Aller au contenu principal

Levée du couvre-feu : les défis de la reprise

Le gouvernement a enfin levé le couvre-feu. La fin de cette mesure, mise en place dans le cadre de la lutte contre la Covid-19, bien qu’elle soit positive, intervient à un moment où le pouvoir d’achat a baissé. Les effets économiques de la crise ont frappé de plein fouet les Marocains, dont certains préfèrent davantage épargner plutôt que de profiter de la fin de cette restriction. Analyse avec Mohamed Elfane, président de la Fédération marocaine de la franchise (FMF) et vice-président de la Confédération marocaine des métiers de bouche (CMMB).

Par Nora Jaafar, Publié le 10/11/2021 à 12:54, mis à jour le 10/11/2021 à 16:45
         Temps de lecture 4 min.
Teaser Media
Levée du couvre-feu : les défis de la reprise

Le Maroc a marqué ce mardi un grand pas vers le retour au rythme de vie prépandémique. Le gouvernement a annoncé la levée du couvre-feu à partir de ce mercredi 10 novembre. Cette décision a été prise à la suite de l’amélioration de la situation épidémiologique du pays et sur la base des recommandations de la Commission scientifique et technique. Ainsi, après plus d’un an et demi de restrictions, plusieurs secteurs, cafés, restaurants, commerces, vont enfin pouvoir reprendre et relancer librement leurs activités sans aucune contrainte de temps. C’est en tout cas ce que nous a assuré Mohamed Elfane, président de la Fédération marocaine de la franchise (FMF) et vice-président de la Confédération marocaine des métiers de bouche (CMMB). Contacté par la rédaction de LeBrief.ma, ce dernier s’est réjoui de la levée du couvre-feu. Cependant, il nous a expliqué que la reprise risque d’être freinée à cause de plusieurs contraintes.

Lire aussi : Levée du couvre-feu ce mercredi 10 novembre

 

La relance s’annonce difficile

Selon les prévisions de notre interlocuteur, «les établissements du secteur (cafés, restaurants et commerces [NDLR]) vont connaitre dans un premier temps une forte affluence de clients durant les week-ends (du vendredi au dimanche). Néanmoins, au cours de la semaine, la fréquence de cette affluence sera plus faible». De plus, il souligne que lesdits secteurs risquent de faire face à la difficile tâche relative au changement des nouvelles habitudes des consommateurs, notamment «celle de rentrer tôt chez eux en raison du couvre-feu».

Elfane évoque en outre «la contrainte de la baisse du pouvoir d’achat». «Les familles et les foyers marocains, rappelons-le, ont été fortement affectés par les effets de la crise de la Covid-19. Fermetures d’entreprises, augmentation du taux de chômage, destruction d'emplois dans certains secteurs et révision à la baisse des salaires des employés, entre autres, sont tous des facteurs économiques qui ont affaibli le pouvoir d’achat des citoyens de près de 20 à 30% durant la pandémie», selon les dires de notre interlocuteur. Ainsi, poursuit Elfane, «même si la levée du couvre-feu est une bonne nouvelle, les Marocains, surtout ceux dont les revenus ont été impactés par la crise, vont devoir faire le choix entre épargner en prévention à de nouvelles crises ou profiter de la fin de cette restriction». Un choix qui reste difficile quand on sait que la crise du nouveau coronavirus a pris de court des milliers, voire des millions de ménages, qui ne veulent aucunement revivre cette même expérience.

Lire aussi : État d’urgence sanitaire et couvre-feu : le rappel à l’ordre de la DGSN

 

Quid de l’application et du respect du protocole sanitaire 

«La Fédération marocaine de la franchise (FMF) et la Confédération marocaine des métiers de bouche (CMMB) ont longtemps appelé les propriétaires et gérants de cafés, de restaurants et de commerces à appliquer et à respecter les mesures de prévention recommandées par le gouvernement, notamment la distanciation sociale, le port des masques, la désinfection des établissements et le contrôle des pass vaccinaux», nous assure Mohamed Elfane. Il affirme que les messages que véhiculent aujourd’hui la FMF et la CMMB à travers leurs réseaux «vont tous dans le sens de la sensibilisation quant à l’importance des protocoles sanitaires en vigueur et la nécessité de rester vigilants»

Pour notre intervenant, «il est important de maintenir l’application de certains gestes barrières pour éviter de faire face à une nouvelle vague de contamination, surtout quand on voit l’actuelle dégradation de la situation épidémiologique dans plusieurs pays européens». Ainsi, il estime que le défi majeur que doit relever dorénavant le pays est d’inciter «les acteurs de tous les secteurs ainsi que l’ensemble des citoyens à rester soudés et solidaires». Et d’insister : «il ne faut pas se laisser entrainer par nos désirs de consommation et se dire que la Covid-19 est derrière nous. Toutes les franges de la société doivent faire preuve de responsabilité. Si les professionnels du secteur doivent veiller au respect et à l’application des mesures sanitaire au sein de leurs établissements, les clients doivent de leur côté y adhérer» pour éviter des accrochages et des escalades inutiles.

Pour rappel, outre la levée du couvre-feu, le gouvernement a également maintenu l’application d’autres mesures, notamment l’obligation de présenter le pass vaccinal ou l’attestation d’exemption de la vaccination pour le voyage à l’étranger, l’accès à tous les espaces fermés (locaux de travail, établissements touristiques, commerces, cafés, restaurants, salles de sport, hammams ainsi que les autres services publics). Il a également autorisé les déplacements entre les préfectures et les provinces sans la présentation de document justificatif, l’organisation des funérailles, de cérémonies et de fêtes dans le strict respect des mesures préventives en vigueur. Par contre, la fermeture des espaces abritant les grands rassemblements ou ceux enregistrant une affluence d’un grand nombre important de Marocains a été maintenue.

Covid-19 : le sous variant BA.2 est-il plus dangereux ?

Le sous variant d’Omicron BA.2 nécessite plus de vigilance que d’inquiétude, a indiqué samedi 22 janvier, le médecin et chercheur en systèmes et politiques de santé, Tayeb Hamdi. Ce constat est tiré d...

Disparition des abeilles dans certaines régions : l'ONSSA lance une enquête

La maladie n’est pas à priori à l’origine de la disparition des abeilles dans certaines régions, un phénomène qui reste assez nouveau à ce stade, a annoncé, vendredi, l’Office national de sécurité san...

Ecoles fermées à cause de la Covid : vers un retour progressif aux cours en présentiel

Fermé depuis près de deux semaines, l’établissement Al-Jabr Bouskoura secondaire a rouvert ses portes aux élèves ce jeudi 20 janvier. Dans un courriel adressé aux parents et tuteurs des apprenants, la...

Médecins du secteur privé : 80% ont répondu à l’appel de grève (Collège syndical national)

Suite à un appel lancé par le Collège syndical national des médecins spécialistes privés, le Syndicat national de médecine générale du privé, le Syndicat national des médecins du secteur libéral, l’As...

Maroc-France : légère baisse de délivrance des visas en 2021

Le ministère français de l’Intérieur a dévoilé le 20 janvier les premières statistiques sur l’immig...

Jumeaux-jumelles, pourquoi l'idée du double fascine

Les jumeaux sont souvent la cible de fantasmes, de clichés et d'idées préconçues. C'est une relation qui inspire la fascination, le fantasme parfois, l'étonnement toujours. Les jumeaux fascinent, depu...