Aller au contenu principal

Brahim Ghali est désormais en Algérie

Par Nora Jaafar, Publié le 02/06/2021 à 11:10, mis à jour le 02/06/2021 à 17:42
         Temps de lecture 2 min.
Teaser Media
Brahim Ghali est désormais en Algérie

Dans la nuit du mardi 1er au mercredi 2 juin, le Front Polisario a affirmé que son leader Brahim Ghali a quitté l’Espagne depuis l’aéroport de Pampelune quelques heures seulement après avoir témoigné devant l’Audience nationale espagnole. Jalil Mohamed, porte-parole du groupe séparatiste, a assuré par la suite au quotidien espagnol El Pais que Ghali est arrivé "sain et sauf" en Algérie à bord d’un avion sanitaire privé français.

Citant des sources du ministère espagnol des Affaires étrangères, le journal rapporte que le chef du Polisario a quitté la péninsule ibérique en utilisant les mêmes fausses pièces d’identité et passeport falsifié avec lesquels il est entré le 18 avril dernier dans le pays. La cheffe de la diplomatie espagnole a quant à elle soutenu que le Maroc a été avisé de ce départ "par voie diplomatique". Notons que le gouvernement ibérique a à maintes reprises précisé qu’il a accepté d’accueillir Brahim Ghali dans l’hôpital San Pedro de Logroño pour des raisons humanitaires, notamment après son infection à la Covid-19.

Lire aussi : La justice espagnole laisse Brahim Ghali en état de liberté 

Ainsi, malgré la crise diplomatique qu’a provoquée l’Espagne avec le Maroc en hébergeant le leader séparatiste, le juge Santiago Pedraz n’a pas adopté de mesures conservatoires à l’encontre de Ghali. Ce dernier est accusé de "torture", de "génocide", d’"enlèvement" et de "viol". Pedraz a cité le "manque de preuves" des plaignants qui ont déposé des plaintes contre Ghali ainsi que leur échec à "démontrer l’existence de motifs suffisants pour le tenir pour responsable d’un quelconque crime". De plus, ledit juge a rejeté les appels de l’accusation à maintenir le dirigeant du Polisario en détention provisoire, déclarant qu’il était libre de quitter l’Espagne dès son rétablissement complet de la Covid-19.

Par ailleurs, Madrid a exprimé son souhait de reprendre des relations diplomatiques normales avec le Maroc après le départ de Ghali, mais Rabat ne semble pas vouloir jeter cette affaire aux oubliettes. Pour le moment, tout porte à croire qu’il n’y a pas, ou peu, de chances que les deux pays puissent réparer et reprendre leurs liens politiques, autrefois amicales et très étroits.

Lire aussi : African Lion 2021 : l’Espagne ne participe pas à cette édition

Avec le départ rapide du leader du Polisario d’Espagne, plusieurs observateurs se demandent désormais si Santiago Pedraz a agi en pleine conformité avec la loi espagnole, ou si des motivations politiques l’ont forcé à libérer Ghali. Une chose est sûre, le retour de Ghali en Algérie sans un procès complet et transparent risque de détériorer davantage les futures relations diplomatiques entre le Maroc et l’Espagne. 

Incursion de l'armée algérienne dans la localité marocaine de Oued-Zelmou

Ce jeudi 23 septembre, l'armée algérienne a pénétré le territoire marocain dans la localité de Oued-Zelmou à Bouarfa. Comme pour les terres d'El Arja à Figuig, l’Algérie, qui revendique ce territoire,...

Coalition gouvernementale : place à la négociation des portefeuilles ministériels

Après l’étape de la formation de la majorité gouvernementale, les tractations concernant l’attribut...

Dialogue Maroc-USA sur les droits de l'Homme : Washington soutient l'agenda de réformes du Roi

Dans le cadre du «dialogue permanent et de longue date» entre les États-Unis et le Maroc sur de nombreuses questions, notamment celle des droits de l’Homme, le département d’État américain a accueilli...

Fermeture de l'espace aérien algérien aux avions marocains : quelles implications ?

Ce mercredi, l’Algérie a décidé de fermer son espace aérien à tous les avions civils et militaires ...

Élections 2021 : les résultats des élections préfectorales et provinciales dévoilés

Plus de 30.000 élus communaux ont élu ce mardi 21 septembre les membres des conseils des provinces ...

Élections des conseillers : dépôt des candidatures du 24 au 27 septembre

Le dépôt des candidatures pour l’élection des membres de la Chambre des conseilleurs sera ouvert du 24 au 27 septembre 2021. C’est ce qu’a annoncé le ministère de l’Intérieur ce mardi, tout en rappela...