Aller au contenu principal

ALE Maroc-USA : 15 ans après

Le Maroc et les États-Unis ont célébré le lundi 7 juin le 15e anniversaire de leur Accord de libre-échange (ALE). Durant cette période, les échanges commerciaux entre les deux pays ont été quintuplés pour atteindre cinq milliards de dollars en 2019. Selon le chargé d’affaires de l’ambassade américaine au Maroc, David Greene, cette dynamique commerciale a permis la création de milliers d’emplois et a contribué au développement économique de Rabat et de Washington. De son côté, Lawrence Randolph, le consul général des États-Unis au Maroc, a salué l’excellence des différentes relations liant les deux pays et a affirmé qu’elles continueront de prospérer dans l’avenir.

Par Nora Jaafar, Publié le 09/06/2021 à 14:25, mis à jour le 09/06/2021 à 15:18          Temps de lecture 4 min.
Teaser Media
Maroc-USA : 15 ans après la signature de l'ALE

Le lundi 7 juin a marqué le 15e anniversaire de l’Accord de libre-échange (ALE) Maroc-USA entré en vigueur en 2006. Pour fêter cet événement, la Chambre de commerce américaine au Maroc (AmCham Maroc) et la Mission des États-Unis au Maroc ont organisé une cérémonie spéciale à la Villa Mirador, résidence de Lawrence Randolph, le consul général des États-Unis dans le Royaume.

Participant à cet événement, David Greene, le chargé d’affaires de l’ambassade américaine au Maroc, a affirmé que durant ces 15 dernières années, les échanges commerciaux entre les deux pays ont été multipliés par cinq pour atteindre cinq milliards de dollars en 2019, soit une augmentation de 400% depuis l’entrée en vigueur de l’accord. En 2020, et malgré la crise engendrée par la pandémie de la Covid-19, cet indicateur a atteint les 3,3 milliards de dollars (MM$).

Cette dynamique commerciale a permis la création de milliers d’emplois et a contribué au développement économique de Rabat et de Washington, a-t-il souligné. Aujourd’hui, il y a environ 150 entreprises américaines qui opèrent au Maroc, dont une dizaine d’usines à Tanger Free Zone et à Kenitra Atlantic Zone. Le diplomate explique que «cet investissement a soutenu le développement de l’industrie stratégique, ce qui a permis au Maroc de se placer dans le tissu de la chaîne d’approvisionnement mondiale dans des marchés avancés et complexes».

En 2019, les États-Unis ont importé 3.000 MM$ de biens et de services du monde entier, a rappelé David Greene, notant qu’avec une orientation et un dévouement appropriés, les entreprises marocaines peuvent profiter de l’ALE pour améliorer leur part dans les importations américaines. Il a soutenu qu’en 2020 les exportations des USA vers le Maroc ont atteint 2,3 MM$, tandis que celles du Royaume vers les États-Unis se sont élevées à 1,04 MM$. Ces dernières ont permis à plusieurs produits marocains de faire leur entrée sur le marché américain, notamment les courgettes, la framboise et l’aubergine.

 

Des relations stratégiques et historiques

Pour sa part, Lawrence Randolph a salué la contribution de l’ALE au renforcement des liens économiques entre les communautés d’affaires américaines et marocaines. Soulignant que le Maroc est le seul pays d’Afrique à avoir scellé ce type d’accord avec les USA, il indique que ce dernier couvre une multitude de secteurs économiques et une large gamme de produits. Il a précisé que c’est grâce à cette collaboration que les opérateurs américains ont pu bénéficier de la position stratégique du Royaume en tant que porte d’entrée de l’Afrique, ainsi que de ses différents partenariats internationaux.

D’après le consul général des États-Unis au Maroc, la relation liant Rabat à Washington est «historique, profonde et séculaire», rappelant que les deux pays célèbrent également cette année le 200e anniversaire de la légation américaine à Tanger. Cet avant-poste diplomatique a servi de première ambassade étrangère des USA et le sultan Moulay Sidi Mohammed Ben Abdellah a été le premier dirigeant étranger à reconnaître l’indépendance du pays vis à vis de la Grande-Bretagne. Randolph a réitéré que le rôle du Maroc dans la poursuite de la reconnaissance internationale de la souveraineté des États-Unis est «une chose très importante» pour son pays.

C’est d’ailleurs afin de cimenter les liens entre les deux pays et de les consolider davantage que l’administration de l’ex-président américain Donald Trump a annoncé en décembre 2020 la reconnaissance des États-Unis de la marocanité du Sahara et de la souveraineté du Maroc sur l’ensemble des provinces du Sud.

Lire aussi : L'administration Biden reconnaît la marocanité du Sahara

Enfin, notons que les relations entre le Maroc et les États-Unis prospèrent au niveau de plusieurs secteurs. À titre d’exemple, les deux pays participent, depuis le 7 juin, à l’exercice militaire conjoint African Lion auprès de huit autres pays. Ces exercices se déroulent dans tout le Royaume et de nombreux hauts responsables, tels que le général américain Stephen Townsend, ont décrit cet événement comme «un excellent exemple de l’engagement à long terme des États-Unis en Afrique».

Lire aussi : C’est parti pour l’African Lion 2021

Enseignants contractuels : prochaine affiliation à la CMR

Bonne nouvelle pour les enseignants contractuels. Le gouvernement a répondu favorablement à l'une de leurs revendications, à savoir l'affiliation à la Caisse marocaine des retraites (CMR). Le Conse...

Diplomatie : le Maroc toujours en froid avec l’Espagne et l’Allemagne

Bien qu’invité par Joe Biden, président américain, au deuxième sommet de Berlin sur la Libye, le Ma...

Élections 2021 : comment expliquer le nomadisme des députés ?

À l’approche de l’échéance électorale, certains députés choisissent de changer de formation politiq...

Démarrage du 2e sommet de Berlin sur la Libye

Invité par le président américain, Joe Biden, le Maroc pourrait participer ce mercredi 23 juin au d...

Opération Marhaba : une subvention de 4,5 milliards de DH de l'État

Le Chef du gouvernement Saad Dine El Otmani s’est rendu ce mardi après-midi au Parlement pour prend...

Sahara : quelles perspectives 6 mois après la reconnaissance américaine ?

Ce mois de juin marque le sixième mois après la signature de la proclamation américaine reconnaissant la marocanité du Sahara et qui a été élaborée par l’administration Donald Trump. Depuis, le Maroc ...