Aller au contenu principal

Des moustiques génétiquement modifiés pour lutter contre le paludisme

Les scientifiques ont franchi un tournant majeur ce lundi dans le petit village de Bana au Burkina Faso — un pays d’Afrique de l’Ouest qui a connu quelque 4 000 décès dus au paludisme l’année dernière.

Par H.L.B, Publié le 05/07/2019, mis à jour le 30/12/2019
Teaser Media

Ils ont recouvert de poussière fluorescente environ 10 000 moustiques génétiquement modifiés et les ont relâchés dans la nature. Leur but ? Combattre le paludisme.

 

C’est la première fois que des moustiques génétiquement modifiés sont lâchés en Afrique.

 

Le Dr Abdoulaye Diabaté, de l’association à but non lucratif Target Malaria, dirige ce projet. Diabaté explique que l’idée derrière cette initiative est de créer des moustiques génétiquement modifiés qui pourraient ensuite répandre un gène spécial chez la population de moustiques anophèles porteuse du paludisme — un gène qui pourrait réduire leur capacité de reproduction — et ainsi les éliminer dans cette région.

 

Ce type de technologie des « entraînements génétiques » n’a jamais été expérimenté en dehors d’un laboratoire, nulle part ailleurs. La libération de ces moustiques était un test préliminaire. Ils étaient tous des mâles stériles qui ne peuvent pas transmettre leurs gènes à la nature.

 

On espère que cette technologie pourra éventuellement remplacer les moustiquaires de lit, les répulsifs et les insecticides. Pourtant, l’expérience a suscité certaines critiques de la part des environnementalistes qui craignent que l’éradication d’une espèce de moustique ne perturbe de manière imprévisible l’écosystème dans son ensemble.

 

Selon la Déclaration d'Helsinki de l'Association Médicale Mondiale, basée sur le Code de Nuremberg qui énonce les principes éthiques internationalement reconnus pour la recherche médicale impliquant des sujets humains, une telle recherche " ne peut être menée que si l'importance de l'objectif l'emporte sur les risques et les inconvénients qui en résultent" (Article 16). Il n'y avait donc aucune raison de procéder à ces disséminations.

 

En effet, l'élimination du moustique OGM au Burkina Faso pose des risques, dont la dissémination accidentelle de certaines femelles piquantes lors des expériences. Bien que Target Malaria affirme que le nombre sera faible, néanmoins, puisque les femelles OGM peuvent piquer les humains et propager plusieurs maladies, leur libération est un danger pour la population locale.


  • Partagez

Plusieurs pays excluent le Maroc de la liste des pays sûrs de l’UE

Ce vendredi 3 juillet, l’Espagne a annoncé qu’elle ne rouvrirait pas ses frontières aux voyageurs venant d’Algérie, du Maroc et de Chine tant que ces pays n’admettent pas sur leurs sols les visiteurs ...

Covid-19 : record de cas quotidiens aux États-Unis

Alors que le port du masque continue de faire débat, la pandémie du nouveau coronavirus ne cesse de se propager aux États-Unis. Ce jeudi 2 juillet, un nouveau record de contaminations a été enregistré...

Assassinat de Khashoggi : ouverture d’un procès par contumace en Turquie

Ce vendredi 3 juillet, le procès par contumace de 20 Saoudiens accusés par la Turquie d’avoir assassiné le journaliste saoudien Jamal Khashoggi, tué en octobre 2018 dans le consulat d’Arabie saoudite ...

Arrestation de Ghislaine Maxwell, ex-collaboratrice de Jeffrey Epstein

Ce jeudi 2 juillet, une porte-parole du FBI a affirmé que Ghislaine Maxwell, l’ex-collaboratrice du défunt Jeffrey Epstein, a été arrêtée aux États-Unis. Maxwell inculpée de trafic de mineures es...

France : Jean Castex remplace Édouard Philippe au poste de Premier ministre

Ce vendredi 3 juillet, Édouard Philippe, Premier ministre français, a présenté sa démission au président Emmanuel Macron. Ce dernier l’a acceptée, annonce l’Élysée. E. Philippe «assurera, avec le...

Le détournement de l’aide humanitaire par le Polisario et l’Algérie dénoncé au Parlement de l’UE

Ce jeudi 2 juillet, l’eurodéputée française Dominique Bilde a dénoncé le détournement de l’aide humanitaire européenne par le Polisario et l’Algérie devant la Commission du développement (DEVE) du Par...