Aller au contenu principal

Comment les apparences influencent-elles les personnalités ?

Nous avons tendance à penser que notre apparence est distincte de ce que nous sommes. Mais il s'avère que des traits physiques tels que la taille ou l'attractivité peuvent influencer notre personnalité, voire nos comportements.

Par Khansaa Bahra, Publié le 25/06/2019 à 09:35, mis à jour le 30/12/2019 à 20:25
Teaser Media

Connu sous le nom de « calibration de personnalité facultative », il s’agit du concept que nos personnalités se développent de la manière qui convient le mieux à nos attributs génétiques, dont la taille, la force et les attraits.

 

Cette théorie sur de nombreuses études, non seulement concernant l’aspect de notre personnalité, mais également notre approche de la recherche de partenaires romantiques et nos convictions politiques.

 

Pensez à l’extraversion, qui implique en plus de la sociabilité, mais aussi un esprit plus aventureux.

 

En évolution, il serait logique que les personnes plus fortes et plus solides exploitent leurs avantages corporels en étant plus extraverties.

 

C’est exactement ce que certaines recherches ont conclu. Une étude de l’Université allemande de Göttingen en Allemagne a récemment révélé que sur plus de 200 hommes, ceux qui étaient physiquement plus forts et qui avaient un corps plus « robuste » avaient également tendance à être plus extravertis.

 

Cependant, la combinaison force extraversion n’a pas été trouvée chez les femmes de l’étude.

 

Cela a du sens si on considère la personnalité comme une stratégie adaptative.

 

Ces chercheurs ont également remarqué que, chez de nombreuses espèces, la « personnalité » de l’animal (audacieuse ou timide) varie dépendamment de son physique.

 

Par exemple, une étude a montré que les grandes araignées sauteuses étaient plus téméraires face à un potentiel prédateur que leurs cousines de petite taille.

 

La théorie de la calibration facultative, qui explique les différences de personnalité comme une réponse à la variation d’autres traits phénotypiques d’individus, a donné des résultats mitigés au cours des dernières années.

 

Alors qu’il existe de fortes preuves que les différences de comportement humain sont corrélées à la perception de soi, il convient de se demander si elles sont également ajustées aux différences objectives de la condition physique.

Royaume-Uni : quelles sont les conditions pour s’y rendre depuis le Maroc ?

Alors que le monde continue de se déconfiner progressivement, de nombreuses personnes en profitent pour partir à l’étranger ou réserver des vacances, notamment au Royaume-Uni. Toutefois, ce pays est d...

Aïd Al-Adha : 5,8 millions de têtes d’ovins et de caprins identifiées

Dans le cadre des préparatifs de Aïd Al-Adha 1442, l’opération d’identification des bêtes se poursuit. En effet, la Fédération interprofessionnelle des viandes rouges (FIVIAR) et l’Association nationa...

Plus de 87% des eaux des plages marocaines conformes

Ce vendredi 18 juin, le département de l’Environnement du ministère de l’Énergie, des Mines et de l’Environnement a organisé une conférence de presse afin de présenter les résultats du rapport nationa...

Quel avenir pour la Radio au Maroc ? (avec Imad Kotbi)

Du jonglage au DJing en passant par la RNT, Imad nous fera voyager avec lui depuis ses débuts et sa formation, jusqu’à cette époque où la Radio évolue et ses méthodes aussi. Comment a-t-il débuté ? Qu...

Marhaba 2021 : quand le Maroc tend les bras à ses immigrés

Le Conseil de gouvernement a approuvé ce jeudi un projet de décret instituant « une indemnité de tr...

Ahmed Réda Chami, président du CESE, invité de "Les Matins HEC"

Ce lundi 14 juin, Ahmed Réda Chami, président du Conseil économique, social et environnemental (CESE) et membre de la Commission spéciale sur le nouveau modèle de développement (NMD), a été l’invité d...

lebief.ma - banniere-covid