Aller au contenu principal

Rentrée scolaire : Toujours plus chère pour les parents

Ces dernières années, le rapprochement entre la fête religieuse Aïd Al Adha et la rentrée scolaire met une pression énorme sur le budget des ménages. Sur un mois, ces deux événements concentrent 3/4 des dépenses des ménages ayant des enfants scolarisés, selon une étude du HCP. Cette situation oblige certains parents à faire des arbitrages. Avec les nombreuses critiques autour de l’enseignement public, plusieurs parents consentent des efforts importants pour inscrire leurs enfants dans le privé. En dix ans (2009-2018), les prix dans l’enseignement ont augmenté de 39 %, trois fois plus vite que l’inflation !

Par J.R.Y, Publié le 02/09/2019 à 15:33, mis à jour le 30/12/2019 à 20:25
Teaser Media

Deux semaines après l’Aïd al Adha, les ménages ayant des enfants scolarisés doivent déjà financer la rentrée scolaire. Cela fait déjà quelques années que les deux événements sont très proches. Cette double dépense sur une période rapprochée pèse sur le budget des ménages. Pour les 20 % les moins aisés, le total de cette double dépense dépasserait 78 % de leur dépense moyenne totale sur un mois, selon une étude du HCP. Cette situation oblige de nombreux parents à s’endetter (crédit à la consommation notamment) pour faire face à ces charges. En cas d’arbitrage, la rentrée scolaire passe avant le reste. Au passage, le sacrifice du mouton n’est plus répandu comme avant, surtout en milieu urbain. Même si cela n’a pas de lien direct avec l’augmentation des frais de scolarité.

 

Priorité à l’éducation de qualité

Pour les parents, les sacrifices sont de plus en plus importants. Face aux lacunes dans l’enseignement public, les parents qui ont un peu de moyens se tournent vers le privé. Sauf que chaque année, l’effort est encore plus lourd. En dix ans (2009-2018), les prix dans l’enseignement ont augmenté de 39 %, soit trois plus vite que l’inflation. En moyenne annuelle, les frais d’inscription ont progressé de l’ordre de 5 % ces dernières années alors que les frais de scolarisation, eux, progressent à plus de 3 %. L’éducation des enfants est devenue un poste budgétivore qui écrase de nombreuses familles.

 

Un budget en constante augmentation

Il y a quatre ans, la dépense moyenne mensuelle moyenne pour un ménage avec des enfants scolarisés était évaluée à 1 751 DH par le HCP et 844 DH par enfant. La dépense varie en fonction du lieu de résidence puisqu’elle est de 443 DH par enfant en milieu rural et 1 093 DH en ville. Ces moyennes ont bien augmenté depuis. La revalorisation de l’allocation familiale va donner une légère marge de manœuvre aux bénéficiaires. Elle passe de 200 à 300 DH par enfant dans la limite de 3 enfants et sera servi ce mois. Plus de 1,1 million d’assurés à la CNSS vont en bénéficier.

PLF 2022 : comme un vent d'optimisme

Lors de sa rencontre, ce mercredi avec les Commissions des finances des deux Chambres du Parlement,...

Ce qu’il faut retenir du Conseil d’Administration de la CGEM

Ce mercredi 28 juillet, à la veille des élections de la Chambre des conseillers, la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) a tenu son Conseil d’Administration (CA) et une réunion du Co...

M. Benchaâboun présente le cadre général de la loi de Finances 2022

Mohamed Benchaâboun, ministre de l’Économie, des Finances et de la Réforme de l’Administration, a p...

Renouvèlement des accords entre Renault et le Maroc

Ce mardi 27 juillet, le groupe Renault Maroc a annoncé la signature du renouvèlement de ses accords avec le Maroc sur la période 2021-2030. Cette convention, paraphée dans le cadre du plan d’accélérat...

Le projet de loi de Finances 2022 au centre des débats

Le ministre de l’Économie, des Finances et de la Réforme de l’administration, Mohamed Benchaâboun, ...

L’État cède 35% de Marsa Maroc à Tanger Med

Dans un communiqué publié ce mardi 27 juillet, Marsa Maroc a annoncé que l’État procèdera à la cession au profit du groupe Tanger Med, d’une participation stratégique à hauteur de 35% du capital socia...