Aller au contenu principal

Légalisation du cannabis : l’Intérieur énumère les opportunités de ce chantier

Intervenant ce jeudi 22 avril devant la Commission de l’intérieur à la Chambre des représentants, Abdelouafi Laftit a présenté en détail le projet de loi 13.21 relatif aux usages licites du cannabis. Selon le ministre de l’Intérieur, ce texte de loi servira non seulement l’industrie pharmaceutique du pays, mais profitera aussi aux petits agriculteurs de ce secteur. Il n’a pas caché sa satisfaction quant à l’adoption de ce projet de loi, affirmant qu’il créera «des opportunités d’emploi prometteuses et stables». Lors de son exposé, Laftit s’est également attardé sur les neuf chapitres de cette législation, ainsi que leurs différents paramètres.

Par Nora Jaafar, Publié le 23/04/2021 à 13:46, mis à jour le 23/04/2021 à 14:10
         Temps de lecture 11 min.
Teaser Media
Légalisation du cannabis : l’Intérieur prône les opportunités de ce chantier

Abdelouafi Laftit, ministre de l’Intérieur, s’est dit satisfait quant à l’adoption du projet de loi 13.21 relatif aux usages licites du cannabis. Ce dernier s’est penché ce jeudi 22 avril sur ce sujet devant la Commission de l’intérieur, des collectivités territoriales, de l’habitat et de la politique de la ville à la Chambre des représentants, en soulignant ses avantages pour les petits agriculteurs opérant dans la culture de cette plante. Le responsable a affirmé que ledit projet de loi améliorera le revenu des travailleurs de ce secteur et créera «des opportunités d’emploi prometteuses et stables».

Outre les avantages économiques de cette légalisation, cette dernière contribuera aussi à la réduction des «répercussions négatives» causées par la propagation des cultures illicites du cannabis dans le pays. Aussi, ajoute Laftit, elle servira à lutter contre les «effets perturbateurs» affectant l’environnement, notamment la déforestation et les incendies de forêts.

Lire aussi : Légalisation du cannabis : il faut protéger les petits cultivateurs des narcotrafiquants, selon Laenser

 

Les neuf chapitres du projet de loi

Après avoir prôné et défendu les opportunités que présente la légalisation du cannabis au Maroc, le ministre a expliqué les paramètres de ce projet de loi. Il a précisé dans ce sens que ses dispositions sont réparties en neuf chapitres :

  • Le chapitre I porte sur les mesures générales qui clarifient les différents concepts liés à l’application du projet de loi. Il comprend également une explication sur la mise en place d’un système de licence. Il s’agit d’une condition nécessaire pour pratiquer les différentes activités relevant de l’usage légal du cannabis, telles que sa culture, sa production, sa transformation, sa fabrication et sa commercialisation, entre autres ;
  • Le chapitre II définit la portée territoriale de la pratique des activités mentionnées dans le premier chapitre. Selon Laftit, il souligne que les autorités restreindront les licences pour cultiver et produire le cannabis dans les limites des quantités nécessaires pour répondre aux besoins à des fins médicales, industrielles et pharmaceutiques. Les professionnels du secteur doivent remplir toutes les conditions pour obtenir la licence nécessaire, en tenant compte du principe de «préférence nationale». L’un des critères obligatoires est de disposer de la nationalité marocaine, mais aussi l’obligation pour les exploitants d’adhérer à des coopératives dédiées à cette culture. Ces dernières doivent être liées par des contrats à des entreprises qui fabriquent et transforment le cannabis, ou à des entreprises d’exportation agréées pour vendre leurs produits ; 
  • Le chapitre III énonce les conditions d’obtention d’une licence pour établir et exploiter des pépinières de cannabis, ou d’une licence pour exporter ou importer ses semences et ses plants. Cette disposition interdit également la vente de ces graines à des personnes non autorisées à cultiver et à produire du cannabis ;
  • Le chapitre IV porte sur les conditions de transformation et de fabrication du cannabis et de ses produits. Le demandeur de la licence doit remplir toutes les conditions précitées, en plus d’établir une société soumise au droit marocain. Le ministre a également expliqué que les sociétés doivent avoir accès à des entrepôts sécurisés pour le stockage, entre autres conditions ; 
  • Le chapitre V concerne la commercialisation, l’importation et l’exportation de produits pharmaceutiques médicaux et non médicaux. Ces substances sont soumises à la loi 04-17 sur les médicaments et la pharmacie. La commercialisation, l’importation et l’exportation d’autres produits sont soumises à l’octroi d’une licence par l’organisme compétent concerné ; 
  • Le chapitre VI met l’accent sur les modalités d’octroi ou de rejet des licences, en prenant en considération toutes les exigences liées à la simplification des démarches administratives ; 
  • Le chapitre VII, quant à lui, concerne la création d’un organe de gouvernance et de contrôle. L’Agence nationale pour la régulation des activités liées au cannabis représentera l’organe en tant qu’institution publique dotée d’une indépendance juridique et financière. Elle travaillera en coordination avec les secteurs gouvernementaux et d’autres institutions pour mener à bien une série de tâches, notamment l’offre, le renouvellement et le retrait de licences conformément aux dispositions du projet de loi. L’organisme contribuera aussi à l’élaboration de conseils destinés au secteur public et aux professionnels du domaine ; 
  • Le chapitre VIII porte sur l’importance de la surveillance et du contrôle de ce secteur, expliquant que l’Agence doit dans un premier temps suivre le parcours du cannabis à toutes les étapes, à savoir lors de sa production, de sa transformation, de son importation, de son exportation et de sa commercialisation. D’autre part, l’organisme sera également chargé du contrôle du mécanisme de l’étiquetage et du conditionnement des produits à base de cette plante ; 
  • Le chapitre IX concerne l’application des dispositions de ce texte de loi. Ce dernier confère aux officiers de la police judiciaire, aux agents des douanes, aux agents des eaux et forêts, ainsi qu’à des agents assermentés désignés par l’Agence, la tâche de relever et d’établir les violations, précise le responsable.

