Aller au contenu principal

Subventions : Le sucre et le gaz butane épargnés pour l’instant

La charge de compensation s’est établie à 13 milliards de DH en 2018 et l’État a budgétisé 18 milliards de DH pour 2019. Atteignant 50 milliards auparavant, l’État a supprimé la subvention des produits pétroliers liquides qui pesait lourd dans la balance. Les subventions accordées au gaz butane et au sucre sont plus délicates à mener à cause du risque social que cela comporte, mais leur généralisation est prévue d’ici 2024. À ce moment, le système des subventions sera réaménagé avec des aides directes qui seront accordées aux ménages les plus démunis.

Par Arnaud B., Publié le 19/07/2019, mis à jour le 30/12/2019
Teaser Media

L’État s’est enlevé une épine du pied en 2014 en supprimant les subventions accordées aux carburants. Ces subventions pesaient en partie sur les finances publiques. Les quatre années précédant la libéralisation des prix, la compensation des produits pétroliers liquides coûtait en moyenne 25 milliards de DH au budget de l’État, en raison notamment de la flambée du prix du pétrole. Il fluctuait à un moment autour de 120 dollars le baril. Justement, la chute des cours a été propice pour faire passer la pilule.

 

Au tour du gaz et du sucre

Si l’État a « réglé » le problème des produits pétroliers liquides, il n’est en revanche pas allé au bout de la réforme de la compensation. Les aides sur le prix du gaz butane coûtent en moyenne 11 milliards de DH par an depuis 2010 et celles pour soutenir le prix du sucre s’élèvent à 3,2 milliards de DH l’an. Mais, la réforme de la subvention de ces deux produits est plus délicate que celle des produits pétroliers liquides à cause du risque social que cela comporte.

Hors subvention, le prix réel d’une bouteille de gaz serait deux fois plus important (il est actuellement commercialisé à 40 DH), sachant que les cours à l’international ont baissé ces dernières années. En 2012 par exemple, le montant pris en charge par l’État sur chaque bouteille a atteint 90 DH. Le problème c’est que ces subventions profitent de manière équitable à tout le monde alors qu’elles sont censées bénéficier aux couches les plus vulnérables de la population.

 

Le problème de l’équité sociale

Il y aura bien une réforme de la subvention des prix du gaz butane et du sucre, mais, elle sera déployée après la mise en œuvre des Registres nationaux de la population (RNP) et social unique (RSU). Ils vont permettre de renforcer la capacité de ciblage des catégories vulnérables et des pauvres.

Les deux registres seront lancés en phase pilote dans la région de Rabat-Salé-Kénitra avant leur généralisation à toutes les provinces et préfectures du Maroc d’ici 2024. À ce moment, le système des subventions sera réaménagé avec des aides directes qui seront accordées aux ménages les plus démunis.

 

Dans son dernier rapport sur le Maroc, le FMI a de nouveau insisté sur la nécessité de renforcer lien social, de réduire les inégalités en travaillant sur une croissance plus inclusive. La classe moyenne a été confrontée à la réduction des subventions, à la hausse des coûts de la propriété et à des alternatives coûteuses aux services publics (éducation, transports et faible couverture sanitaire), ont relevé les équipes du FMI. La classe moyenne inférieure est particulièrement vulnérable. D’où la nécessité de renforcer entre autres l’environnement des entreprises et les opportunités pour les entrepreneurs et les PME, améliorer l’équité et la justice fiscale et les politiques de transfert.

Oppo Reno5 officiellement lancé au Maroc

Comme nous vous l'annoncions il y a quelques jours, la marque Oppo s'apprêtait à lancer le Reno5 sur le marché marocain. Ce mercredi 3 mars 2021, c'est chose faite. Le dernier né de la série R...

Crédit du Maroc : des résultats 2020 en baisse

Le résultat net part du groupe (RNPG) de Crédit du Maroc (CDM) s'est établi à 190,3 millions de dirhams (MDH) au titre de l'année écoulée, en baisse de 62,6% par rapport à 2019. Le résultat brut d'...

La TVA, principale composante qui influence le secteur informel

Ce mardi 2 mars, le Haut-Commissariat au Plan (HCP) a publié son étude intitulée "Le secteur informel au Maroc : principales caractéristiques et tendances d’évolution". Dans ce rapport, le HCP a révél...

Le nouveau Peugeot 3008 hybride bientôt au Maroc

Sopriam mise sur le nouveau SUV Peugeot 3008 pour se lancer dans le segment des véhicules hybrides au Maroc. Le concessionnaire va bientôt importer deux motorisations hybrides rechargeables du SUV fab...

Allègement du déficit commercial à fin janvier

Dans un communiqué publié ce mardi 2 mars, l’Office des changes a révélé qu’à fin janvier 2021, le déficit commercial du Maroc s’est établi à 11,06 milliards de DH (MMDH). Ainsi, il a enregistré un al...

Le Maroc ferme ses frontières à l'Italie et à la Belgique

Le Maroc ferme ce lundi son espace aérien à l'Italie et à la Belgique, cela porte le nombre de pays auxquels l’espace aérien marocain est fermé depuis la mi-décembre. En effet, avant l'Itali...