Aller au contenu principal

Refuser de faire avorter peut causer des problèmes de santé

Lorsqu'une femme se voit refuser un avortement, elle risque de sérieux troubles mentaux et financiers. Une nouvelle étude, publiée dans les Annals of Internal Medicine, indique que sa santé physique pourrait également en souffrir.

Par Khansaa B., Publié le 12/06/2019, mis à jour le 30/12/2019
Teaser Media

L'avortement est désormais interdit dans plusieurs états américains. De nombreuses femmes se voient refuser leur droit à l'IVG. Quelles sont les conséquences de ce refus sur les vies de ces "mamans malgré elles ?

 

Les chercheurs ont découvert que les femmes à qui l'avortement avait été refusé étaient plus susceptibles de souffrir de maladies chroniques, de douleurs persistantes et d'une santé très fragile jusqu'à cinq ans plus tard.

 

"De nombreuses études montrent qu'à court terme, l'avortement est beaucoup plus sûr que l'accouchement", déclare la coauteure de l'étude, Lauren Ralph, professeur en obstétrique, gynécologie et sciences de la reproduction à l'Université de Californie à San Francisco.

 

"Notre étude démontre que l'avortement n'est pas préjudiciable à la santé des femmes, mais se voir refuser l'intervention l'est probablement."

 

L'étude a été financée par plusieurs fondations, notamment la Fondation Wallace Alexander Gerbode, la Fondation David et Lucile Packard et la Fondation William et Flora Hewlett.

 

Le projet a fait le suivi d'environ 900 femmes désireuses de se faire avorter dans des cliniques américaines entre 2008 et 2010.

 

Au total, 328 femmes ont subi une IVG pendant leur premier trimestre, 383 au deuxième trimestre et 163 n'ont pas été autorisées à faire l'intervention. Chaque femme a fourni des informations sur sa douleur, ses affections chroniques et son état de santé général au début de l'étude, deux fois par an pendant les cinq années.

 

En s'intéressant uniquement aux femmes souhaitant avorter, les chercheurs ont pu atténuer les facteurs de confusion potentiellement liés au socioéconomique et à la santé.

 

Au début de l’étude, environ 20% des femmes qui avaient subi un avortement au premier trimestre avaient déclaré que leur état de santé avant la grossesse était passable ou médiocre, contre 17,5% de celles qui avaient subi un avortement au deuxième trimestre et environ 18% de celles qui n'avaient pas fait l'intervention.

 

Après les cinq années de suivi, environ 20% des femmes ayant eu recours à un avortement les deux premiers trimestres de leur grossesse ont déclaré avoir une santé passable ou mauvaise, mais parmi les celle qui ont accouché, la proportion de celles déclarant une santé passable ou mauvaise avait augmenté à 27%.

 

Les femmes qui ont accouché ont également signalé des taux légèrement plus élevés d’infections chroniques, notamment des maux de tête, des douleurs articulaires, de l’asthme et un taux de cholestérol élevé.

 

Deux femmes qui ont fini par donner naissance sont également mortes de causes maternelles, ce qui "aurait pu être évité si ces femmes avaient eu accès aux soins de santé qu'elles avaient recherchés", dit Ralph.

Journée internationale des droits des femmes : le combat continue

Comme chaque année, le 8 mars est célébrée la journée internationale des droits des femmes. Au Maro...

Indemnités CNSS : entre espoir et désespoir

La Caisse nationale de la sécurité sociale (CNSS) a annoncé, ce dimanche 7 mars, que les employés d...

Vaccination : et si on se tournait vers d’autres fournisseurs ?

Le Maroc a reçu samedi 500.000 nouvelles doses du vaccin du laboratoire chinois Sinopharm, ce qui p...

Observatoires des télécommunications : le secteur est en pleine croissance

Ce dimanche 7 mars, l’Agence nationale de Réglementation des Télécommunications (ANRT) a publié les observatoires du secteur des télécommunications au Maroc. Dans ce rapport de sept pages, l'agence a ...

Le Maroc réceptionne 500.000 doses du vaccin de Sinopharm

Comme nous vous l'annoncions hier, le Dreamliner de la compagnie nationale Royal Air Maroc (RAM) est revenu de Pékin ce dimanche avec un nouveau lot de vaccins anti-Covid-19 du laboratoire chinois Sin...

Femme marocaine : qui est-elle vraiment ?

Histoire, nom féminin. L’histoire s’est longtemps écrite au masculin chez nous. Nous vivons dans un...