant que leader d’un nouveau gouvernement.

 

Le leader eurosceptique de la Ligue, très populaire dans les sondages d’opinion grâce à sa position ferme sur l’immigration, venait de commettre une grave erreur.

 

Le plan de Salvini reposait sur deux principes clés : que Conte démissionne rapidement et que le 5 étoiles et le Parti démocratique de l’opposition ne sont pas en mesure de dissimuler leur profonde hostilité mutuelle pour joindre leurs forces contre lui, ont indiqué cinq sources, dont Claudio Borghi, directeur économique de la Ligue à Reuters.

 

Mais Salvini a eu tort sur les deux points.

 

L’homme politique italien autrefois prédominant, surnommé « Le Capitaine » par ses partisans, est aujourd’hui marginalisé par l’opposition, il est devenu un simple spectateur alors que le 5 étoiles et le Parti démocratique (PD) de centre-gauche forment un gouvernement sans lui.

 

Maître de la galvanisation des masses par sa rhétorique enflammée et son savoir-faire en matière de réseaux sociaux, Salvini a connu un revers de fortune spectaculaire qui montre qu’il ne maîtrisait pas les manœuvres politiques dans les coulisses du gouvernement à Rome.

 

Malgré l’expérience accablante de cet été, Salvini demeure une force politique puissante et pourrait être de retour — surtout si un nouveau gouvernement 5 étoiles/PD s’avère être de courte durée.

Maroc-Espagne : des migrants clandestins marocains encore à Sebta

3.000 migrants clandestins marocains, dont 830 mineurs, sont encore sur le "territoire espagnol", et ce un mois après la crise migratoire de Sebta. C’est ce qu’a affirmé Juan Vivas, chef du gouverneme...

Un dîner en l'honneur de la délégation du Hamas

Dans son journal télévisé arabophone de 21h, la première chaine de télévision marocaine a révélé que le roi Mohammed VI a offert un dîner en l’honneur d’Ismail Haniyeh, le chef du Hamas. Ce dernier, a...

Élections 2021 : une commission de suivi créée

Sur instructions royales, la commission centrale chargée du suivi des élections a été créée ce mard...

Résolution du conflit israélo-palestinien : le rôle significatif du Maroc

Convié par le Parti de la justice et du développement (PJD), Ismail Haniyeh, chef du mouvement pale...

Le Conseil de coopération du Golfe exprime son soutien au Maroc

Ce mercredi 16 juin à Riyad, le conseil ministériel du Conseil de coopération du Golfe (CCG) a tenu sa 148e session. À l’issue de cette réunion, le CCG a publié un communiqué dans lequel il souligne l...

Arrivée du chef du mouvement Hamas au Maroc

Une première. Ce mercredi 16 juin à Rabat, Saad Dine El Otmani, chef du gouvernement, ainsi que d’autres politiciens marocains ont reçu Ismail Haniyeh, le chef du Hamas. Ce dernier, accompagné par une...