Surcharge de travail

Temps de lecture : 5 minutes


Burn-out : a-t-on pensé à la santé mentale de l’employé ?

Temps de lecture : 5 minutes

Catégorie Société , Gros plan

Temps de lecture : 5 minutes

##Le burn-out ou le syndrome d’épuisement professionnel sont les termes utilisés pour décrire l’état de surcharge mentale que subissent les employés. Épuisement, stress, détresse, manque de motivation… Cette terminologie fait aujourd’hui partie du quotidien commun dans le monde professionnel. Au Maroc, le Code du travail ne stipule dans aucun de ses articles la protection de l’employé en cas de burn-out.

Temps de lecture : 5 minutes

Le burn-out n’est pas une condition médicale ou une maladie mentale, selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). Il est défini dans la Classification internationale des maladies (CIM-11) comme un épuisement professionnel lié principalement au stress chronique au travail, qui n’a pas été correctement géré. Il se caractérise surtout par des « sentiments d’épuisement d’énergie », « sentiments de négativisme ou cynisme liés au travail », « une distance mentale par rapport au travail » et « une efficacité professionnelle réduite ».



Concrètement, selon Laarabi Boutbouqalt, psychologue clinicien et psychothérapeute, le burn-out commence par une fatigue qui s’intensifie et qui devient chronique par la suite. Il se caractérise aussi par une sensation de fatigue psychique, physique et émotionnelle et un surmenage même en temps de repos.



 



Burn-out : un phénomène plus complexe qu’on le pense



Il est difficile pour les personnes atteintes de ce syndrome de prendre du recul face à leur situation et d’agir correctement pour ne pas se noyer encore plus dans la détresse, précise Laarabi Boutbouqalt. «Les personnes en « burned-out » ont besoin d’un accompagnement et d’un suivi psychologiques pour arriver à gérer leurs émotions et à prévenir contre de futures complications, notamment une dépression».



Il ajoute : «par exemple, sur un plan psychothérapeutique, la thérapie cognitive et comportementale et l’apprentissage des techniques pour bien gérer ses émotions et son stress s’avèrent plus pertinents. Mais, il faut noter également que la prévention s’organise, à la fois, au niveau individuel et au sein de l’entreprise». 



Il souligne également que les entreprises ont un rôle colossal dans la prévention de ce syndrome. Le burn-out est lié à l’environnement de travail et ses dysfonctionnements en premier lieu. Pour y remédier, il faut établir une culture de travail saine, qui valorise l’humain et qui reconnait ses efforts au sein de l’entreprise.



 



Le «tabou» de la santé mentale



Comme le reste des complications liées à la santé mentale, le burn-out est encore un sujet peu visible au Maroc. Et comme la majorité des employés, Hajar. B a souffert en silence pendant plusieurs mois du syndrome d’épuisement professionnel. Elle s’est auto-diagnostiquée via les tests qu’elle trouve sur internet pour comprendre son mal-être quotidien, mais en vain. «J’avais du mal à m’endormir la nuit et je me sentais stressée tout le temps par rapport à mon travail pendant plusieurs mois. Les crises d’anxiété récurrentes ont été une réelle souffrance psychologique et émotionnelle. Je me suis sentie dans un cercle vicieux, car je n’avais plus de vie sociale à cause de mon travail».



Le manque de sensibilisation et d’informations sur ce sujet font que ce syndrome ne soit pas détecté à temps, par les personnes atteintes ni par leur entourage.



«Les gens autour de moi ne comprenaient pas ce que je leur expliquais. J’ai fini par consulter un psychologue qui m’a révélé mon verdict, et on a commencé notre thérapie. Aujourd’hui, je me sens mieux grâce aux exercices quotidiens que j’ai appris à faire seule. J’ai changé de travail également. Il était insupportable», rajoute Hajar.



 



Quel cadre juridique au Maroc ?



De jure, le Code de travail au Maroc, notamment la loi no 65-99, n’indique en aucun de ses articles la protection de l’employé en cas de surcharge mentale au sein d’un environnement de travail.



Les deux articles qui régissent la relation employé-employeur sont les articles 24 et 287. Le premier indique que l’employeur est tenu de prendre toutes mesures nécessaires pour préserver la santé, la sécurité et la dignité des salariés. Quant au deuxième, il interdit à l’employeur de permettre à ses employés l’utilisation de produits ou substances, d’appareils ou de machines, susceptibles de porter atteinte à leur santé ou de compromettre leur sécurité.



In fine, au Maroc, aucune loi ne protège les personnes ayant un épuisement professionnel à cause du surmenage au travail. L’absence d’un cadre juridique spécifique à la protection mentale des employés et du suivi psychologique au sein des entreprises peut entraîner des frustrations liées au travail, que ce soit au niveau des établissements privés ou publics. 



Recommandé pour vous

L’Boulevard : des festivités qui tournent au drame

Temps de lecture : 4 minutes

Après deux années d’absence, la première soirée de la 2ᵉ partie du festival L’Boulevard a viré…

CESE : présentation d’un avis sur l’aménagement durable du littoral

Temps de lecture : 4 minutes

Le Conseil économique, social et environnemental (CESE) a organisé, jeudi 29 septembre à Tange…

Stress hydrique : une problématique qui guette toujours le Maroc

Temps de lecture : 5 minutes

Le Maroc a connu cette année l’une des pires sécheresses de ces trois dernières décennies. Le …

La santé mentale au travail : un sujet oublié !

Temps de lecture : 4 minutes

Nul ne peut nier que la santé mentale au travail n’est pas sérieusement prise en considération…

Quelle gestion pour les chiens errants au Maroc ?

Temps de lecture : 4 minutes

La situation est alarmante. La rage tue environ 60.000 personnes chaque année, selon les derni…

Covid-19 au Maroc : le calme avant la tempête ?

Temps de lecture : 5 minutes

Depuis son apparition en 2019, le coronavirus s’est propagé à une vitesse vertigineuse dans le…

Taxis Vs VTC : une guerre sans fin ?

Temps de lecture : 4 minutes

Le conflit entre les taxis et les VTC s’est intensifié depuis que les applications de transpor…

Décès de Aïcha Ech-Chenna : le Maroc perd une grande militante

Temps de lecture : 6 minutes

Aïcha Ech-Chenna, icône de l’action sociale, est décédée ce dimanche. La présidente fondatrice…

Pollution de l’air : risque accru d’arythmies cardiaques et de cancer du poumon

Temps de lecture : 3 minutes

Une nouvelle étude américaine révèle que le fait de respirer de minuscules particules d’air po…

« Les Impériales 2022 » : une première journée riche en débats

Temps de lecture : 4 minutes

Deux ministres ont répondu présents à l’invitation des organisateurs de l’édition 2022 de l’év…

Symptômes, vaccin, prévention…tout savoir sur la grippe saisonnière

Temps de lecture : 4 minutes

À l’instar des autres pays, le virus le plus répandu en cette période est le virus grippal A(H…

Visas Schengen : une indignation sans fin !

Temps de lecture : 5 minutes

Pour des raisons migratoires, la France avait décidé, fin 2021, de réduire le nombre de visas …