Aller au contenu principal

Quels États américains ont récemment interdit l'avortement ?

Où en sont les mesures ? Et quelles sont les chances que la question soit portée devant la Cour suprême ?

Par H.L.B, Publié le 16/05/2019, mis à jour le 30/12/2019
Teaser Media

L'Alabama est devenu mardi l'un des nombreux États américains à adopter cette année une nouvelle législation restreignant le droit à l'avortement.

 

Le projet de loi, s'il est adopté, sera la loi sur l'avortement la plus restrictive des États-Unis, interdisant la procédure dans presque toutes les circonstances, dont le viol et l'inceste. La seule exception à l'interdiction concerne les cas où la santé d'une femme est gravement menacée.

 

D'autres interdictions restrictives ont été adoptées dans l'Arkansas, la Géorgie, le Kentucky, le Mississippi, le Dakota du Nord et l'Ohio, entre autres États. La plupart ont été contestés devant les tribunaux.

 

En outre, des projets de loi visant à interdire l'avortement ont été présentés par des dizaines d'États américains, selon le Guttmacher Institute, une organisation de recherche et de politique en matière de santé reproductive. Au cours du premier trimestre de 2019, au moins 28 assemblées législatives des États ont introduit une forme ou une autre de restriction de l'avortement. L'Institut Guttmacher a souligné en avril dernier que " bien que le nombre total de limitations en matière d'avortement introduites jusqu'ici en 2019 soit essentiellement le même qu'au premier trimestre de 2018, la nature extrême des projets de loi cette année est sans précédent ".

 

La pression en faveur d'un renforcement des restrictions à l'avortement intervient après que la Cour suprême a basculé vers la droite, en raison de la nomination de deux juges conservateurs par le président américain Donald Trump depuis son accession au pouvoir.

 

Les groupes de défense des droits anti-avortement espèrent que la Cour suprême réexaminera l'arrêt Roe c. Wade de 1973, qui a légalisé l'avortement.

 

Les organisations de défense des droits à l'avortement affirment que la législation est une attaque contre la santé des femmes.

 

Quels États ont récemment interdit l'avortement ?

Alabama

Si elle est signée, la loi de l'Alabama fera de l'avortement à n'importe quel stade de la grossesse un crime passible d'une peine pouvant aller jusqu'à 99 ans ou d'une peine de prison à vie pour un praticien d'avortement. La seule exception serait en cas de risque grave pour la santé de la femme.

 

La loi entrerait en vigueur six mois après sa signature par le gouverneur, mais il est certain qu'elle sera contestée en justice par l'American Civil Liberties Union (ACLU) et d'autres groupes qui se sont engagés à intenter des poursuites.

 

Arkansas

En mars, le gouverneur républicain de l'Arkansas a promulgué une loi interdisant la plupart des avortements à 18 semaines de grossesse. L'interdiction comprend des exceptions pour le viol, l'inceste et les urgences médicales. L'État avait déjà interdit les avortements 20 semaines après le début de la grossesse. L'interdiction devrait entrer en vigueur ce mois-ci. L'ACLU a juré de le contester devant les tribunaux.

 

L'État a également adopté une loi de "déclenchement", qui déclencherait automatiquement une interdiction d'avortement si l'arrêt Roe v. Wade est annulé.

 

Géorgie

Plus tôt ce mois-ci, le gouverneur de la Géorgie, Brian Kemp, a signé un "projet de loi sur les battements de cœur", qui interdit l'avortement dès qu'un battement de cœur fœtal est détecté, ce qui ne se produit en général qu'au bout de six semaines de grossesse. À ce stade, les femmes ne sont souvent pas encore conscientes de leur condition.

 

La mesure prévoit des exceptions en cas de viol et d'inceste - si la femme dépose au préalable un rapport à la police - et pour sauver la vie de la mère. Il autoriserait également l'avortement lorsqu'il est déterminé qu'un fœtus n'est pas viable en raison de graves problèmes médicaux.

 

L'ACLU prévoit de contester la mesure devant les tribunaux.

 

Kentucky

À la suite d'un procès intenté par l'ACLU, un juge du Kentucky a bloqué l'application de la loi sur les battements de cœur de l'État, qui vise à interdire l'avortement dès qu'un battement de cœur fœtal se produit.

 

Une loi de 2018 sur l'avortement a été annulée par un juge fédéral plus tôt ce mois-ci. Il aurait mis fin à une procédure courante au deuxième trimestre pour mettre fin aux grossesses. Le gouverneur de l'État a juré de faire appel.

 

Le Kentucky a aussi récemment adopté un projet de loi de déclenchement.

 

Mississippi

Si la nouvelle loi du Mississippi survit à une contestation judiciaire, il sera presque impossible pour la plupart des femmes enceintes d'y subir un avortement.

