Aller au contenu principal

Santé : vers un développement optimal du secteur ?

Khalid Aït Taleb est intervenu ce mardi à la Chambre des conseillers. Le ministre de la Santé a souligné que c’est grâce aux mesures proactives prises par les pouvoirs publics que la pandémie de la Covid-19 commence à ralentir dans le pays. Il a également évoqué l’importance de l’accélération de la réforme du système de la santé en marge du lancement de l’initiative royale de généralisation de la couverture sociale. Un chantier, qui selon le DR Jaafar Heikel nécessite une consolidation du partenariat public-privé. De son côté, Javier Dómokos Ruiz, ambassadeur de Cuba au Maroc, a informé Aït Taleb de la volonté de son pays de partager avec le Maroc ses expériences dans les domaines de la santé et de la biotechnologie.

Par Nora Jaafar, Publié le 05/05/2021 à 14:36, mis à jour le 05/05/2021 à 14:55          Temps de lecture 5 min.
Teaser Media
Santé : vers un développement optimal du secteur ?

Intervenant ce mardi 4 mai lors de la séance de questions orales à la Chambre des conseillers, Khalid Aït Taleb, ministre de la Santé, a souligné que les mesures «proactives prises par les pouvoirs publics, notamment l’interdiction des déplacements nocturnes pendant le mois de ramadan», ont permis le recul de la propagation de la Covid-19 dans le pays. Malgré le ralentissement du rythme de vaccination en raison de retard de livraison de doses vaccinales, le ministre a assuré que «la campagne nationale de vaccination contre le coronavirus se poursuit dans tout le Royaume, de façon fluide et exemplaire». De même, il a affirmé que grâce aux dispositifs sanitaires qu’il a instaurés de manière très précoce, le pays a su «protéger son système de santé de l’effondrement, à un moment où de nombreux pays ont encore du mal à obtenir les doses de vaccin nécessaires pour leurs populations».
 
Lors de son allocution, Aït Taleb a précisé qu’assurer l’immunisation des groupes vulnérables et contrôler davantage l’expansion de l’épidémie sont les défis majeurs auxquels fait désormais face le Royaume. Selon lui, vu le succès de sa réponse face à la crise sanitaire, le pays pourra dans les quelques mois à venir préserver la santé des personnes à risque de plus de 55 ans et ainsi «éliminer les cas graves et les décès, afin de contrôler l’épidémie et d’atteindre ensuite l’immunité collective souhaitée».

 

Renforcer le système de Santé

Khalid Aït Taleb a également assuré que son ministère multiplie les efforts pour remédier aux limites du système de santé actuel, notamment la pénurie de personnel soignant. Il a expliqué qu’à ce jour, le Maroc est confronté à un manque de près de 32.000 médecins et 65.000 infirmiers et à un déséquilibre dans l’affectation régionale des ressources humaines médicales. Aussi, il déplore «une disparité régionale de l’offre sanitaire», loin de satisfaire les besoins et les attentes des citoyens, ainsi qu’un «faible financement et un manque d’attractivité» du secteur de la santé.

Pour pallier ces dysfonctionnements, le ministre a évoqué le programme de réforme du système de santé national mis en place par son département. Ce dernier ambitionne de promouvoir l’offre sanitaire en optimisant la dimension régionale, et ce, sur la base d’une carte sanitaire régionale, d’un plan médical régional, de l’amélioration des services des centres de santé et la maintenance des structures et des équipements. Dans le cadre de ce même programme, Aït Taleb soutient que le protocole de soins devra être respecté, mais aussi que le Maroc va s’ouvrir aux investissements étrangers et aux recrutements de médecins étrangers et davantage de compétences marocaines. Il a en plus insisté sur l’urgence du lancement de ce chantier de taille, notamment afin d’assurer la réussite de l’initiative royale de généralisation de la couverture sociale, qui concernera 22 millions de Marocains supplémentaires et dont la deadline a été fixé à 2026.

