Aller au contenu principal

Rapatriement de mineurs clandestins : le Maroc veut mettre fin à cette question

Le roi Mohammed VI a réitéré ce mardi 1er juin ses instructions pour le règlement définitif de la question des mineurs marocains non accompagnés, mais identifiés qui se trouvent illégalement dans l’Union européenne (UE). Ces hautes instructions royales ont été adressées aux ministères de l’Intérieur et des Affaires étrangères. Ces dernières ont été saluées par le commissaire européen Oliver Varhelyi, qui a noté que l’UE poursuivra sa coopération étroite avec le Royaume pour relever les défis migratoires. La réaffirmation de la décision du Souverain intervient alors que les relations entre Rabat et Madrid sont de plus en plus tendues.

Par Nora Jaafar, Publié le 02/06/2021 à 14:27, mis à jour le 02/06/2021 à 19:02          Temps de lecture 6 min.
Teaser Media
Rapatriement de mineurs clandestins : le Maroc veut mettre fin à cette question

Le roi Mohammed VI a pris une grande décision au sujet des enfants se trouvant illégalement dans l’Union européenne (UE). En effet, il a ordonné ce mardi 1er juin aux ministères de l’Intérieur et des Affaires étrangères de résoudre définitivement les questions liées à la migration illégale des mineurs marocains non accompagnés en Europe. Dans un communiqué de presse commun, les deux départements ont souligné que, bien que le Royaume ait déjà travaillé avec les États de l’UE pour assurer le retour desdits mineurs, les procédures (administratives et judiciaires) complexes de certains pays ont retardé leur rapatriement. D’ailleurs, poursuit la même source, les mécanismes de coopération qui ont été mis en place à cet effet, notamment avec la France et l’Espagne, ont permis le retour de plusieurs dizaines de mineurs au Maroc. En outre, le communiqué assure que le gouvernement marocain est toujours disposé à collaborer, «comme il l’a toujours fait», avec les pays européens et l’UE, pour le règlement de cette question.

Le portail européen EU Political Report rapporte pour sa part que le Royaume «est le premier pays à agir sur les inquiétudes concernant certains cercles de la société civile, voire des réseaux criminels, qui utilisent les conditions prétendument précaires des mineurs comme prétexte pour les exploiter». De plus, James Wilson, auteur de l’article, estime que la question migratoire, notamment la question des mineurs non accompagnés, n’est qu’un prétexte pour «contourner les véritables causes de la crise politique actuelle avec l’Espagne, dont les origines et les fondements sont bien connus».

Lire aussi : Mineurs non accompagnés : Rabat rejette les accusations de Madrid

 

Une décision saluée par l’UE

Suite à l’annonce des dernières instructions royales concernant le rapatriement des mineurs clandestins, Oliver Varhelyi, membre de la Commission européenne (CE), a fortement salué cette décision. «Je salue cette annonce importante du Maroc aujourd’hui concernant la réadmission des mineurs non accompagnés», a déclaré le commissaire européen au Voisinage et à l’Élargissement. Il a précisé sur son compte Twitter que l’UE envisage de poursuivre sa coopération étroite avec le Maroc pour relever les défis migratoires et «faire progresser le partenariat bilatéral, dans l’intérêt mutuel».

De son côté, l’eurodéputée polonaise Anna Fotyga s’est également dite très satisfaite de la décision des autorités marocaines de régler définitivement la question des mineurs non accompagnés en Europe. Et de noter : «Je salue la décision des autorités marocaines de réadmettre tous les mineurs marocains non accompagnés, mais identifiés qui se trouvent illégalement dans l’Union européenne».

 

Les efforts importants du Maroc dans la lutte contre la migration

Les réitérations des hautes instructions du Roi semblent intervenir en réponse aux accusations espagnoles selon lesquelles le Maroc ne reprend pas ses migrants conformément aux accords de coopération qu’il a précédemment conclus avec l’UE. Des accusations qui ont été imputées au Royaume après l’arrivée à Sebta le mois dernier, et en seulement 48 heures, de plus de 10.000 personnes en provenance de Fnideq, dont au moins 1.500 étaient des mineurs. La plupart de ces derniers ont été immédiatement renvoyés à la ville précitée, mais des centaines d’enfants non accompagnés y sont restés.

