Aller au contenu principal

Gonzalez Laya affirme que l’entrée de Brahim Ghali en Espagne était «légale»

Par Nora Jaafar, Publié le 05/10/2021 à 16:33, mis à jour le 05/10/2021 à 17:35
         Temps de lecture 3 min.
Teaser Media
Gonzalez Laya affirme que l’entrée de Brahim Ghali en Espagne était «légale»

Ce lundi 4 octobre, l’ex-ministre espagnole des Affaires étrangères, Arancha Gonzalez Laya, est passée devant le juge du tribunal de Saragosse, Rafael Lasala, pour répondre à des questions sur l’entrée controversée du leader du Polisario Brahim Ghali en Espagne. Cette dernière a déclaré que l’arrivée du séparatiste dans le pays en avril dernier s’est déroulée «en conformité avec la loi». Elle a expliqué que «l’entrée de Brahim Ghali s’est faite, de mon point de vue, conformément à la loi. J’espère que le juge parviendra bientôt à la même conclusion».  

L’ancienne ministre, rappelons-le, est accusée d’avoir facilité l’entrée de Ghali sur le territoire espagnol avec des documents falsifiés. Camilo Villarino, l’ancien chef de cabinet de Laya, a affirmé à la justice que Laya était non seulement au courant de l’identité de Ghali avant son arrivée en Espagne, mais qu’elle a activement tenté de la dissimuler. Il a assuré que l’ex-ministre avait donné des instructions spécifiques pour s’assurer que le chef du Polisario entrerait dans le pays tout en en évitant le contrôle des agents des douanes et des frontières.

Lire aussi : Espagne : la plainte pour génocide visant Brahim Ghali a été classée sans suite

Pour rappel, c’est l’avocat Antonio Urdiales qui a déposé une plainte pour «falsification ou utilisation d’un passeport frauduleux, prévarication et dissimulation» dans le cadre de cette affaire. Le juge Lasala, chef du 7e tribunal d’instruction de Saragosse, a entamé ses procédures judiciaires en juillet. Ghali a été autorisé à entrer en Espagne en avril sous l’identité de "Mohamed Ben Battouche", et de nombreux témoignages concordants ont depuis établi que les autorités algériennes ont coopéré avec de hauts responsables espagnols pour organiser l’accueil et l’hospitalisation du chef du Polisario.

Après la confirmation de la présence de Ghali en Espagne, de nombreux militants des droits de l’Homme et victime des abus de Ghali ont déposé des plaintes pénales de premier degré auprès des autorités judiciaires espagnoles. Le Maroc a également condamné l’apparente collusion du gouvernement espagnol avec le Polisario et l’Algérie et a exhorté Madrid à au moins tenir Ghali responsable de son implication dans des crimes contre l’humanité, tels que l’enlèvement et le génocide. Cependant, après sa comparution virtuelle devant le juge Santiago Pedraz, Ghali a été déclaré innocent et a autorisé à quitter l’Espagne. Depuis, Mais Manos Limpias (Mains propres), un syndicat espagnol, a déposé une plainte contre le chef du groupe séparatiste pour avoir utilisé des papiers falsifiés pour entrer dans le pays ibérique. C’est d’ailleurs à la suite de cette plainte que les autorités judiciaires espagnoles ont ouvert une enquête sur les hauts responsables du gouvernement qui auraient pu jouer un rôle dans la délivrance de ces faux documents.
 

Sahara : l'Algérie ne veut pas prendre part aux tables rondes de l'ONU

L'Algérie a informé ce vendredi le Conseil de sécurité de l'ONU de son opposition au format de table ronde pour les négociations sur le règlement du conflit au Sahara, a annoncé un haut responsable al...

Dépenses électorales : le rappel de la Cour des comptes

La Cour des comptes a rappelé, jeudi 21 octobre, aux mandataires des listes de candidature ou candidats qu’il est de leur devoir de lui soumettre les comptes de leurs campagnes électorales, notamment ...

Rabat et Moscou réaffirment leurs liens "stables et solides"

L’ambassadeur du Maroc à Moscou, Lotfi Bouchaara, s’est entretenu le jeudi 21 octobre avec le représentant spécial du président de la Fédération de Russie pour le Moyen-Orient et les pays d’Afrique et...

ODD : le nouveau rôle de Omar Hilale au sein de l’ONU

Omar Hilale, représentant permanent du Maroc auprès des Nations unies (ONU), et l’ambassadeur des Philippines sont désormais co-présidents du Groupe des amis des examens nationaux volontaires pour la ...

PLF 2022 : les orientations dévoilées, l'examen au Parlement est imminent

Le projet de loi de Finances 2022 a été examiné, lundi 18 octobre 2022, en Conseil de gouvernement....

Mohammed Benchaâboun, nouvel ambassadeur du Maroc en France

Mohammed Benchaâboun, ancien ministre de l’Économie et des Finances du gouvernement Saad Dine El Otmani, vient d'être nommé Ambassadeur du Maroc en France. Cette information a été confirmée par un com...