Aller au contenu principal

Sinopharm, AstraZeneca, Gamaleya, Johnson and Johnson : où en sommes-nous ?

Alors que le stock de doses anti-Covid-19 est presque épuisé, le Maroc multiplie ses efforts pour trouver d'autres fournisseurs. Chine, Russie, États-Unis, aucune piste n’est écartée dans la quête du Royaume pour la poursuite de la campagne de vaccination. Zoom sur la situation actuelle du pays vis-à-vis de ses différents fournisseurs.

Par Mohamed Laabi, Publié le 30/03/2021 à 12:15, mis à jour le 30/03/2021 à 17:21
         Temps de lecture 5 min.
Teaser Media
Le Maroc risque de suspendre sa campagne de vaccination s'il ne reçoit pas de doses anti-Covid19 dans les prochains jours © DR

Plus que quelques jours avant que le Maroc ne consomme la totalité de son stock de vaccins anti-Covid-19. Ayant reçu 8,5 millions de doses depuis le début de la campagne de vaccination fin janvier dernier, le Maroc en a déjà administré 7,75 millions à sa population, soit plus de 91% des doses en sa possession.

L’urgence d’une nouvelle cargaison est signalée aux principaux partenaires du Royaume, mais la lenteur des productions et la très forte demande internationale compliquent la mission des autorités marocaines. Voici un compte rendu de la situation actuelle du Maroc avec les différents laboratoires internationaux producteurs du vaccin anti-Covid19.

AstraZeneca : La hausse des cas de contamination en Inde a contraint le Serum Institute of India (SII), l’usine productrice du vaccin Covishield -sous licence d’AstraZeneca- basée à Pune (Inde) de suspendre ses exportations à l’étranger. Une suspension qui risque de durer encore plusieurs semaines. Le pays se retrouve ainsi dos au mur, d’autant plus que SII est le premier fournisseur du Royaume avec la livraison de 7 des 8,5 millions de doses reçues à ce jour.

Cette semaine, AstraZeneca fait face à une nouvelle polémique. Le Canada a suspendu l’utilisation du vaccin chez les personnes âgées de moins de 55 ans, le temps d’évaluer les risques graves de thrombose par le Comité consultatif national de l’immunisation (CCNI). «De ce que nous savons maintenant, il existe une incertitude substantielle concernant l’avantage d’offrir le vaccin d’AstraZeneca aux adultes âgés de moins de 55 ans», a déclaré le Howard Njoo, chef adjoint du CCNI au Canada. Plusieurs pays européens avaient décidé il y a deux semaines de suspendre le vaccin AstraZeneca après des cas graves de thrombose. L’Agence européenne des médicaments (EMA) a remis de l’ordre en tranchant sur la non-dangerosité du vaccin. L’EMA affirme qu’AstraZeneca n’est pas lié à un risque plus élevé de caillots sanguins, mais souligne toutefois qu’elle n’est pas en mesure d’«exclure définitivement» un lien entre le vaccin et de rares troubles de la coagulation.

Lire aussiSuspension du vaccin d'AstraZeneca en Europe : le Maroc ne suit pas

 

Sinopharm : Le partenaire chinois du Maroc n’a livré à ce jour que 1,5 million de doses de son vaccin anti-Covid-19 alors que la commande avoisine les 40 millions. La dernière livraison en date remonte au dimanche 7 mars 2021. Le Maroc, qui a participé aux essais cliniques de Sinopharm, se retrouve mal loti. Selon Le360, les trois ministres présents lors de la signature du contrat de partenariat avec les Chinois, Khalid Aït Taleb, ministre de la Santé, Nasser Bourita, ministre des Affaires étrangères, et Moulay Hafid Elalamy, ministre de l’Industrie et du Commerce, se présenteront au Parlement lors de la prochaine session du printemps pour faire le point sur cette coopération. Une coopération qu’on peut qualifier de "chancelante" plus de trois mois après le début de la campagne de vaccination.

Certains pays se dirigent désormais vers la production des vaccins au niveau local. Tel est le cas des Émirats arabes unis, premier pays arabe  en termes du nombre de vaccinations. Les Émirats ont en effet annoncé le début de la production du vaccin de Sinopharm sur leurs terres à partir du mois prochain.

