Aller au contenu principal

Enquête sur la massive panne de courant en Amérique du Sud

Par H.L.B, Publié le 17/06/2019, mis à jour le 30/12/2019
Teaser Media

Alors que les lumières se sont rallumées en Argentine, en Uruguay et au Paraguay après une panne de courant massive qui a touché des dizaines de millions de personnes, les autorités sont encore dans le noir quant à ce qui a causé la rupture du réseau interconnecté.


Le président argentin Mauricio Macri a promis une enquête approfondie sur ce qu'il a appelé une panne "sans précédent", qui a soulevé des questions sur les failles du réseau sud-américain, reliant plusieurs des pays les plus importants de la région.


Les services de l'énergie ont déclaré que les résultats de l'enquête seront disponibles dans 10 à 15 jours et qu'ils ne sont pas en mesure de fournir immédiatement des détails sur l'impact économique de la panne, qui a eu lieu dimanche, la veille d'une fête nationale en Argentine.


Le secrétaire argentin de l'énergie, Gustavo Lopetegui, a expliqué que la panne a commencé par une défaillance du "système d'interconnexion" du pays, ajoutant que cela se produit également dans les autres États. Mais il a indiqué qu'une série d'événements s'est produite plus tard, causant une perturbation totale.

 

Il n'a pas écarté la possibilité d'une cyberattaque, il a toutefois ajouté qu'elle était peu probable.


Noir total


La panne a commencé vers 7 heures du matin ce dimanche, alors que les 44 millions d'Argentins, les habitants de l'Uruguay et de certaines régions du Paraguay se réveillaient dans le noir le jour de la fête des Pères.

 

Les transports publics se sont arrêtés à Buenos Aires, tandis que les communications téléphoniques et Internet ont été interrompus, l'approvisionnement en eau a été coupé et les magasins ont dû fermer. Les patients qui dépendent de l'équipement médical à domicile ont été priés de se rendre aux hôpitaux munis de générateurs.


Le courant a été rétabli dimanche soir. Mais la panne a soulevé des questions sur l'état de préparation de l'Argentine et son manque d'investissement dans le système électrique à un moment où le pays traverse une crise économique profonde avec une inflation galopante, une monnaie locale en chute libre et une flambée des factures de services publics alimentée par des mesures d'austérité imposées par Macri.


Le leader conservateur a vu sa cote de popularité chuter au cours de la crise au cours de laquelle il a lutté pour dompter l'un des taux d'inflation les plus élevés du monde alors que la pauvreté a atteint environ un tiers de la population. Les Argentins sont également frustrés par les coûts élevés des services publics et la panne pourrait déclencher d'autres protestations contre le gouvernement de Macri au moment même où il cherche à se faire réélire en octobre.

 

Le problème est évident


Un expert argentin indépendant dans le domaine de l'énergie a déclaré que des erreurs systémiques de fonctionnement et de conception ont joué un rôle dans la paralysie du réseau électrique.

 

La compagnie énergétique uruguayenne UTE a déclaré que l'échec du système argentin a également coupé l'électricité dans tout l'Uruguay pendant des heures, attribuant ainsi la panne à une "défaillance du réseau argentin".


Au Paraguay, l'électricité a également été coupée dans les communautés rurales du sud, près de la frontière avec l'Argentine et l'Uruguay. L'Administration nationale de l'énergie du pays a indiqué que le service a été rétabli l'après-midi en réorientant l'énergie de la centrale hydroélectrique d'Itaipu que le pays partage avec le Brésil.

Accord UE-Maroc : la Cour européenne examine le recours du Polisario

Ce mardi 2 mars, journée d’ouverture d’une audience devant la 9e chambre du tribunal de l’Union européenne au Luxembourg, la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) examine le dossier du Sahara. ...

Pour l’ONU, la baisse des dons est une peine de mort contre le Yémen

Ce lundi 1er mars, Antonio Guterres, le secrétaire général des Nations Unies (ONU), a qualifié la baisse des promesses de dons pour assurer une aide au Yémen de «peine de mort». Guterres a dévoilé qu’...

Birmanie : la répression meurtrière des manifestants se poursuit

Ce lundi 1er mars, de nouveaux rassemblements ont eu lieu dans plusieurs villes en Birmanie. Ces manifestations pro-démocratiques, survenues près d’un mois après le coup d’État en Birmanie, ont été ré...

Affaire des écoutes : Nicolas Sarkozy condamné à trois ans de prison

Ce lundi 1er mars à Paris, l’ancien président français Nicolas Sarkozy a été condamné à trois ans de prison, dont deux avec sursis. Une première pour un président de la Ve République. Poursuivi pour c...

Israël vaccinera des dizaines de milliers de Palestiniens

Dimanche 28 février, les autorités israéliennes ont confirmé que leur pays vaccinera des dizaines de milliers de Palestiniens. Sont concernés ceux ayant un permis pour travailler en territoire israéli...

Après les États-Unis, l’UE devrait autoriser le vaccin de Johnson & Johnson

Après celui de Pfizer-BioNTech, celui de Moderna et celui d’AstraZeneca, le vaccin contre la Covid-19 de Johnson & Johnson devrait être autorisé début mars par l’Union européenne (UE) et commencer...