 

L’importance du partenariat public-privé pour la Santé

C’est d’ailleurs pour soutenir et accompagner le chantier de généralisation de la couverture sociale que l’épidémiologiste Jaafar Heikel et certains investisseurs ont décidé de créer des unités de soins dans différentes régions du Royaume. Le médecin a expliqué à nos confrères de TelQuel que ce projet de partenariat public-privé (PPP), dont Salaheddine Mezouar (ex-ministre et ex-patron des patrons) serait «conseiller des groupes d’investisseurs», vise à élargir l’offre de soins du pays en construisant de nouveaux sites médicaux ainsi qu’à gérer d’autres déjà existants. La première unité devrait d’ailleurs voir le jour en juin. D’après Heikel, ces nouveaux sites «proposeront un package de service de soins minimum accessible à tous». Il estime que l’État, le patient et le privé doivent contribuer ensemble à l’élaboration d’un système de santé, dont les services seront à la fois abordables et de qualité. L’expert recommande aussi de repenser le système de santé, son organisation et sa structure, de sorte à adapter l’offre de soin aux besoins de chaque région.

 

Bientôt des médecins cubains au Maroc ?

En raison de leur ampleur pour le Royaume, l’initiative royale de généralisation de la couverture sociale et les mesures de la réforme du système de la santé ont été au cœur de la réunion de Khalid Aït Taleb avec Javier Dómokos Ruiz, ambassadeur de Cuba au Maroc. En échangeant sur la décision du ministère de la Santé de solliciter des compétences médicales étrangères, le diplomate cubain a «réitérer la volonté du gouvernement cubain de partager ses expériences dans les domaines de la santé et de la biotechnologie au profit du peuple marocain».

Dans son édition du jour, Aujourd’hui le Maroc souligne que l’internationalisme médical de Cuba est une politique initiée par le pays depuis sa révolution en 1959. Cette politique «consistant d’une part à envoyer du personnel médical à l’étranger et d’autre part à accueillir des étudiants en médecine et des patients à Cuba», explique le journal. Toutefois, la mobilisation de ces médecins n’est pas gratuite, car les pays hôtes doivent payer le gouvernement cubain pour leurs services et prestations. Cette démarche a d’ailleurs rapporté à ce pays d’Amérique latine plus de 11 milliards de dollars en moyenne par an entre 2011 et 2015, et ce, grâce au déploiement de 50.000 médecins cubains dans 62 pays (24 pays d’Amérique latine et des Caraïbes, 27 d’Afrique subsaharienne, sept d’Asie orientale et du Pacifique, deux du Moyen-Orient et d’Afrique de l’Est, ainsi qu’en Russie et au Portugal).

Enfin, si le Maroc venait à accepter l’offre de Cuba, il est sûr qu’il pourra profiter de la vaste expérience de ce pays en matière de services médicaux.

Casablanca : la trémie Almohades sera inaugurée ce samedi

La trémie des Almohades, dont les traveaux ont démarré en 2017, sera enfin ouverte à la circulation ce samedi 26 juin. Cette nouvelle trémie reliant boulevard des FAR à la Marina sera inaugurée par Sa...

Comment se rendre en Turquie depuis le Maroc ?

Le secteur touristique en Turquie s’est ranimé, et ce, grâce à la levée des restrictions pour endiguer le nouveau coronavirus. Les touristes ont commencé à venir de la Russie, de l’Allemagne, de la Po...

Covid-19 : que sait-on sur le variant Delta ?

Depuis quelques jours, la propagation d’un nouveau variant de la Covid-19 vient donner du fil à ret...

Espagne : un député de Vox s’en prend à une collègue musulmane

Carlos Verdejo, député et porte-parole du parti d’extrême droite espagnol Vox à Sebta, a suscité l’indignation cette semaine pour son tweet raciste et xénophobe visant sa collègue musulmane, la député...

Hyatt Regency ouvre son premier resort à Taghazout Bay

Mardi 15 juin dernier, Hyatt Regency Taghazout, le troisième hôtel et premier resort de la chaîne au Maroc, a ouvert ses portes. Cet hôtel de 190 chambres est situé à Taghazout Bay, au bord de l’Océan...

L'histoire de Hassan Hajjaj, le photographe marocain des stars

Dans ce podcast, Medi1 rend hommage au célèbre photographe marocain Hassan Hajjaj. Après avoir quitté le Maroc pour la Grande-Bretagne à l'âge de 13 ans, Hassan Hajjaj a rapidement été attiré par le m...