Temps de lecture : 3 minutes


Centrale Danone sort de la bourse

Temps de lecture : 3 minutes

Catégorie Économie , Gros plan

Temps de lecture : 3 minutes

Le 3 décembre courant, Gervais Danone a déposé auprès de l’AMMC un projet d’offre publique de retrait visant les actions Centrale Danone. Autrement dit, Centrale Danone a l’intention de demander sa radiation de la Bourse de Casablanca. Cette décision est dictée par la situation financière compliquée que vit l’entreprise depuis quelques années déjà.

Temps de lecture : 3 minutes

Lorsqu’un mastodonte décide de sortir de la bourse, cela peut inquiété sérieusement. Le 3 décembre courant, Gervais Danone a déposé auprès de l’Autorité marocaine du marché des capitaux (AMMC) un projet d’offre publique de retrait visant les actions Centrale Danone. L’AMMC demande la suspension de la cotation des actions du groupe. Autrement dit, Centrale Danone a l’intention de demander sa radiation de la bourse de Casablanca. Une information qui ne semble pas surprendre le marché au regard des performances financières de l’entreprise. En effet, l’entreprise qui a subi de plein fouet l’impact du boycott de 2018, vit depuis plus de cinq ans une situation financière inconfortable qui fait que les actionnaires n’ont reçu aucun dividende depuis 2016.



Au premier semestre de l’année en cours, la situation ne semble pas se redresser à cause de l’évolution négative du marché due à la crise de la Covid-19. Le semestre dernier, le groupe a enregistré un déficit estimé à plus de 88 millions de DH (MDH) contre 37 MDH une année plus tôt. Le chiffre d’affaires consolidé du groupe durant les six premiers mois de 2021 a enregistré une baisse de 6,62% sur un an à 2,13 milliards de DH (MMDH). Quant au résultat d’exploitation consolidé, ce dernier dégringole de 5 MDH en 2020 à -72 MDH en 2021. 



Cette situation financière, qui ne peut nullement encourager les investisseurs, a été d’un impact très négatif sur la valeur du groupe en bourse.



Cela étant, la décision de sortir de la bourse de Casablanca peut être interprétée comme un prélude à une sortie du Maroc. Mais le dernier investissement opéré par l’entreprise dans son usine de Meknès balaie cette hypothèse. En effet, dernièrement Centrale Danone a investi pas moins de 50 MDH dans cette unité.



 



Les précisions de Mehdi El Fakir



Si le retrait de Centrale Danone de la bourse de Casablanca ne surprend pas le marché, il s’agit surement d’une très mauvaise nouvelle pour les responsables de cette bourse. Cependant, peut-on dire aujourd’hui que la place boursière casablancaise n’est plus attractive comme elle l’a été auparavant ? «Ce n’est pas une tendance globale, il s’agit d’une orientation stratégique de l’entreprise. Je ne sais pas si on peut lier cela à la campagne de boycott ou pas. Quoi qu’il en soit, je pense qu’il faut améliorer l’attractivité de la bourse pour pouvoir maintenir les entreprises de la taille de Centrale Danone. Certes on ne peut pas empêcher les entreprises de quitter la bourse, mais il faut savoir les maintenir. Une entreprise ne doit pas entrer en bourse juste pour le profit, mais pour se mesurer», souligne l’économiste Mehdi El Fakir. Et d’ajouter «la bourse est une question de culture. Au Maroc, nous n’avons pas réussi à faire de la bourse un baromètre de notre économie. Aujourd’hui, il y a beaucoup de secteurs qui n’y sont pas représentés ou très peu représentés. Il y a un effort d’attractivité à faire pour attirer plus d’acteurs et démocratiser l’accès à la bourse».


Agadir : bilan très positif du Salon international Halieutis

Agadir : bilan très positif du Salon international Halieutis

Le rideau est tombé, dimanche, sur la sixième édition du Salon international Halieutis, tenue à Agadir du 1er au 5 février, sous le thème : "Pêche et aquaculture durables : leviers…
Emploi au Maroc : quelle évolution en 2022 ?

Emploi au Maroc : quelle évolution en 2022 ?

Le Maroc a réalisé des progrès significatifs pour stimuler la croissance économique et créer des opportunités d’emplois. Le gouvernement de Aziz Akhannouch a adopté une stratégie a…
Finance climatique : le Maroc en tête des pays du Maghreb en matière de réglementation

Finance climatique : le Maroc en tête des pays du Maghreb en matière de réglementation

Le Maroc a réussi encore une fois à se placer à la tête des pays maghrébins en matière de préparation des systèmes financiers pour soutenir l'action climatique. Tel est le constat …
Entrepreneuriat : comment être "IPO ready" ?

Entrepreneuriat : comment être « IPO ready » ?

Une "Initial public offering" (IPO), ou introduction en bourse, définie la cotation des actions d’une société sur un marché boursier. C’est un moyen important pour les entreprises …
Maroc-Espagne : un nouveau souffle à la coopération économique

Maroc-Espagne : un nouveau souffle pour la coopération économique

C’était la première étape de la Rencontre de haut niveau (RHN) entre le Maroc et l’Espagne, qui s’étale sur deux jours, à l’initiative de la Confédération générale des entreprises …
FMI : quelle croissance économique en Afrique et dans le monde en 2023 ?

FMI : quelle croissance économique en Afrique et dans le monde en 2023 ?

Le Fonds monétaire international (FMI) a légèrement revu à la hausse ses prévisions de croissance économique mondiale pour cette année. Elles sont estimées à 2,9% pour 2023 et à 3,…
CRI

Charte de l’investissement : le soutien étatique fixé

Encourager l'acte d'investir. C'est le but ultime de la nouvelle Charte de l'investissement dont l'exécutif a amorcé la mise en œuvre à travers un premier décret d'application adop…
Viandes rouges : des mesures pour contrer la flambée des prix

Viandes rouges : des mesures pour contrer la flambée des prix

Ces deux dernières semaines, les prix de la viande rouge sont montés en flèche au Maroc. Dans les abattoirs, le prix de la viande ovine varie entre 90 et 100 DH le kilogramme (kg) …