Rabat avait profité de cette crise migratoire pour souligner la disparité des charges dans les procédures de contrôle des frontières. «Les événements de ces derniers jours ont montré que 99% des efforts dans cette lutte sont faits par le Maroc», a soutenu le ministre des Affaires étrangères, Nasser Bourita. Il a affirmé que le Royaume a empêché plus de 14.000 tentatives de migration irrégulière depuis 2017, soulignant que l’UE ne contribue même pas à 20% du coût total que le pays assume pour prévenir et avorter les opérations migratoires illégales. Le responsable a également indiqué qu’au cours de cette période, le Maroc a en plus transmis plus de 9.000 informations de renseignement à ce sujet à l’Espagne et qu’il a démantelé 8.000 cellules de trafic d’êtres humains.

Lire aussi : Fnideq : les migrants évacués et rapatriés

 

La crise diplomatique entre Rabat et Madrid

Pour rappel, le Maroc et l’Espagne sont en froid depuis que le gouvernement ibérique a décidé d’accueillir, à l’insu de Rabat, le leader du Polisario, Brahim Ghali, pour soigner son infection à la Covid-19 à l’hôpital San Pedro de Logroño. En signe de protestation, le gouvernement marocain a rappelé son ambassadeur à Madrid pour des consultations.

Lire aussi : Brahim Ghali est désormais en Algérie

Ainsi, c’est afin d’éviter l’utilisation de la crise migratoire pour détourner l’attention des «véritables causes de la crise politique actuelle avec l’Espagne», notamment sa position sur le Sahara, que les ministères de l’Intérieur et des Affaires étrangères ont été exhortés d’accélérer le rapatriement des mineurs marocains. Minimisant la gravité de l’infiltration illégale et secrète du dirigeant des séparatistes, la cheffe de la diplomatie espagnole avait déclaré : «Cela nous déchire le cœur de voir nos voisins envoyer des enfants, voire des bébés [parce qu’ils] rejettent un geste humanitaire de notre part». Pedro Sanchez a pour sa part lancé que la réaction du Maroc était «un acte de défi», affirmant que le prétendu «manque de contrôle aux frontières» n’est pas seulement une «démonstration d’irrespect envers l’Espagne, mais plutôt envers l’Union européenne».

Lire aussi : La justice espagnole laisse Brahim Ghali en état de liberté


Ces déclarations, bien qu’incendiaires, n’ont cependant pas réussi à intimider Rabat. La dernière déclaration du ministère marocain des Affaires étrangères a d’ailleurs rétorqué que «le Maroc n’a pas l’habitude de s’engager dans des controverses sur des déclarations de hauts responsables de pays étrangers. Cependant, le commentaire d’aujourd’hui du Premier ministre espagnol rejetant la déclaration marocaine en la liant à la migration suscite une grande surprise». Nasser Bourita a tenu à ajouter que le Royaume «a souligné à plusieurs reprises que la crise bilatérale n’est pas liée à la question de la migration» ni à la seule affaire de Brahim Ghali. Selon lui, «la genèse et les raisons profondes de cette crise» sont dues à une «confiance brisée entre deux partenaires» et d’«une question d’arrière-pensées espagnoles hostiles au sujet du Sahara». Enfin, la diplomatie marocaine a assuré qu’elle ne se défilera pas et que ses autorités «se réservent le droit d’apporter, au moment opportun, les réponses appropriées aux accusations infondées du gouvernement espagnol».

Maroc-Espagne : des migrants clandestins marocains encore à Sebta

3.000 migrants clandestins marocains, dont 830 mineurs, sont encore sur le "territoire espagnol", et ce un mois après la crise migratoire de Sebta. C’est ce qu’a affirmé Juan Vivas, chef du gouverneme...

Un dîner en l'honneur de la délégation du Hamas

Dans son journal télévisé arabophone de 21h, la première chaine de télévision marocaine a révélé que le roi Mohammed VI a offert un dîner en l’honneur d’Ismail Haniyeh, le chef du Hamas. Ce dernier, a...

Élections 2021 : une commission de suivi créée

Sur instructions royales, la commission centrale chargée du suivi des élections a été créée ce mard...

Résolution du conflit israélo-palestinien : le rôle significatif du Maroc

Convié par le Parti de la justice et du développement (PJD), Ismail Haniyeh, chef du mouvement pale...

Le Conseil de coopération du Golfe exprime son soutien au Maroc

Ce mercredi 16 juin à Riyad, le conseil ministériel du Conseil de coopération du Golfe (CCG) a tenu sa 148e session. À l’issue de cette réunion, le CCG a publié un communiqué dans lequel il souligne l...

Arrivée du chef du mouvement Hamas au Maroc

Une première. Ce mercredi 16 juin à Rabat, Saad Dine El Otmani, chef du gouvernement, ainsi que d’autres politiciens marocains ont reçu Ismail Haniyeh, le chef du Hamas. Ce dernier, accompagné par une...