Aller au contenu principal

AstraZeneca : ça devient inquiétant !

Le nombre de cas de thromboses et de décès lié au vaccin du laboratoire suédo-britannique AstraZeneca/Oxford est en hausse en Europe et dans le monde. En France, neuf nouveaux cas de thromboses atypiques, deux cas de troubles de la coagulation et quatre décès ont été détectés durant la première semaine d’avril. Le Canada continue pour sa part de recommander l’utilisation de ce vaccin malgré l’identification d’un deuxième cas de thromboses en une semaine. Face à ces différents événements et au retard des livraisons, l’Europe songe à ne pas renouveler son contrat avec ce fabricant.

Par Mohamed Laabi, Publié le 19/04/2021, mis à jour le 19/04/2021          Temps de lecture 4 min.
Teaser Media
Forte polémique autour du vaccin AstraZeneca en Europe © DR

Le vaccin AstraZeneca est au cœur d’une polémique en Europe et dans le monde. Des mesures draconiennes ont été prises par certains pays après avoir détecté des apparitions de caillots sanguins parmi les citoyens ayant reçu ce vaccin. Parmi ces pays, le Danemark, qui a officiellement annoncé la semaine dernière avoir suspendu définitivement le vaccin AstraZeneca dans sa lutte contre la Covid-19. Le pays estime que les effets secondaires du vaccin en question sont «rares», mais «graves», et ne veut donc prendre aucun risque qui pourrait coûter la vie à ses citoyens.

 

Les cas se multiplient en Europe

L’Agence française du médicament (ANSM) a annoncé que neuf nouveaux cas de thromboses atypiques et deux cas de troubles de la coagulation ont été détectés durant la première semaine d’avril, ce qui porte le nombre total de cas détectés depuis le début de la vaccination avec AstraZeneca à 23. Ces cas ont causé huit décès.

Lire aussi : Nouvelle polémique autour des effets secondaires d’AstraZeneca et de Johnson & Johnson

Au total, près de trois millions de personnes ont été vaccinées à l’aide du vaccin AstraZeneca dans l’hexagone. La France a cependant décidé de ne plus administrer le vaccin AstraZeneca aux moins de 55 ans. Ainsi, les personnes ayant déjà reçu une dose de ce vaccin recevront une deuxième dose du vaccin de Pfizer ou de Moderna.

La haute autorité de Santé indique que de nouveaux éléments seront partagés avec l’EMA, dans le cadre de l’évaluation européenne de ces problèmes sanguins.

 

L’EMA confirme le risque, mais refuse la suspension

L’Agence européenne des médicaments souligne que la formation de caillots sanguins inhabituels est répertoriée comme “effets secondaires très rares”. Des études sont en cours pour savoir ce qui cause cette réaction. «Nous pouvons désormais le dire, il est clair qu’il y a un lien avec le vaccin, mais ce qui cause cette réaction, nous ne le savons pas encore», souligne Marco Cavaleri, responsable de la stratégie vaccinale à l’EMA.

Cependant, l’EMA appelle à la poursuite de l’utilisation de ce vaccin, car la balance bénéfice-risque reste "positive". Soulignons que l’Agence européenne des médicaments a annoncé qu’elle livrera ce mardi après-midi son avis sur un autre vaccin controversé, celui de Johnson & Johnson.

Lire aussi : AstraZeneca : nouvelles recommandations

Hors Europe, le Canada continue d’inciter ses citoyens à se faire vacciner malgré l’identification d’un deuxième cas en une semaine de patients victimes de caillots sanguins. Les autorités canadiennes ont indiqué que «les avantages des vaccins pour la protection contre le Covid-19 l’emportent sur les risques potentiels».

 

Vers une résiliation de contrat avec AstraZeneca en Europe ?

Mis à part le risque minime de cas graves entraînés par ce vaccin, l’Europe est en colère contre les retards de livraison accumulés depuis le début de l’année.

«On avait commandé 120 millions de doses pour le premier trimestre et 180 millions pour le deuxième trimestre. Il se trouve qu’au premier trimestre, ils n’en ont livré que 30 millions, ce qui a créé des problèmes que tout le monde a vus» et «ils n’en livrent que 70 millions au second trimestre», souligne Thierry Breton, commissaire européen au marché intérieur.

Lire aussi : Sinopharm, AstraZeneca, Gamaleya, Johnson and Johnson : où en sommes-nous ?

Le responsable a laissé entendre que le contrat qui lie les pays européens au fabricant suédo-britannique pourrait ne pas être renouvelé. De l’autre côté, l’Europe a salué son partenaire Pfizer-BionTech pour avoir «honoré ses engagements et s’être montré réactif aux besoins du continent».

Rappelons que plusieurs pays (dont le Maroc) ont vu leurs livraisons du vaccin d’AstraZeneca suspendues en raison de la hausse record du nombre de contaminations en Inde. 273.810 nouveaux cas confirmés y ont été enregistrés ce seul dimanche 18 avril 2021. Un nouveau variant qui inquiète les responsables de l'OMS y a été détecté. Ce dernier pourrait entraîner une «transmissibilité accrue» ou même une «neutralisation réduite» en raison des mutations spécifiques qu'il contient. La progression du virus est alarmante en Inde, le nombre de contaminations a été multiplié par sept en un mois et par 21 en deux mois. 

Laylat Al-Qadr : les secrets d’une nuit bénie

À l’instar des autres pays du monde islamique, le Maroc commémore Laylat Al-Qadr (la Nuit du Destin...

Vaccination : nouvelle livraison et élargissement de la campagne

Deux Dreamliners de la compagnie nationale Royal Air Maroc (RAM) ont décollé ce samedi matin de l'aéroport Mohammed V de Casablanca à destination de l'empire du milieu, a appris LeBrief de&n...

Maroc : pas de reprise des vols suspendus avant le 10 juin

Ce vendredi 7 mai, une note aux navigants aériens émanant de la Direction générale de l’aviation civile (DGAC) a démenti les rumeurs selon lesquelles une reprise des vols suspendus avec 54 pays a...

Élections 2021 : l'opposition appelle au changement

À la veille des élections de 2021, la Fondation Lafquih Titouani continue d’accueillir les secrétai...

CIMR : des résultats 2020 pas si mauvais que ça

Malgré le contexte difficile lié à la crise sanitaire, la Caisse interprofessionnelle marocaine de retraite (CIMR) a vu son nombre d'affiliés augmenter pour atteindre un effectif global de 733.84...

Moulay El Hassan, l’apprentissage d’un futur roi

Le prince héritier Moulay El Hassan atteint l'âge de la majorité ce samedi 8 mai en célébrant ses 1...