 

Comme la législation du Kentucky, la loi du Mississippi vise à interdire la plupart des avortements après la détection d'un battement cardiaque fœtal. Elle doit entrer en vigueur le 1er juillet, mais seuls le centre d'avortement de l'État et le centre pour les droits reproductifs ont demandé à un juge fédéral de la bloquer.

 

Le Mississippi exige déjà une attente de 24 heures entre les consultations sur place, ce qui signifie que les femmes doivent faire au moins deux voyages à son dispensaire, souvent en parcourant de longues distances.

 

Dakota du Nord

Le mois dernier, le gouverneur du Dakota du Nord a signé une loi qui interdit à un médecin pratiquant un avortement au deuxième trimestre d'utiliser des instruments comme des pinces, des ciseaux et des forceps pour retirer un fœtus du ventre d'une femme.

 

En dehors des cas d'urgence, les médecins qui pratiquent l'intervention seront accusés de délit, passible d'une peine pouvant aller jusqu'à cinq ans d'emprisonnement et d'une amende de 10 000 $. Aux termes de la mesure, la femme qui avorte ne serait pas poursuivie en justice.

 

Le projet de loi entrerait en vigueur si une cour d'appel fédérale ou la Cour suprême des États-Unis autorise son application.

 

Cette année, le gouverneur a également signé un décret obligeant les prestataires d'avortements à informer les femmes qu'il est possible qu'elles puissent encore avoir un enfant vivant si elles changent d'avis. La méthode de l'"inversion" est controversée et n'a pas été médicalement approuvée. D'autres États ont également adopté des mesures similaires.

 

Ohio

Après des années de débat, le gouverneur de l'Ohio a également signé cette année un projet de loi interdisant l'avortement dès qu'un battement cardiaque fœtal est détecté.

 

L'ACLU s'est engagée à contester cette mesure devant les tribunaux.

 

Autres lois de "déclenchement"

En plus du Kentucky et de l'Arkansas qui ont adopté des lois de déclenchement cette année, le Tennessee a fait de même. La Louisiane, le Mississippi, le Dakota du Nord et le Dakota du Sud avaient déjà des lois similaires sur le déclenchement.

 

Qu'attend-on des autres États ?


La Louisiane, la Caroline du Sud et le Missouri sont à mi-chemin de l'adoption d'une loi sur les battements de cœur fœtaux.

 

D'autres États, dont le Maryland, le Minnesota, le Texas et la Virginie-Occidentale, envisagent également de restreindre l'avortement.

 

Pourquoi maintenant ? Les plaintes seront-elles portées devant la Cour suprême ?

 

Les politiciens à l'origine de ces interdictions dans tout le pays ont clairement indiqué que leur objectif était de susciter des contestations judiciaires dans l'espoir de renverser la décision rendue en 1973 dans l'affaire Roe c. Wade et de légaliser l'avortement.

 

Mais les militants et les experts juridiques des deux côtés du débat admettent qu'il est peu probable qu'une décision de la Cour suprême sur une affaire aussi déterminante soit rendue dans un avenir proche.

 

Les interdictions peuvent se heurter à des difficultés lorsqu'il s'agit d'atteindre la Cour suprême, étant donné que Roe a clairement établi le droit à un avortement pendant les trois premiers mois de la grossesse.


  • Partagez

PLF 2021 : les priorités du gouvernement

Le ministre de l’Économie, des Finances et de la Réforme de l’Administration, Mohamed Benchaâboun a...

Joyeux anniversaire Lalla Asmaa !

Ce mardi 29 septembre, la princesse Lalla Asmaa, sœur du roi Mohammed VI, célèbre son 55e anniversaire. Deuxième fille et troisième enfant de feu Hassan II, la princesse est la mère de Moulay El Yazid...

Personnes en situation de handicap : entre vulnérabilité et Covid-19

Les personnes en situation de handicap ont été durement impactées par la crise due à la pandémie du...

Casablanca : trafic de certificats médicaux à l’hôpital Hay Hassani

Ce lundi 28 septembre, un fonctionnaire de la Santé exerçant à l’hôpital Hay Hassani à Casablanca a été déféré devant le procureur du Roi près du tribunal de première instance de Aïn Sebaâ. Le mis en ...

Zagora : une fille de 5 ans retrouvée morte plus d’un mois après sa disparition

Samedi 26 septembre, un berger a retrouvé le corps sans vie d’une fillette de cinq ans au milieu des rochers de Djbel Kissan, près d’un douar de la province de Zagora. Les causes et les circonstances ...

Vaccin anti-Covid-19 : une lueur d'espoir

Le coronavirus a déjà fait plus d’un million de morts, sur plus de 33 millions de cas de contaminat...