Lire aussi : Légalisation du cannabis : une démarche qui rapporterait gros

Enfin, Abdelouafi Laftit a indiqué que l’adoption de ce projet de loi par le Royaume intervient alors que divers pays étrangers ambitionnent de profiter de l’usage licite du cannabis afin d’améliorer leur rendement économique et de lutter contre la culture clandestine de cette plante et son utilisation illégale, qui menacent la vie des gens.

Pour rappel, le 11 mars dernier, le gouvernement a adopté le projet de loi 13-21, devenant ainsi l’un des premiers pays africains à soumettre au Parlement l'examen de l’utilisation du cannabis à des fins médicales et thérapeutiques. L'exécutif a approuvé ce texte de loi après que le pays a voté pour le retrait du cannabis de la liste des drogues de l’annexe IV des Nations Unies, qui ont un usage thérapeutique limité ou nul. Le Maroc est le seul membre de la Commission des Nations Unies sur les stupéfiants (CND) du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord à avoir voté en faveur de cette mesure, les autres pays de la région, dont le Bahreïn, l’Égypte et l’Algérie, ayant tous voté contre.

Lire aussi : Le Maroc examine les recommandations de l’OMS sur le cannabis et ses dérivés

Affaire Brahim Ghali : l’ex-cheffe de la diplomatie espagnole sera auditionnée le 4 octobre

L’ex-ministre espagnole des Affaires étrangères, Arancha Gonzalez Laya, sera auditionnée le 4 octobre prochain à 13h par le juge d’instruction du tribunal de Saragosse. Cette audience s’inscrit dans l...

Les frontières du Maroc avec Sebta et Melilia resteront fermées jusqu’au 31 octobre

L’Espagne a décidé de prolonger d’un mois la fermeture des frontières de Sebta et Melilia avec le Maroc. Cette décision a été signée par Fernando Grande-Marlaska, ministre de tutelle, qui a prolongé l...

Nouveau gouvernement : quelle est la prochaine étape ?

L’identité des profils éligibles aux postes ministériels dans le prochain gouvernement sera bientôt...

Coalition RNI-PAM-PI : quelles sont les chances de briller ?

Dans ce podcast, TelQuel s’intéresse à la coalition gouvernementale 2021-2026 et ses perspectives de réussite. Le journal reçoit Nabil Abdel, enseignant chercheur, membre du mouvement Maan, et Mehdi L...

Guelmim : le parquet classe l'affaire du décès de Abdelouahab Belfquih

Abdelouahab Belfquih s'est bel et bien suicidé. C'est la conclusion de l'enquête menée par le parquet à Guelmim. Le Procureur général du Roi près la Cour d'appel de Guelmim a annoncé, vendredi, que...

Quelle place pour l'opposition dans la nouvelle Chambre des représentants ?

Maintenant que la majorité est formée, les autres partis politiques marocains passent automatiqueme...