déficit en médecins

Temps de lecture : 4 minutes


Médecins du privé : maintien de la grève du 20 janvier

Temps de lecture : 4 minutes

Catégorie Société , Gros plan

Temps de lecture : 4 minutes

L’Assurance maladie obligatoire (AMO) a fait l’objet d’une réunion entre les quatre syndicats représentant les médecins libéraux du Maroc. 5.876 médecins y ont participé et ont réitéré leur volonté de contribuer au succès du chantier de la généralisation de la protection sociale. Cependant, ils ont exprimé leur désapprobation totale quant au taux de cotisation qui leur a été fixé. Ainsi, la majorité absolue a voté pour le maintien de la grève prévue le 20 janvier tout en veillant à ce que les urgences soient assurées dans les cliniques privées.

Temps de lecture : 4 minutes

Ce mercredi, le Syndicat national des médecins spécialistes du secteur privé, le Syndicat national de médecine générale du secteur privé (SNMG), le Syndicat national des médecins du secteur libéral, l’Association nationale des cliniques privées et la Fédération nationale des dentistes et chirurgiens-dentistes du secteur privé ont organisé une Assemblée générale par visioconférence. Cette rencontre virtuelle, qui a connu la participation de 5.876 médecins, a été consacrée à l’Assurance maladie obligatoire (AMO). Les professionnels de ce secteur ainsi que leurs représentations syndicales ont confirmé leur intention de contribuer à la réussite du chantier de la généralisation de la protection sociale et de poursuivre leurs efforts pour lutter contre la Covid-19.




Lire aussi : Généralisation de la protection sociale: les exigences des médecins libéraux




Cependant, les quatre syndicats ont également exprimé leur rejet total du taux de cotisation qui leur a été fixé dans le décret actant leur adhésion au régime de l’AMO, géré par la Caisse nationale de la sécurité sociale (CNSS). Ce texte de loi stipule que les médecins libéraux doivent cotiser, sur la base d’un revenu forfaitaire, jusqu’à quatre fois la valeur du SMIG pour les généralistes et 5,5 fois le SMIG pour les spécialistes. Des taux considérés comme «une injustice flagrante par rapport à ce qui se fait pour d’autres corporations». Les représentations syndicales du secteur ont en plus exigé une révision de la situation des médecins du privé, de sorte à leur permettre de bénéficier d’une couverture de santé similaire à celles des pharmaciens, des notaires et des ingénieurs, et ce, «en adoptant la base de trois fois la valeur du SMIG». «Nous souhaitons l’harmonisation des taux des cotisations des médecins libéraux avec les autres professions libérales similaires. Pour les médecins, c’est cinq fois le SMIG alors que les autres professions libérales comme les notaires ou architectes, c’est trois ou quatre fois», explique Dr Mohamed Lamzouri, vice-président du SNMG, à H24Info.



De plus, les médecins du privé ont rappelé leurs efforts pour soutenir la santé publique et leurs sacrifices durant la crise sanitaire de la Covid-19, notant que plusieurs de leurs confrères et consœurs ont perdu la vie en raison du virus. Ils ont en ce sens plaidé pour une revalorisation de la médecine libérale, afin d’être reconnue comme étant un secteur privé qui assure pleinement un service public.




Lire aussi : AMO des indépendants : réticence des médecins libéraux et des avocats




 



Les revendications des médecins libéraux



Outre l’harmonisation des taux des cotisations, les médecins du secteur dénoncent que la progressivité en début et fin de leur carrière n’a pas été prise en compte alors que ça l’a été pour d’autres professions. Ils exigent ainsi «la progressivité des cotisations en début de parcours des jeunes médecins installés et après l’âge légal de la retraite ainsi que des incitations de la part des caisses, conformément aux engagements et à l’instar de ce qui se fait dans d’autres pays».



Le vice-président du SNMG souligne aussi que conformément aux conventions signées par les médecins libéraux avec la CNSS, ces derniers doivent contribuer à la «maîtrise médicalisée des dépenses, c’est-à-dire prescrire plus de génériques, faire de la prévention et de l’éducation thérapeutique», entre autres. Ces actions demandent beaucoup de temps aux professionnels du secteur, et qui, contrairement à leurs homologues des pays étrangers, ne reçoivent aucune incitation pour leurs efforts. «Les conventions avec la CNSS, la CNOPS et l’ANAM doivent normalement être renouvelées tous les trois ans, or, depuis 2006, cela n’a pas été fait. On a renouvelé la convention avec la CNSS il y a deux ans, le gouvernement n’a pas publié la mise à jour au BO et ça n’a pas été encore exécuté», s’indigne Dr. Lamzouri.



