Temps de lecture : 3 minutes

Refuser de faire avorter peut causer des problèmes de santé

Temps de lecture : 3 minutes

Catégorie Société , En Bref

Temps de lecture : 3 minutes

Lorsqu’une femme se voit refuser un avortement, elle risque de sérieux troubles mentaux et financiers. Une nouvelle étude, publiée dans les Annals of Internal Medicine, indique que sa santé physique pourrait également en souffrir.

Temps de lecture : 3 minutes

L’avortement est désormais interdit dansplusieurs états américains. De nombreuses femmes se voient refuser leur droit à l’IVG. Quelles sont les conséquences de ce refus sur les vies de ces « mamans malgré elles ?

Les chercheurs ont découvert que les femmes à qui l’avortement avait été refusé étaient plus susceptibles de souffrir de maladies chroniques, de douleurs persistantes et d’une santé très fragile jusqu’à cinq ans plus tard.

« De nombreuses études montrent qu’à court terme, l’avortement est beaucoup plus sûr que l’accouchement », déclare la coauteure de l’étude, Lauren Ralph, professeur en obstétrique, gynécologie et sciences de la reproduction à l’Université de Californie à San Francisco.

« Notre étude démontre que l’avortement n’est pas préjudiciable à la santé des femmes, mais se voir refuser l’intervention l’est probablement. »

L’étude a été financée par plusieurs fondations, notamment la Fondation Wallace Alexander Gerbode, la Fondation David et Lucile Packard et la Fondation William et Flora Hewlett.

Le projet a fait le suivi d’environ 900 femmes désireuses de se faire avorter dans des cliniques américaines entre 2008 et 2010.

Au total, 328 femmes ont subi une IVGpendant leurpremier trimestre, 383 au deuxième trimestre et 163 n’ont pas été autorisées à faire l’intervention. Chaque femme a fourni des informations sur sa douleur, ses affections chroniques et son état de santé général au début de l’étude, deux fois par an pendant les cinq années.

En s’intéressant uniquement aux femmes souhaitant avorter, les chercheurs ont pu atténuer les facteurs de confusion potentiellement liés au socioéconomique età lasanté.

Au début de l’étude, environ 20% des femmes qui avaient subi un avortement au premier trimestre avaient déclaré que leur état de santé avant la grossesse était passable ou médiocre, contre 17,5% de celles qui avaient subi un avortement au deuxième trimestre et environ 18% de celles qui n’avaient pas fait l’intervention.

Après les cinq années de suivi, environ 20% des femmes ayant eu recours à un avortementles deux premiers trimestresde leur grossesse ont déclaré avoir une santé passable ou mauvaise, mais parmi les celle qui ont accouché, la proportion de celles déclarant une santé passable ou mauvaise avait augmenté à 27%.

Les femmes qui ont accouché ont également signalé des taux légèrement plus élevés d’infections chroniques, notamment des maux de tête, des douleurs articulaires, de l’asthme et un taux de cholestérol élevé.

Deux femmes qui ont fini par donner naissance sont également mortes de causes maternelles, ce qui « aurait pu être évité si ces femmes avaient eu accès aux soins de santé qu’elles avaient recherchés », dit Ralph.

Laissez-nous vos commentaires


Temps de lecture : 3 minutes

La newsletter qui vous briefe en 5 min

Chaque jour, recevez l’essentiel de l’information pour ne rien rater de l’actualité


Et sur nos réseaux sociaux :

Casablanca : la «Joutya» de Derb Ghallef en feu

Casablanca : la «Joutya» de Derb Ghallef en feu

Un impressionnant incendie s’est déclenché ce vendredi après-midi au grand marché de Casablanca, Derb Ghallef. De nombreuses vidéos sur les réseaux sociaux font état d'importants d…

Fès : lancement officiel de la « Charte des Ouléma africains »

La Charte des Ouléma africains a été officiellement lancée ce vendredi à Fès, lors de la 5e session ordinaire du Conseil supérieur de la Fondation Mohammed VI des Ouléma Africains.…
Prix de la société civile : une célébration de l'engagement et de l'innovation à Rabat

Prix de la société civile : une célébration de l’engagement et de l’innovation à Rabat

À Rabat, une soirée mémorable a eu lieu le jeudi 8 décembre 2023, lors de laquelle le Prix de la société civile a été remis à six associations et quatre personnalités remarquables …
Crise éducative : grèves et tensions dans l'enseignement supérieur

Après l’éducation nationale, grèves et tensions dans l’enseignement supérieur

Le secteur de l'enseignement traverse une période critique. D'une part, les grèves des enseignants persistent et, d'autre part, des menaces de perturbation similaire se profilent d…

Cybersécurité : Jennifer Bachus anime une rencontre à Dar America

Dans le cadre de sa visite officielle au Maroc du 6 au 8 décembre 2023, Jennifer Bachus, sous-secrétaire adjointe principale du Bureau du cyberespace et de la politique numérique d…
Fouzi Lekjaa, ministre délégué auprès de la ministre de l'Économie et des Finances, chargé du Budget © DR

Fouzi Lekjaa : revalorisation salariale pour les enseignants en vue

Dans un contexte marqué par des tensions dans le secteur éducatif, le ministre délégué au Budget, Fouzi Lekjaa, a pris la parole hier devant la Chambre des conseillers pour aborder…

Prison de Larache 2 : suicide d’un détenu

Selon l'administration de la prison de Larache 2, un détenu (M.S) incarcéré pour association en vue de préparer des actes terroristes s'est suicidé jeudi. L'incident a été signalé …

Benguerir : la ville verte lance un appel aux artistes du Maroc

Benguerir, ville apprenante de l’UNESCO, organise à travers le projet de la Ville Verte, un appel à idées ouvert à tous les artistes du Maroc. Ce dernier conçu comme un laboratoire…



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Poster commentaire