Aller au contenu principal

Des moustiques génétiquement modifiés pour lutter contre le paludisme

Les scientifiques ont franchi un tournant majeur ce lundi dans le petit village de Bana au Burkina Faso — un pays d’Afrique de l’Ouest qui a connu quelque 4 000 décès dus au paludisme l’année dernière.

Par Nora Jaafar, Publié le 05/07/2019, mis à jour le 30/12/2019
Teaser Media

Ils ont recouvert de poussière fluorescente environ 10 000 moustiques génétiquement modifiés et les ont relâchés dans la nature. Leur but ? Combattre le paludisme.

 

C’est la première fois que des moustiques génétiquement modifiés sont lâchés en Afrique.

 

Le Dr Abdoulaye Diabaté, de l’association à but non lucratif Target Malaria, dirige ce projet. Diabaté explique que l’idée derrière cette initiative est de créer des moustiques génétiquement modifiés qui pourraient ensuite répandre un gène spécial chez la population de moustiques anophèles porteuse du paludisme — un gène qui pourrait réduire leur capacité de reproduction — et ainsi les éliminer dans cette région.

 

Ce type de technologie des « entraînements génétiques » n’a jamais été expérimenté en dehors d’un laboratoire, nulle part ailleurs. La libération de ces moustiques était un test préliminaire. Ils étaient tous des mâles stériles qui ne peuvent pas transmettre leurs gènes à la nature.

 

On espère que cette technologie pourra éventuellement remplacer les moustiquaires de lit, les répulsifs et les insecticides. Pourtant, l’expérience a suscité certaines critiques de la part des environnementalistes qui craignent que l’éradication d’une espèce de moustique ne perturbe de manière imprévisible l’écosystème dans son ensemble.

 

Selon la Déclaration d'Helsinki de l'Association Médicale Mondiale, basée sur le Code de Nuremberg qui énonce les principes éthiques internationalement reconnus pour la recherche médicale impliquant des sujets humains, une telle recherche " ne peut être menée que si l'importance de l'objectif l'emporte sur les risques et les inconvénients qui en résultent" (Article 16). Il n'y avait donc aucune raison de procéder à ces disséminations.

 

En effet, l'élimination du moustique OGM au Burkina Faso pose des risques, dont la dissémination accidentelle de certaines femelles piquantes lors des expériences. Bien que Target Malaria affirme que le nombre sera faible, néanmoins, puisque les femelles OGM peuvent piquer les humains et propager plusieurs maladies, leur libération est un danger pour la population locale.

Covid-19 : comme partout dans le monde, les soignants de France sont dépassés

Comme partout dans le monde, les personnels soignants, ces soldats mobilisés depuis plus d’un an pour conduire la guerre contre la Covid-19, commencent à atteindre leurs limites. France info s’es...

Renseignement américain : les menaces mondiales qui guettent les USA

Ce mercredi 14 avril, Avril Haines, la directrice du renseignement national américain, a avancé que l’Iran contribue à l’instabilité au Moyen-Orient, lors d’une audition publique du Congrès sur les «m...

Décès de Bernie Madoff, grand escroc américain

Bernie Madoff, auteur de la plus grande escroquerie financière de l’histoire, 65 milliards de dollars, est mort ce mercredi à l’âge de 82 ans dans la prison de la Caroline du Nord, où il purgeait une ...

Afghanistan : retrait des troupes américaines prévu d'ici au 11 septembre

Ce mardi 13 avril, le gouvernement de Joe Biden a annoncé que les troupes américaines quitteraient l’Afghanistan «sans conditions» d’ici le 11 septembre, jour du 20e anniversaire des attentats de 2011...

Caillots sanguins : doutes autour du vaccin de J&J

Les autorités sanitaires américaines ont recommandé mardi "une pause" dans l’utilisation du vaccin contre la Covid-19 de Johnson & Johnson. L’Agence américaine des médicaments (FDA) «est e...

L'Iran suspend sa coopération avec l'UE

Ce lundi 12 avril, la République islamique d’Iran a annoncé rompre «tout dialogue sur les droits humains» avec les Vingt-Sept ainsi que la «coopération résultant de ce dialogue, en particulier (en mat...