Aller au contenu principal

Des moustiques génétiquement modifiés pour lutter contre le paludisme

Les scientifiques ont franchi un tournant majeur ce lundi dans le petit village de Bana au Burkina Faso — un pays d’Afrique de l’Ouest qui a connu quelque 4 000 décès dus au paludisme l’année dernière.

Par Nora Jaafar, Publié le 05/07/2019 à 11:10, mis à jour le 30/12/2019 à 20:25
Teaser Media

Ils ont recouvert de poussière fluorescente environ 10 000 moustiques génétiquement modifiés et les ont relâchés dans la nature. Leur but ? Combattre le paludisme.

 

C’est la première fois que des moustiques génétiquement modifiés sont lâchés en Afrique.

 

Le Dr Abdoulaye Diabaté, de l’association à but non lucratif Target Malaria, dirige ce projet. Diabaté explique que l’idée derrière cette initiative est de créer des moustiques génétiquement modifiés qui pourraient ensuite répandre un gène spécial chez la population de moustiques anophèles porteuse du paludisme — un gène qui pourrait réduire leur capacité de reproduction — et ainsi les éliminer dans cette région.

 

Ce type de technologie des « entraînements génétiques » n’a jamais été expérimenté en dehors d’un laboratoire, nulle part ailleurs. La libération de ces moustiques était un test préliminaire. Ils étaient tous des mâles stériles qui ne peuvent pas transmettre leurs gènes à la nature.

 

On espère que cette technologie pourra éventuellement remplacer les moustiquaires de lit, les répulsifs et les insecticides. Pourtant, l’expérience a suscité certaines critiques de la part des environnementalistes qui craignent que l’éradication d’une espèce de moustique ne perturbe de manière imprévisible l’écosystème dans son ensemble.

 

Selon la Déclaration d'Helsinki de l'Association Médicale Mondiale, basée sur le Code de Nuremberg qui énonce les principes éthiques internationalement reconnus pour la recherche médicale impliquant des sujets humains, une telle recherche " ne peut être menée que si l'importance de l'objectif l'emporte sur les risques et les inconvénients qui en résultent" (Article 16). Il n'y avait donc aucune raison de procéder à ces disséminations.

 

En effet, l'élimination du moustique OGM au Burkina Faso pose des risques, dont la dissémination accidentelle de certaines femelles piquantes lors des expériences. Bien que Target Malaria affirme que le nombre sera faible, néanmoins, puisque les femelles OGM peuvent piquer les humains et propager plusieurs maladies, leur libération est un danger pour la population locale.

Tout savoir sur la forme longue de Covid-19

Fatigue persistante, difficultés à respirer, pertes de mémoire, défauts de coordination... Le Covid long entraîne une fatigue immense chez celles et ceux qui en souffrent. Mais d’où vient-il ? Comment...

Les vaccins chinois de nouveau critiqués

Ce mercredi 23 juin, le New York Times a publié une longue enquête sur les vaccins chinois. Selon le quotidien, qui rappelle que plus de 90 pays utilisent des doses en provenance de Chine, ces nations...

Espagne : le créateur de l'antivirus McAfee retrouvé mort dans sa cellule de prison

Ce mercredi soir, l’entrepreneur technologique John McAfee a été retrouvé mort dans une prison de Barcelone. Cette information annoncée par la presse locale a été confirmée par le département catalan ...

Les éoliennes sont-elles efficaces ?

Le monde dispose d’un mix énergétique qui repose pour beaucoup sur les combustibles fossiles et le nucléaire, une énergie certes décarbonée, mais dont les déchets restent un fardeau pour les génératio...

Un chercheur marocain contribue à la découverte des «plus récentes empreintes de dinosaures»

Une équipe internationale de chercheurs, dont le scientifique marocain Abdelouahed Lagnaoui, a découvert les «plus récentes empreintes de dinosaures d’Angleterre». Cette dernière a découvert les empre...

Le Maroc participera à Sea Breeze 2021

Après l’African Lion, le Maroc participera à Sea Breeze 2021, du 28 juin au 10 juillet prochain. En effet, la Marine royale a été invitée par les États-Unis à participer à ce grand exercice militaire ...