Aller au contenu principal

Crédit conso : Le ton monte entre banques et sociétés spécialisées

Le rapport de force sur le marché du crédit à la consommation a beaucoup évolué ces dernières années. Après avoir longtemps capté une grosse partie de la demande, les sociétés spécialisées sont aujourd’hui au coude à coude avec les banques. Ces dernières ont profité de la période d’assainissement dans les sociétés spécialisées suite à la poussée des impayés pour gagner des parts de marché.

Par J.R.Y, Publié le 02/07/2019, mis à jour le 30/12/2019
Teaser Media

Les banques et les sociétés spécialisées sont au coude à coude sur le marché du crédit à la consommation. L’encours a totalisé 108 milliards de DH à fin 2018, réparti à égalité entre les deux. Les banques ont profité de la période d’assainissement des portefeuilles chez les sociétés spécialisées pour gagner des parts de marché. Elles ont surtout un argument fort : la tarification. Sur ce point, il est difficile pour les sociétés de financement de rivaliser avec les établissements bancaires. Les dépôts bancaires, pour une bonne partie non rémunérés, sont transformés en crédit. N’ayant pas d’agrément pour collecter les dépôts, les sociétés de financement se refinancent auprès des banques ou bien sur les marchés.

 

 

En l’absence de comparateur des taux d’intérêt, les emprunteurs n’ont pas toutes les informations pour faire les bons choix. Le différentiel de taux peut atteindre 2 à 3 points, même si les sociétés de financement fournissent des efforts pour améliorer leur compétitivité.   S’il leur est difficile de s’aligner sur les tarifs des banques au risque de compromettre leur rentabilité, elles misent sur la qualité de service et le développement d’offres innovantes pour maintenir leurs positions sur le marché.

 

L’innovation et le développement de plusieurs offres avec les constructeurs et les distributeurs automobiles ont permis de capter une bonne partie de la croissance des immatriculations de véhicules neufs. Les sociétés spécialisées ont financé plus de 89 000 véhicules pour un montant global de 11 milliards de en 2018 après 9,6 milliards de DH l’année précédente. C’est clairement le moteur de la croissance de leur activité aujourd’hui. À côté, le développement de la présence sur les lieux de vente (hypermarché, commerce...) leur permet aussi de financer une bonne partie des dépenses de consommation des ménages. L’année dernière les financements accordés pour l’équipement domestique et autre produit ont atteint 537 millions de DH.

Akhannouch en visite de terrain à Chefchaouen

Ce mercredi 3 mars, Aziz Akhannouch, ministre de l’Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural et des Eaux et forêts, a effectué une visite de terrain dans la province de Chefchaouen. Se...

Oppo Reno5 officiellement lancé au Maroc

Comme nous vous l'annoncions il y a quelques jours, la marque Oppo s'apprêtait à lancer le Reno5 sur le marché marocain. Ce mercredi 3 mars 2021, c'est chose faite. Le dernier né de la série R...

Crédit du Maroc : des résultats 2020 en baisse

Le résultat net part du groupe (RNPG) de Crédit du Maroc (CDM) s'est établi à 190,3 millions de dirhams (MDH) au titre de l'année écoulée, en baisse de 62,6% par rapport à 2019. Le résultat brut d'...

La TVA, principale composante qui influence le secteur informel

Ce mardi 2 mars, le Haut-Commissariat au Plan (HCP) a publié son étude intitulée "Le secteur informel au Maroc : principales caractéristiques et tendances d’évolution". Dans ce rapport, le HCP a révél...

Le nouveau Peugeot 3008 hybride bientôt au Maroc

Sopriam mise sur le nouveau SUV Peugeot 3008 pour se lancer dans le segment des véhicules hybrides au Maroc. Le concessionnaire va bientôt importer deux motorisations hybrides rechargeables du SUV fab...

Allègement du déficit commercial à fin janvier

Dans un communiqué publié ce mardi 2 mars, l’Office des changes a révélé qu’à fin janvier 2021, le déficit commercial du Maroc s’est établi à 11,06 milliards de DH (MMDH). Ainsi, il a enregistré un al...