Aller au contenu principal

Crédit conso : Le ton monte entre banques et sociétés spécialisées

Le rapport de force sur le marché du crédit à la consommation a beaucoup évolué ces dernières années. Après avoir longtemps capté une grosse partie de la demande, les sociétés spécialisées sont aujourd’hui au coude à coude avec les banques. Ces dernières ont profité de la période d’assainissement dans les sociétés spécialisées suite à la poussée des impayés pour gagner des parts de marché.

Par J.R.Y, Publié le 02/07/2019 à 16:58, mis à jour le 30/12/2019 à 20:25
Teaser Media

Les banques et les sociétés spécialisées sont au coude à coude sur le marché du crédit à la consommation. L’encours a totalisé 108 milliards de DH à fin 2018, réparti à égalité entre les deux. Les banques ont profité de la période d’assainissement des portefeuilles chez les sociétés spécialisées pour gagner des parts de marché. Elles ont surtout un argument fort : la tarification. Sur ce point, il est difficile pour les sociétés de financement de rivaliser avec les établissements bancaires. Les dépôts bancaires, pour une bonne partie non rémunérés, sont transformés en crédit. N’ayant pas d’agrément pour collecter les dépôts, les sociétés de financement se refinancent auprès des banques ou bien sur les marchés.

 

 

En l’absence de comparateur des taux d’intérêt, les emprunteurs n’ont pas toutes les informations pour faire les bons choix. Le différentiel de taux peut atteindre 2 à 3 points, même si les sociétés de financement fournissent des efforts pour améliorer leur compétitivité.   S’il leur est difficile de s’aligner sur les tarifs des banques au risque de compromettre leur rentabilité, elles misent sur la qualité de service et le développement d’offres innovantes pour maintenir leurs positions sur le marché.

 

L’innovation et le développement de plusieurs offres avec les constructeurs et les distributeurs automobiles ont permis de capter une bonne partie de la croissance des immatriculations de véhicules neufs. Les sociétés spécialisées ont financé plus de 89 000 véhicules pour un montant global de 11 milliards de en 2018 après 9,6 milliards de DH l’année précédente. C’est clairement le moteur de la croissance de leur activité aujourd’hui. À côté, le développement de la présence sur les lieux de vente (hypermarché, commerce...) leur permet aussi de financer une bonne partie des dépenses de consommation des ménages. L’année dernière les financements accordés pour l’équipement domestique et autre produit ont atteint 537 millions de DH.

PLF 2022 : comme un vent d'optimisme

Lors de sa rencontre, ce mercredi avec les Commissions des finances des deux Chambres du Parlement,...

Ce qu’il faut retenir du Conseil d’Administration de la CGEM

Ce mercredi 28 juillet, à la veille des élections de la Chambre des conseillers, la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) a tenu son Conseil d’Administration (CA) et une réunion du Co...

M. Benchaâboun présente le cadre général de la loi de Finances 2022

Mohamed Benchaâboun, ministre de l’Économie, des Finances et de la Réforme de l’Administration, a p...

Renouvèlement des accords entre Renault et le Maroc

Ce mardi 27 juillet, le groupe Renault Maroc a annoncé la signature du renouvèlement de ses accords avec le Maroc sur la période 2021-2030. Cette convention, paraphée dans le cadre du plan d’accélérat...

Le projet de loi de Finances 2022 au centre des débats

Le ministre de l’Économie, des Finances et de la Réforme de l’administration, Mohamed Benchaâboun, ...

L’État cède 35% de Marsa Maroc à Tanger Med

Dans un communiqué publié ce mardi 27 juillet, Marsa Maroc a annoncé que l’État procèdera à la cession au profit du groupe Tanger Med, d’une participation stratégique à hauteur de 35% du capital socia...