Aller au contenu principal

Vaccin anti-Covid : le stock officiel s’épuise dans trois jours !

Alors que le stock marocain des vaccins anti-Covid-19 s'épuise, le flou persiste sur les prochaines livraisons des vaccins britannique et chinois. Pour contrecarrer les annonces de retard de livraison d'AstraZeneca, en raison de l'arrêt des exportations par le Serum Institute of India, le Royaume attend un premier lot du vaccin russe Spoutnik V, dont un million de doses ont été commandées. Cette quantité devrait permettre au Maroc de maintenir son rythme de vaccination pendant quelques semaines.

Par Khansaa Bahra, Publié le 07/04/2021, mis à jour le 07/04/2021          Temps de lecture 6 min.
Teaser Media
Vaccination contre la Covid-19 à Salé, le 29 janvier 2021 © AFP

Après le répit du week-end, le nombre de nouvelles contaminations reprend une tendance haussière à +12%, notamment à Casablanca, qui concentre 70% des nouveaux cas au niveau national. Selon les chiffres quotidiens du ministère de la Santé, durant les dernières 24 heures, 696 nouvelles contaminations au coronavirus ont été détectées, portant le cumul à 499.025 cas. Huit nouveaux décès ont été enregistrés, portant le cumul à 8.865 décès, et 546 nouvelles guérisons ont été recensées. Partant de ces données, les experts prédisent que le Maroc vivra au rythme d’une troisième vague d’ici la fin de ce mois d’avril, indique le journal arabophone Al-Ahdath Al-Maghribia dans son édition de ce mercredi 7 avril.

Lire aussi : Les prémices d’une troisième vague à la veille du mois de ramadan

En ce qui concerne la vaccination, 4.382.917 (+30.884) premières injections de vaccin et 3.992.324 (+41.301) deuxièmes injections ont été réalisées depuis le début de la campagne au Maroc et jusqu’au mardi 6 avril. Cela représente un total de 8.375.241 doses injectées, concernant plus de 12% de la population. Malgré la pénurie, l’administration de la première dose du vaccin anti-Covid-19 est en hausse tandis que l’administration de la deuxième dose ralentit progressivement pour suivre la courbe des premières injections. On peut s'interroger sur le fait que malgré l'épuisement du stock théorique des premières doses, le Maroc continue à enregistrer des primo-vaccinés. En fait, il s'agit de toutes les 11e doses de sécurité récupérées des flacons du vaccin d'AstraZeneca. Les autorités sanitaires ont pu profiter de quelque 500.000 doses supplémentaires si on laisse une marge pour les pertes.

Le chiffre de plus de 30.000 premières doses injectées hier n'est pas anodin. Y aurait-il eu un arrivage de vaccins non-annoncé ? Le ministère de la Santé a-t-il décidé de rallonger l'intervalle entre les deux doses ? Beaucoup de questions et peu de réponses du côté du département de Khalid Aït Taleb. L'exécutif aurait intérêt à être plus transparent concernant cette campagne nationale de vaccination anti-Covid-19. Quoiqu'il en soit, le gouvernement souhaite une accélération de la campagne vaccinale pour alléger la pression sur les secteurs en crise, alors que l’ensemble du pays s’apprête à faire face à des mesures de freinage renforcé pendant le mois de ramadan. L’objectif est de vacciner 80% de la population, soit près de 30 millions de personnes, avant fin mai 2021. Toutefois, alors que le gouvernement indien a décidé d’arrêter les expéditions à l’étranger des vaccins d’AstraZeneca, produits localement par le Serum Institute of India, le stock marocain s’épuise. À ce jour, le Royaume, qui a commandé 25 millions de doses du vaccin de l’alliance Oxford-AstraZeneca, en a déjà reçu sept millions. S’agissant du vaccin du laboratoire chinois Sinopharm, dont le Maroc a commandé 40 millions de doses, il en a reçu seulement 1,5 million.

Actuellement, le stock théorique initial livré étant de 8,5 millions de doses, il resterait encore un peu plus de 124.000 doses à administrer. Compte tenu de la cadence de la vaccination de la population, on peut supposer que d’ici le 10 avril, le stock s’épuisera. Ainsi, la question qu’il convient de se poser est : qu’en est-il des prochaines livraisons ?