Lire aussi : Covid-19 : quelles différences entre les vaccins ?

 

Gamaleya : enregistré au Maroc le 10 mars dernier, le vaccin russe Sputnik V figure parmi les priorités actuelles du Royaume. Une commande de 1 million de doses a été effectuée par le département d’Aït Taleb auprès de Gamaleya, le laboratoire russe en charge de la production de ce vaccin. Le ministre de la Santé a précisé mi-mars à l’agence espagnole EFE que «les doses seront livrées au Maroc en deux lots. Le premier lot en mars, le second en avril, en fonction des disponibilités du fabricant russe». Mais pour l’heure, aucun accord commercial n’a été signé par les deux parties. Dans une déclaration accordée à Hespress FR, l’ambassadeur russe au Maroc Shuvaev Valerian Vladimirovich a déclaré que «quelques questions techniques et financières sont en cours de résolution avant la signature du contrat commercial entre les deux parties», tout en affirmant que ce dernier est «imminent et en passe d’être signé».

Sputnik V sera également produit en Chine. Le Fonds souverain russe (RDIF) a annoncé qu’un laboratoire chinois produira 60 millions de doses du vaccin russe contre le coronavirus. Dans un communiqué, le Fonds a précisé que ces doses permettraient de vacciner plus de 30 millions de personnes et que leur production commerciale doit commencer en mai 2021. Kirill Dmitriev, PDG du Fonds, a indiqué que cette collaboration permettra «d’augmenter les capacités de production des doses supplémentaires alors que nous assistons à une augmentation de la demande du vaccin russe dans le monde».

 

Johnson and Johnson : Le vaccin américain de Johnson & Johnson autorisé fin février 2021 par l’agence américaine des médicaments (FDA) sera livré en Europe à partir du 19 avril prochain. Concernant les pays de l’Union africaine dont le Maroc, 400 millions de doses du vaccin vont être livrées au troisième trimestre 2021. Le Maroc devrait recevoir sa première commande en janvier 2022. «Nous nous sommes engagés à un accès équitable et international aux vaccins contre le Covid-19», a indiqué Alex Gorsky, PDG de la firme américaine, dans un communiqué. Johnson and Johnson a la particularité de ne nécessiter qu’une seule dose. Il présente également un autre avantage important : il peut être stocké à des températures de réfrigérateur (2° à 8°). Ce sont là, deux atouts majeurs pour sa distribution et sa commercialisation.

Covid-19 : le sous variant BA.2 est-il plus dangereux ?

Le sous variant d’Omicron BA.2 nécessite plus de vigilance que d’inquiétude, a indiqué samedi 22 janvier, le médecin et chercheur en systèmes et politiques de santé, Tayeb Hamdi. Ce constat est tiré d...

Disparition des abeilles dans certaines régions : l'ONSSA lance une enquête

La maladie n’est pas à priori à l’origine de la disparition des abeilles dans certaines régions, un phénomène qui reste assez nouveau à ce stade, a annoncé, vendredi, l’Office national de sécurité san...

Ecoles fermées à cause de la Covid : vers un retour progressif aux cours en présentiel

Fermé depuis près de deux semaines, l’établissement Al-Jabr Bouskoura secondaire a rouvert ses portes aux élèves ce jeudi 20 janvier. Dans un courriel adressé aux parents et tuteurs des apprenants, la...

Médecins du secteur privé : 80% ont répondu à l’appel de grève (Collège syndical national)

Suite à un appel lancé par le Collège syndical national des médecins spécialistes privés, le Syndicat national de médecine générale du privé, le Syndicat national des médecins du secteur libéral, l’As...

Maroc-France : légère baisse de délivrance des visas en 2021

Le ministère français de l’Intérieur a dévoilé le 20 janvier les premières statistiques sur l’immig...

Jumeaux-jumelles, pourquoi l'idée du double fascine

Les jumeaux sont souvent la cible de fantasmes, de clichés et d'idées préconçues. C'est une relation qui inspire la fascination, le fantasme parfois, l'étonnement toujours. Les jumeaux fascinent, depu...