S’agissant de la Tarification nationale de référence (TNR), les syndicats du secteur privé de la santé avancent qu’elle date de 2006 et qu’elle est loin de répondre aux attentes des médecins libéraux. Cependant, ils ont accepté de l’acter afin d’encourager le démarrage de l’AMO, mais aujourd’hui encore les dépenses de santé sont assurées à plus de 60% par les ménages marocains.



Par ailleurs, lors de la réunion de ce mercredi, il était également question de «la mise en place d’un parcours de soins coordonné». Ce processus permettrait au patient marocain d’avoir un médecin de famille désigné, à travers lequel il peut entrer dans le parcours de soins avec les spécialistes. Cette mesure fera gagner du temps et de l’argent aux citoyens et remédiera «au vagabondage médical».




Lire aussi : AMO : les médecins libéraux menacent de faire grève




Enfin, les quatre syndicats représentant les médecins du secteur privé ont voté lors de cette assemblée générale pour le maintien de la grève prévue le 20 janvier 2022, affirmant que les urgences seront assurées dans les cliniques privées. Ces derniers prévoient aussi d’observer une seconde grève nationale dans un délai d’un mois si le gouvernement refuse de répondre et continue d’ignorer leurs demandes.



Recommandé pour vous

La variole du singe ou « Monkeypox » : faut-il s’inquiéter d’une nouvelle pandémie ?

Temps de lecture : 3 minutes

La variole du singe ou « Monkeypox » est une maladie qui a été détectée pour la première fois, chez l’être humain, en 1970. Depuis, son appari…

ENCG Casablanca : la grogne des enseignants contre la direction

Temps de lecture : 4 minutes

Les professeurs de l’École nationale de commerce et de gestion de Casablanca (ENCGC) ont annoncé qu’un sit-in sera organisé devant la directio…

INDH : l’inclusion des jeunes est une priorité

Temps de lecture : 5 minutes

L’Initiative nationale pour le développement humain (INDH) fête ce 18 mai son 17e anniversaire. Cette occasion est célébrée sous le thème « la…

Covid-19 : entre allègement des restrictions et hausse des cas

Temps de lecture : 3 minutes

Après plusieurs semaines d’accalmie, les indicateurs épidémiologiques ont repris une tendance ascendante ces derniers jours. Même après la lev…

Comment le Maroc est devenu une référence dans la lutte contre le terrorisme ?

Temps de lecture : 3 minutes

Depuis les attentats terroristes de Casablanca du 16 mai 2003, le Maroc, conformément à la vision du roi Mohammed VI, a mis en place une strat…

Situation des droits de l’Homme au Maroc : ce qu’il faut retenir du rapport du CNDH

Temps de lecture : 3 minutes

Il s’agit d’un rapport d’environ 300 pages et dont les principaux points ont été présentés vendredi par la présidence du Conseil, Amina Bouaya…

DGSN : 66 ans de dévouement au service du citoyen et de la patrie

Temps de lecture : 5 minutes

Le Maroc célèbre ce lundi le 66e anniversaire de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN). Créée en 1956, cette institution adopte …

Journée internationale des infirmiers : retour sur les difficultés de ce métier

Temps de lecture : 5 minutes

La pandémie de la Covid-19 a rappelé l’importance de toutes les composantes du système sanitaire. Médecins, infirmiers, techniciens et adminis…

Santé : la jeunesse au cœur des politiques publiques

Temps de lecture : 3 minutes

Le ministre de la Santé et de la Protection sociale, Khaled Aït Taleb, a indiqué que l’investissement dans la santé des jeunes et des moins je…

Les futurs médecins face à une situation sociale difficile

Temps de lecture : 3 minutes

La Commission nationale des étudiants en médecine, en médecine dentaire et en pharmacie du Maroc (CNEMEP) a livré les conclusions d’une enquêt…

Gouvernement vs Contractuels : les solutions proposées par Chakib Benmoussa

Temps de lecture : 3 minutes

Pour cette année scolaire, les jours de grèves des enseignants contractuels ont dépassé les 50 jours. Au cours des derniers mois, des grèves é…

Nouveau CHU Ibn Sina : une structure sanitaire de référence

Temps de lecture : 5 minutes

La réalisation du nouvel hôpital Ibn Sina de Rabat, dont les travaux de construction ont été lancés jeudi par le roi Mohammed VI, s’inscrit da…