Aller au contenu principal

Législatives 2021 : retour sur un scrutin renversant

Les résultats provisoires des élections législatives portant sur 380 des 395 sièges ont été dévoilés dans la nuit du mercredi 8 au jeudi 9 septembre 2021. Avec 97 sièges au total, le Rassemblement national des indépendants (RNI) arrive premier et en remporte le plus grand nombre. Il est suivi du Parti authenticité et modernité (82 sièges) et de l’Istiqlal (78 sièges). La grosse surprise est venue du Parti de la justice et du développement qui obtient 12 sièges seulement. Les résultats définitifs devraient être connus ce jeudi. Analyse.

Par Mohamed Laabi, Publié le 09/09/2021 à 11:48, mis à jour le 09/09/2021 à 16:41
         Temps de lecture 4 min.
Teaser Media
Aziz Akhannouch, secrétaire général du RNI © DR

Il faut le voir pour le croire. Le PJD n’a remporté que 12 sièges à la Chambre des représentants lors des élections législatives de 2021. Le parti de la lampe qui avait remporté 125 sièges en 2016 a perdu 90% de son assises au Parlement cinq ans plus tard. Une large défaite essuyée donc par le secrétaire général du parti, Saad Dine El Otmani, et ses partisans. Tout en haut du tableau, le trio de tête est formé par le Rassemblement national des indépendants (RNI, 97 sièges), le Parti authenticité et modernité (PAM, 82 sièges), et le Parti de l’Istiqlal (PI, 78 sièges).

Lire aussi : Élections 2021 : round-up du jour du vote

Contacté par LeBrief, Abdelhamid Benkhattab, professeur des sciences politiques à la faculté de droit Agdal-Rabat, nous a livré sa lecture de ces résultats législatifs. «Nous sommes aujourd’hui devant un vote sanction dans le sens où les Marocains ont littéralement sanctionné le PJD pour ses résultats dans la gestion des affaires publiques à la tête du gouvernement. D’un autre côté, le RNI et le PAM en sortent gagnants, car ces derniers représentent l’antipode du PJD».

Notre interlocuteur souligne que ces élections l’ont surpris à plus d’un titre. D’abord par la dégringolade du PJD, puis par le taux de participation (50,18%) qui montre qu’il y a eu tout de même une certaine mobilisation des citoyens. «Les réseaux sociaux ont joué un rôle important dans cette hausse du taux de participation. Les partis politiques ont misé sur les jeunes et les ont motivés à l’importance du vote. Sans oublier que les Marocains ont compris que s’ils veulent se débarrasser du PJD et exprimer leur désarroi, il faut se déplacer aux urnes et c’est exactement ce qui s’est passé», souligne Abdelhamid Benkhattab. Et d’ajouter : «L’ironie du sort c’est que le quotient électoral a permis au PJD de conserver 12 sièges au Parlement. Le quotient électoral a joué en faveur du PJD malgré le fait qu’il ait été contre au début».

Lire aussi : Élections : pourquoi les sondages sont-ils toujours interdits au Maroc ?

Notons que c’est la première fois depuis la tenue des premières élections au Maroc en 1960 que la répartition des sièges à la Chambre basse se fait sur la base du nombre d’électeurs inscrits et non des votants.

Abdelhamid Benkhattab estime enfin que le RNI a remporté les élections, car il y a eu un travail "assez remarquable de rénovation et surtout de communication" au sein de ce parti. «Le RNI a récolté ce qu’il a semé de son travail depuis quelques années. Pareil pour le PAM qui, malgré la crise interne, est redevenu un grand parti et a pu conserver l’essentiel de ses soutiens, tant au niveau régional, territorial qu’au niveau national».

 

Benkirane appelle El Otmani à démissionner

C’est dans une publication sur son compte Facebook que Abdelilah Benkirane a demandé au secrétaire général du parti de la lampe, Saad Dine El Otmani, d’assumer ses responsabilités et de déposer sa démission. «En tant que membre du Conseil national du Parti de la justice et du développement et sur la base de mon statut juridique d’ancien secrétaire général du même parti, et après avoir appris la douloureuse défaite que notre parti a subie lors des élections liées à la Chambre des représentants, j’estime que le secrétaire général doit assumer sa responsabilité et présenter sa démission de la direction du parti», souligne Abdelilah Bekirane.

Ce dernier préconise que l’adjoint d’El Otmani prenne les commandes du parti jusqu’à la tenue d’un congrès du parti. El Otmani va-t-il accepter de céder “le pouvoir” ? 
 


Rappelons que ce n’est pas la première fois que la tension monte au sein du parti de la lampe. En mars dernier, Abdelilah Benkirane avait annoncé qu’il gelait son adhésion au parti en raison de l’adoption du projet de loi relatif à la légalisation du cannabis par le Conseil du gouvernement. Sur un bout de papier, l’ancien Chef du gouvernement avait également annoncé la rupture de sa relation avec cinq figures marquantes du parti : Saad Dine El Otmani, Mustapha Ramid, Lahcen Daoudi, Abdelaziz Rebbah et Mohammed Amekraz. Benkirane est revenu ensuite sur sa décision. 

Lire aussi : HCP : analyse des primo-votants aux élections de 2021

En tout cas, les dés sont jetés, le RNI est le vainqueur des élections. Les scénarios d’alliance possibles seront bientôt exposés. Prochaine étape ? Le roi Mohammed VI nommera un chef du gouvernement. Ce dernier sera chargé de former et conduire un exécutif pour le prochain mandat de cinq ans (2021-2026).

​Conseils communaux : Rhlalou et Akhannouch, nouveaux maires de Rabat et d’Agadir

Arrivés en tête du scrutin communal du 8 septembre, le Parti de l’Istiqlal, le Parti authenticité e...

Asmaa Rhlalou élue maire de Rabat

Ajournée à ce vendredi 24 septembre, la session du Conseil communal de Rabat a permis l’élection de la candidate du Rassemblement national des indépendants (RNI) Asmaa Rhlalou, comme maire de la capit...

Driss Aissaoui : «l’USFP a besoin de se régénérer»

Après la formation de la majorité gouvernementale, nous avons contacté l'analyste politique Driss A...

Aziz Akhannouch, nouveau maire d'Agadir

Suite à la session inaugurale du Conseil communal d'Agadir, Aziz Akhannouch, président du Rassemblement national des indépendants (RNI) et Chef du gouvernement désigné, a été élu, sans difficulté, en ...

Incursion de l'armée algérienne dans la localité marocaine de Oued-Zelmou

Ce jeudi 23 septembre, l'armée algérienne est entrée sur le territoire marocain dans la localité de Oued-Zelmou à Bouarfa. Comme pour les terres d'El Arja à Figuig, l’Algérie, qui revendique ce territ...

Coalition gouvernementale : place à la négociation des portefeuilles ministériels

Après l’étape de la formation de la majorité gouvernementale, les tractations concernant l’attribut...