Aller au contenu principal

Attentats de Paris en 2015 : les "plaidoyers" du terroriste Salah Abdeslam

Par Nora Jaafar, Publié le 09/09/2021 à 17:18, mis à jour le 09/09/2021 à 17:48
         Temps de lecture 2 min.
Teaser Media
Attentats de Paris en 2015 : les plaidoyers du terroriste Salah Abdeslam

Salah Abdeslam, seul survivant du groupe terroriste qui a tué 130 personnes à Paris, a été présenté ces mercredi et jeudi avec 19 autres personnes au procès des attentats-suicides et des fusillades du 13 novembre 2015, qui ont ciblé des bars, des restaurants, la salle de concert du Bataclan et le stade de France. «Ils m’ont aidé, mais ils ne savaient absolument rien» du complot des attentats, a déclaré Abdeslam, 31 ans, à propos de trois de ses coaccusés. «Ils sont en prison, mais n’ont rien fait», a-t-il assuré avant que son micro ne soit coupé par le président du tribunal Jean-Louis Peries, qui a alors suspendu l’audience.

C’est la deuxième prise de parole de ce type d’Abdeslam qui au premier jour du procès historique s’est lancé dans un plaidoyer pour dénoncer que lui et ses coaccusés ont été traités «comme des chiens» en prison. Son intervention est survenue alors que le tribunal examinait l’admissibilité des plaintes déposées par certains plaignants. «Les victimes de Syrie et d’Irak, pourront-elles parler ?», a-t-il lancé également. Il a lancé aussi : «En principe, nous devons être présumés innocents avant d’être jugés... même si je n’adhère pas à votre justice». Bien que le juge l’ait sommé de «laisser cette discussion», Abdeslam a rétorqué : «Monsieur, ne soyez pas égoïste. Il y a d’autres personnes qui veulent m’entendre».

Les excès du franco-marocain au tribunal contrastent fortement avec son refus, l’année dernière, d’obtempérer avec les enquêteurs et de fournir la moindre déclaration. Pour maître Samia Maktouf, avocate qui représente 40 plaignants dans le procès, les monologues de l’extrémiste sont offensants pour les victimes, déplorant : «c’est choquant l’impact que ces remarques ont sur les victimes».

Pour rappel, lors du premier jour du procès, lorsque le tribunal lui a demandé de décliner son identité, il a répondu : «Tout d’abord, je tiens à témoigner qu’il n’y a pas de divinité à part Allah, et que Mohammed est son messager». Interrogé sur le type de sa profession, il a indiqué : «J’ai délaissé toute profession pour devenir un combattant de l’État islamique (Daech)». Ensuite, il a refusé de donner le nom de ses parents, martelant que «les noms de mon père et de ma mère n’ont rien à voir dans cette histoire». Abdeslam, qui possède la double nationalité franco-marocaine, a été appréhendé à Bruxelles après s’être débarrassé de sa ceinture explosive défectueuse et avoir fui la capitale française dans le chaos qui a suivi l’effusion de sang du 13 novembre 2015.

Allemagne : quelle coalition pour diriger le pays ?

Après les élections générales du 26 septembre, l’incertitude règne en Allemagne. À l’issue de ce scrutin, et selon les résultats provisoires, Olaf Scholz, candidat des sociaux-démocrates du SDP, est p...

Les dernières nouvelles de la situation politique en Tunisie, en Algérie et au Yémen

Au lendemain des manifestations à Tunis qui interrogent le président Kaïs Saied sur le devenir du pays, 113 membres du parti Ennadah ont démissionné. De nouveau des combats au Yémen. En Algérie, exasp...

Allemagne : les sociaux-démocrates en quête d’alliés pour remplacer la coalition de Merkel

Les sociaux-démocrates allemands entament ce lundi le processus de formation d’un exécutif après avoir remporté de justesse leurs premières élections nationales depuis 2005. Leur victoire met ainsi fi...

USA : "America is back" remplace "America first"

Depuis son arrivée à la Maison-Blanche, il y a huit mois, Joe Biden a tenté de "détrumpiser" les États-Unis. Il a ainsi changé le slogan de son prédécesseur "America first" (l’Amérique en premier) par...

AG de l’ONU : la Chine, ennemie ou partenaire ?

Lors de l’Assemblée générale des Nations Unies (ONU), le président chinois Xi Jinping est intervenu par visioconférence après son homologue américain, Joe Biden. Il a lancé que «la Chine n’a jamais en...

Le tourisme spatial, bonne ou mauvaise idée ?

Le tourisme spatial est une activité qui consiste à envoyer des civils dans l'espace. En février, la société Virgin Galactic, spécialisée dans les vols spatiaux commerciaux, a envoyé trois personnes d...