Aller au contenu principal

Affaire Omar Radi et Imad Stitou : report du procès au 9 décembre

Par Nora Jaafar, Publié le 26/11/2021 à 15:32, mis à jour le 26/11/2021 à 16:24
         Temps de lecture 2 min.
Teaser Media
Affaire Omar Radi et Imad Stitou : report du procès au 9 décembre

La deuxième audience en appel des journalistes Omar Radi et Imad Stitou, initialement prévue jeudi 25 novembre, a été ajournée au 9 décembre prochain par la Cour d’appel de Casablanca. Radi était présent jeudi devant le juge, mais Stitou s’est absenté de cette deuxième audience pour des raisons professionnelles. Une absence qui a d’ailleurs motivé l’ajournement de l’audience par la Cour, qui a estimé que la défense avait besoin de plus de temps pour se préparer. Cependant, l’ONG Reporters sans frontières (RSF) a contesté ce report tout en exigeant «la poursuite de la procédure, le journaliste étant représenté par son avocat».

Par ailleurs, la défense a une nouvelle fois demandé la libération provisoire de Omar Radi, soulignant la longue durée de son incarcération (depuis juillet 2020) et le caractère exceptionnel de sa détention préventive. «Dans le droit marocain, la détention préventive est une mesure exceptionnelle», expliquent les avocats du journaliste, réclamant ainsi sa libération provisoire «ne serait-ce que sous caution». Le parquet a toutefois rejeté une nouvelle fois cette requête.

Pour rappel, Omar Radi a été écopé en première instance de six ans de prison pour espionnage et viol, alors que son confrère, Imad Stitou, seul témoin à décharge, a été condamné à un an de prison, dont six mois en sursis.

Pour Human Rights Watch, le procès en première instance était «inique» et «inéquitable» et son verdict s’était basé sur «des violations de procédures, de “preuves” douteuses et de raisonnements spéculatifs». Eric Goldstein, directeur par intérim de la division Moyen-Orient et Afrique du Nord à Human Rights Watch, a ajouté pour sa part qu’«après des années de harcèlement policier couronnées par une parodie de procès, Omar Radi passe actuellement sa deuxième année derrière les barreaux plutôt que de faire son métier et d’enquêter sur la corruption d’État».

Ecoles fermées à cause de la Covid : vers un retour progressif aux cours en présentiel

Fermé depuis près de deux semaines, l’établissement Al-Jabr Bouskoura secondaire a rouvert ses portes aux élèves ce jeudi 20 janvier. Dans un courriel adressé aux parents et tuteurs des apprenants, la...

Médecins du secteur privé : 80% ont répondu à l’appel de grève (Collège syndical national)

Suite à un appel lancé par le Collège syndical national des médecins spécialistes privés, le Syndicat national de médecine générale du privé, le Syndicat national des médecins du secteur libéral, l’As...

Maroc-France : légère baisse de délivrance des visas en 2021

Le ministère français de l’Intérieur a dévoilé le 20 janvier les premières statistiques sur l’immig...

Jumeaux-jumelles, pourquoi l'idée du double fascine

Les jumeaux sont souvent la cible de fantasmes, de clichés et d'idées préconçues. C'est une relation qui inspire la fascination, le fantasme parfois, l'étonnement toujours. Les jumeaux fascinent, depu...

Service militaire : le formulaire de recensement doit être rempli au plus tard le 10 février

Le ministre de l’Intérieur rappelle les jeunes marocains, invités à remplir le formulaire du recensement relatif au service militaire au titre de l’année en cours et qui ne l’ont pas encore effectué, ...

Qu’est-ce que "l’éco-anxiété" ?

En raison du dérèglement climatique et des prévisions inquiétantes des experts du climat, un nouveau trouble anxieux s’est emparé d’une partie de la population : l’éco-anxiété. Aujourd’hui, un jeune s...