Aller au contenu principal

Crypto-monnaie: Facebook veut bouleverser le système financier mondial

À partir du 1er semestre 2020, la monnaie virtuelle de Faceook dénommée Libra sera opérationnelle. Le géant de la Tech proposera une nouvelle alternative de paiement hors des circuits classiques.

Par J.R.Y, Publié le 20/06/2019 à 16:52, mis à jour le 30/12/2019 à 20:25
Teaser Media

Facebook a dévoilé les contours de sa crypto-monnaie en début de semaine. Elle s’appellera Libra. Elle offrira à partir du 1er semestre 2020 une nouvelle alternative de paiement hors des circuits classiques. Un porte-monnaie numérique sera directement intégré aux applications Messenger et Whatsapp et permettra aux usagers d’effectuer des achats ou encore le transfert d’argent. La notoriété du réseau social pourrait donner plus de crédit aux monnaies virtuelles dont le Bitcoin, la plus connue aujourd’hui.

 

L’adoption de ce mode de paiement par les utilisateurs de Facebook (2,38 milliards) ouvrirait de nouvelles opportunités à ce géant de la Tech mais surtout va rebattre les cartes dans le secteur des services financiers. Dans les pays en développement, l’émergence de nouveaux modèles de distribution de services financiers à des tarifs compétitifs va contribuer à accélérer l’inclusion financière. L’usage des nouvelles technologies dans la Finance peut stimuler la croissance économique. Selon l’institut McKinsey, le potentiel de la fintech dans les économies émergentes à l’horizon 2025 représente 6% de PIB additionnel soit 3.700 milliards de dollars et 95 millions d’emplois.  

 

Une menace pour les banques

 

Par leur façon d’agir, les acteurs de la nouvelle économie posent bien des problèmes aux régulateurs qui doivent se mettre au diapason pour mieux appréhender leurs modèles et les risques sous-jacents. Rien que sur les crypto-monnaies, les enjeux sont significatifs puisqu’à terme, leur développement pourrait priver les banques centrales du monopole de l’émission de la monnaie. Le comportement de la monnaie virtuelle de Facebook et l’adhésion des usagers seront donc surveillés comme le lait sur le feu. En cas de succès, le projet de Facebook deviendra instantanément systémique et devra être soumis aux meilleures normes de régulation, avertit Mark Carney, le gouverneur de la Banque d’Angleterre.

 

Le Maroc toujours méfiant quant à la crypto-monnaies

 

Au Maroc, l’on surveille de près l’actualité sur les crypto-monnaies. Rien n’interdit l’usage des monnaies virtuelles, mais les autorités monétaires ont mis en garde sur les risques liés à leur utilisation. Mais, elles n’ont pas pris de position définitive sur le sujet. Au lieu d’aller à l’encontre de l’évolution (ce n’est pas dans leur intérêt), les banques centrales et les institutions financières internationales renforcent leurs moyens pour comprendre les fintechs et apporter les réponses adéquates aux défis qu’elles posent, quitte à faire comme elles. Certaines banques centrales n’excluent pas la création de leur propre crypto-monnaie. Même le Fonds Monétaire International a émis l’idée de la création d’une monnaie virtuelle. Il faudra certainement une révision de ses statuts pour qu’un projet de ce type puisse aboutir. Mais, rien n’empêche qu’il pèse dans la réflexion des banques centrales sur ce sujet.

 

La feuille de route digitale de Bank Al-Maghrib prend en compte ses considérations. Elle discute aussi avec les banques centrales dont la réflexion est assez poussée sur les fintechs. L’idée est de mieux cerner les enjeux et aussi les investissements nécessaires, notamment en matière de compétences. Comme les autres banques centrales, l’objectif est de ne pas louper le bon wagon.

Perspectives économiques : l’inflation, le grain de sable dans la reprise

Le FMI a abaissé de 0,1 point sa prévision de croissance mondiale à 5,9%. La révision est certes mo...

2021 : la croissance au beau fixe

Le Maroc devra enregistrer l’un des taux de croissance les plus robustes de la région cette année, ...

Des entreprises marocaines victimes des tensions entre Alger et Rabat

Encore une fois, les relations entre Alger et Rabat passent par la case rouge des tensions et des querelles diplomatiques. Dernier épisode en date de cette série noire, une affaire de résiliation des ...

Un record de transferts des MRE prévu à fin 2021

À la suite des travaux de la troisième réunion trimestrielle du Conseil de Bank Al-Maghrib (BAM) au titre de 2021, tenue ce mercredi 13 octobre, la banque centrale a souligné dans un communiqué que le...

IRES : le monde post-Covid-19

Dans son rapport stratégique 2021, intitulé “vers un nouveau monde post-Covid-19 ?”, l’Institut royal des Études stratégiques (IRES) s’est penché sur l’après-crise sanitaire. Soulignant une "quasi-imp...

FMI : malgré la baisse des perspectives de croissance mondiale, le Maroc affiche des prévisions à la hausse

Les perturbations persistantes de la chaîne d’approvisionnement et les pressions inflationnistes entravent la reprise de l’économie mondiale au sortir de la pandémie de la Covid-19, a déclaré ce mardi...