 

Spoutnik V, une lueur d’espoir

Plusieurs sources sûres nous confirment que «des arrivages sont prévus», mais le flou persiste sur les dates de livraison. Deux millions de doses de Sinopharm et 1,2 million de doses du vaccin d’AstraZeneca fabriqué en Corée du Sud pour le compte du mécanisme Covax sont attendues. Alors que le Maroc attend toujours de recevoir de nouvelles doses des vaccins chinois et britannique, il s’est tourné vers d’autres fournisseurs. En effet, le ministère de la Santé avait attribué l’autorisation d’utilisation aussi au vaccin russe Spoutnik V, qui possède une efficacité de 92%, selon les affirmations des autorités russes. Un million de doses ont été commandées par les autorités marocaines. L’arrivage du premier lot, qui devait être livré au Maroc en mars, est prévu durant ce mois d’avril. Ceci est dû à un retard enregistré dans la signature du contrat et des négociations autour du prix, selon le quotidien Assabah. Dans tous les cas, le retard n’est pas dû à une forte demande, ou encore à l’obligation de satisfaire d’abord les besoins locaux de la Russie, soulignent les sources du quotidien. En effet, l’accord a déjà été conclu entre les deux parties et la conclusion du contrat avec l’entreprise russe productrice du vaccin Spoutnik V n’est plus qu’une simple formalité. Cet arrivage devrait permettre au Royaume de maintenir son rythme élevé de vaccination de la population, qui lui a valu les félicitations de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) ainsi que les louanges de l’Europe.

Lire aussi : Coronavirus : atteindre l’immunité collective cet été, est-ce vraiment possible ?

 

Concernant le vaccin de l’Américain Johnson&Johnson, aucune information à propos de son autorisation pour une utilisation d’urgence n’a été divulguée, encore moins une commande passée par le Royaume. D’après une source bien informée qui s’est confiée à Hespress Fr, le Maroc ne pourra recevoir sa commande de Johnson&Johnson, si commande il y a, qu’en janvier 2022. Par ailleurs, alors que l’Égypte a déjà reçu 850.000 doses de vaccins d’AstraZeneca grâce au dispositif Covax, le Maroc est toujours dans l’attente. Financé par le GAVI Alliance, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et la Coalition pour les innovations en matière de préparation aux épidémies (CEPI), Covax, une initiative ayant pour but d’assurer un accès équitable à la vaccination dans 200 pays, vise à fournir cette année des vaccins anti-Covid à 20% de la population.

Lire aussi : Vaccination : la Chine et l’UE pour aider le Maroc à produire son vaccin

Dans ces circonstances, et face à cette panne mondiale de vaccins, le Royaume rêve de se tailler une place comme hub de production et ambitionne de devenir éventuellement le premier fournisseur du continent africain en vaccins. Mi-février, la Commission européenne s’était dite prête «à participer au financement d’une unité de production de vaccins au Maroc dédiée à l’Afrique».

Errances ramadanesques : dans l’univers soufi

Nous sommes en plein mois du repentir et du pardon. C’est l’occasion pour certains d’interroger leu...

Ramadan : analyse des habitudes de consommation des Marocains

Le Haut-Commissariat au Plan (HCP) a rendu publique ce vendredi une note consacrée aux répercussion...

Comment survivre à la mort de son enfant ?

"Histoires de parents" est une série de podcasts signés Medi1. Cette série traite, chaque semaine, différentes histoires de parentalité. Cette semaine, il s’agit de l’histoire de Ouafaa, qui a perdu O...

Le minimalisme : comment l'adopter ?

Pourquoi vivre avec beaucoup quand on peut se contenter de peu ? Ainsi est le concept de minimalisme, un moyen de reprendre le contrôle de sa vie. Dans le cadre de ce mode de vie, il faut supprimer ce...

Covid-19 : les chiffres ne rassurent pas

Le Maroc enregistre et pour la sixième semaine de suite une hausse du nombre de cas positifs à la C...

Suspension des liaisons aériennes : 13 nouveaux pays rejoignent la liste

Ce jeudi 15 avril, l’Office national des aéroports (ONDA) a annoncé que le Maroc a décidé d'étoffer la liste des pays concernés par la suspension des liaisons aériennes. 13 nouveaux pays sont concerné...