Aller au contenu principal

Melilia de nouveau prise d’assaut par des migrants

238 migrants ont réussi à entrer à Mélilia ce jeudi 22 juillet, après avoir escaladé la barrière qui entoure la ville occupée. Cet incident est intervenu deux mois après l’arrivée de 10.000 personnes à Sebta depuis Fnideq ainsi qu’après le grave faux pas diplomatique de l’Espagne lié à l’accueil du chef du Polisario sur son territoire à l’insu du Maroc. Depuis cet épisode, le voisin du Nord tente de reprendre ces relations avec Rabat. D’ailleurs, les déclarations de plusieurs responsables ibériques soulignent la volonté de l’Espagne de tourner la page et de regagner la confiance du Maroc.

Par Nora Jaafar, Publié le 23/07/2021 à 16:34, mis à jour le 23/07/2021 à 17:35
         Temps de lecture 3 min.
Teaser Media
Melilia de nouveau prise d’assaut par des migrants

Plus de 230 migrants ont franchi ce jeudi 22 juillet la barrière frontalière entourant la ville occupée de Melilia. Il s’agit de l’un des plus importants afflux de migrants dans ce petit territoire d’Afrique du Nord de ces dernières années. L’incident s’est produit deux mois après l’arrivée de 10.000 personnes à Sebta, exacerbant la crise diplomatique entre Madrid et Rabat. 

Dans un communiqué, la délégation du gouvernement espagnol à Melilia a déclaré qu’«un afflux important» de plus de 300 migrants avait tenté de franchir la frontière à 6h50, 238 d’entre eux, tous des hommes, ayant réussi à escalader la clôture. Ils ont utilisé des crochets pour escalader la barrière, ce qu’ils ont réussi à faire malgré les dispositifs «anti-intrusion» en place.

Les autorités espagnoles ont indiqué que trois policiers de la Guardia Civil ont été «légèrement blessés» par les crochets utilisés par ceux qui ont franchi la clôture. Les migrants ont été emmenés dans un centre d’accueil où ils seront mis en quarantaine, conformément aux procédures de sécurité anti-Covid-19.

Lire aussi : Maroc-Espagne : des migrants clandestins marocains encore à Sebta

 

Reconnaissance des efforts du Maroc

De son côté, Fernando Grande-Marlaska, ministre de l’Intérieur ibérique, a assuré qu’il y a «une coopération pertinente et coordonnée avec les autorités marocaines» qui œuvrent de «manière efficace» pour gérer l’afflux des migrants à Melilia. Il a souligné que malgré les dispositions de sécurité des frontières en vigueur, «les mesures maximales prises à cet égard n’empêchent pas la possibilité de tels événements». Concernant les autres 3.000 migrants marocains, qui se trouvent au préside occupé de Sebta depuis deux mois, le ministre a affirmé que les mesures nécessaires ont été prises pour garantir leur sécurité et qu’ils sont bien entretenus.

Lire aussi : Crise Maroc-Espagne : l’étau se resserre autour d'Arancha Gonzalez Laya

 

Tout pour reprendre les relations diplomatiques avec Rabat

La sortie de Grande-Marlaska vient une nouvelle fois confirmer la volonté de l’Espagne de tourner la page de l’épisode Brahim Ghali et de tenter de reprendre ses relations diplomatiques avec le Maroc. Pour rappel, Arancha Gonzalez Laya a été sacrifiée sur l’autel des relations diplomatiques avec Rabat après avoir été identifiée comme principale responsable de l’accueil du chef des séparatistes du Polisario sur le territoire ibérique. C’est d’ailleurs pour prouver sa détermination à calmer les tensions avec Rabat que Madrid a nommé José Manuel Albares, ancien ambassadeur d’Espagne à Paris et très proche camarade du premier ministre Pedro Sanchez, au poste de chef de diplomatie. Aussi, Isabel Rodriguez, nouvelle porte-parole du gouvernement ibérique, a souligné l’importance de la reprise des relations diplomatiques stables avec le Royaume, notant que le partenariat Maroc-Espagne concerne plusieurs domaines, allant des luttes contre la migration irrégulière et contre le terrorisme aux accords d’accès à l’espace maritime marocain, entre autres.

Lire aussi : Crise Maroc-Espagne : Madrid veut enterrer la hache de guerre

Enfin, malgré les efforts de l’Espagne, le gouvernement Sanchez n’a toujours pas précisé sa position quant à la question épineuse du Sahara marocain, car cette dernière est bien le principal sujet de son conflit avec le Maroc. Reste désormais à savoir jusqu’où le voisin du Nord est-il prêt à aller pour reconstruire la relation de confiance que sa diplomatie a brisée après sa collusion avec l’Algérie et le Polisario pour infiltrer en secret et en toute illégalité en Espagne Brahim Ghali.

Affaire Brahim Ghali : l’ex-cheffe de la diplomatie espagnole sera auditionnée le 4 octobre

L’ex-ministre espagnole des Affaires étrangères, Arancha Gonzalez Laya, sera auditionnée le 4 octobre prochain à 13h par le juge d’instruction du tribunal de Saragosse. Cette audience s’inscrit dans l...

Les frontières du Maroc avec Sebta et Melilia resteront fermées jusqu’au 31 octobre

L’Espagne a décidé de prolonger d’un mois la fermeture des frontières de Sebta et Melilia avec le Maroc. Cette décision a été signée par Fernando Grande-Marlaska, ministre de tutelle, qui a prolongé l...

Nouveau gouvernement : quelle est la prochaine étape ?

L’identité des profils éligibles aux postes ministériels dans le prochain gouvernement sera bientôt...

Coalition RNI-PAM-PI : quelles sont les chances de briller ?

Dans ce podcast, TelQuel s’intéresse à la coalition gouvernementale 2021-2026 et ses perspectives de réussite. Le journal reçoit Nabil Abdel, enseignant chercheur, membre du mouvement Maan, et Mehdi L...

Guelmim : le parquet classe l'affaire du décès de Abdelouahab Belfquih

Abdelouahab Belfquih s'est bel et bien suicidé. C'est la conclusion de l'enquête menée par le parquet à Guelmim. Le Procureur général du Roi près la Cour d'appel de Guelmim a annoncé, vendredi, que...

Quelle place pour l'opposition dans la nouvelle Chambre des représentants ?

Maintenant que la majorité est formée, les autres partis politiques marocains passent automatiqueme...