Transport routier : les professionnels se révoltent

Temps de lecture : 4 minutes


Taxis Vs VTC : une guerre sans fin ?

Temps de lecture : 4 minutes

Catégorie Société , Gros plan

Temps de lecture : 4 minutes

C’est une crise qui date, mais qui est encore loin d’être finie. Les chauffeurs de taxi militent toujours pour l’obtention du gel des immatriculations des véhicules de transport avec chauffeur (VTC), dont ils jugent la concurrence déloyale. Selon eux, les VTC relèvent du « transport clandestin » qu’il faut combattre. On vous dit tout sur le pourquoi du conflit.

Temps de lecture : 4 minutes

Le conflit entre les taxis et les VTC s’est intensifié depuis que les applications de transport ont pris place au Maroc. Après Uber, qui a d’ailleurs mis fin à son activité en 2018, les plateformes à l’origine de ce phénomène se sont multipliées, telles Careem, Heetch et autres.

Ces nouveaux modes de transport alternatifs n’ont jamais été du goût des taximen. Ces derniers ont manifesté à maintes reprises, en appelant les autorités à agir pour mettre de l’ordre dans le secteur. En attendant, ils continent leur chasse aux sorcières, qui se termine souvent dans la violence.

 

Ce que les taxis reprochent aux VTC

Tout a commencé en 2015 après l’installation du géant américain Uber au Maroc, qu’il quitte d’ailleurs trois ans après, mais pas de façon définitive puisque, en 2019, Uber achète la plate-forme émiratie Careem, qui opère jusqu’à présent. Depuis, plusieurs applications ont été lancées, comme Roby, Yassir, Heetch, InDriver…profitant des nombreuses failles du secteur et surtout d’un vide juridique.

Les crispations entre les deux parties sont essentiellement économiques. Les applications sont accusées d’avoir tué le monopole des taxis et les professionnels du secteur les considèrent comme “une menace” à leur industrie.

D’ailleurs, depuis que les sociétés de VTC se sont installées au Maroc, leurs chauffeurs ont fait l’objet de bon nombre d’agressions de la part des taximen. Ces derniers estiment qu’on leur fait une concurrence déloyale, car ils disposent d’un agrément, d’un permis de confiance et d’une carte professionnelle, contrairement aux autres.

Autre raison de ce conflit : les tarifs. En commandant un taxi via une application, le client paye plus cher certes, mais en contrepartie, il bénéficie d’un service de qualité. C’est ce que les chauffeurs de taxis ne digèrent pas, en observant un prix plus élevé chez leurs concurrents pour la même course.

Lire aussi : Tout savoir sur les «Uber files»

 

Faille juridique

La loi 16-99, relative aux transports par véhicules automobiles sur route qui régit la profession, n’intègre pas ce nouveau mode de transport. Un vide juridique qui profite à ces nouveaux arrivants.

En principe, rien n’interdit aux sociétés de VTC d’opérer au Maroc. La preuve, les applications mobiles sont opérationnelles et elles sont considérées comme des sociétés technologiques fournissant une prestation, comme Glovo ou autre application de livraison.

Si les syndicats de taxis sont radicalement opposés à l’idée de laisser ces plateformes exercer leur activité, les VTC sont, quant à eux, pour la création d’une vraie réforme pour faire jouer la concurrence de façon saine. Ils argument leur position par les avantages qu’ils créent, notamment pour le marché de l’emploi.

Lire aussi : Uber rachète Careem à plus de 3 milliards de dollars

 

Faible couverture nationale

Selon une récente étude dévoilée par le Groupe Sunergia, spécialiste en études marketing, seulement 4,5% des Marocains utilisent les services de VTC. Pour les non motorisés, ce taux monte à 10%. Menée auprès d’un échantillon de 1.005 personnes âgées de plus de 15 ans, l’étude s’est penchée sur les freins d’utilisation de ces services au Maroc.

Elle révèle, en premier lieu, que les applications Careem et Heetch, qui dominent le marché, ne sont présentes que dans quelques villes seulement, à savoir Rabat, Casablanca, Tanger et Marrakech.

Concernant les taux d’utilisation, ils varient selon les villes où sont implantées ces applications de transport. Ainsi, Rabat semble enregistrer un taux d’utilisation bien supérieur aux autres villes avec 15%, contre 5% à Casablanca, 4% à Tanger et 2% à Marrakech. De plus, il semblerait que les applications de transports soient davantage utilisées par des femmes (79%), âgées de 18 à 34 ans (57%).

Par ailleurs, l’étude relève diverses raisons pour lesquelles la grande majorité des personnes sondées non motorisées (31%), n’utilisent pas ces applications. D’abord, les applications de transport souffrent d’un manque de notoriété auprès d’eux, puisque près d’un quart déclarent ne pas les utiliser parce qu’ils ne les connaissent pas (24%). L’autre raison : la faible couverture nationale.

Enfin, Il convient de rappeler que ces tensions ne sont pas exclusives au Maroc. Les désaccords sur ce sujet et les textes de loi controversés font débat dans plusieurs pays, comme la France et les États-Unis.

 


Recommandé pour vous

Tâches ménagères : les inégalités entre les hommes et les femmes

Temps de lecture : 5 minutes Ce n’est pas nouveau. La femme est plus investie que l’homme dans la prise en charge des tâches ménagères au foyer. Faire la vaisselle, nettoyer le sol…

Cherté de vie : le citoyen se révolte

Temps de lecture : 4 minutes Les Marocains n’en peuvent plus de l’explosion des prix. L’inflation mondiale a frappé de plein de fouet le pouvoir d’achat des citoyens. Entre l…

CMRPI : 30% des enfants et des jeunes ont subi une cyberviolence

Temps de lecture : 6 minutes Protéger les enfants et les jeunes sur la Toile est l’objectif principal de la deuxième campagne nationale de prévention contre la cyberviolence et le …

Système de santé : ce qu’il faut savoir sur les projets de loi adoptés

Temps de lecture : 5 minutes Le gouvernement actuel oriente ses projecteurs vers le secteur de la santé national. Parmi ses objectifs, la réforme de ce secteur qui souffre de plusi…

Lutte contre le sida : l’ONU alerte sur une stagnation des progrès

Temps de lecture : 5 minutes Ce jeudi 1er décembre, les pays du monde entier commémorent la Journée mondiale de lutte contre le sida. « Égalité maintenant » est le thème retenu pou…

Stress hydrique : la situation est de plus en plus critique

Temps de lecture : 5 minutes Le déficit pluviométrique pèse lourdement sur les réserves d’eau au Maroc. Ces derniers ont enregistré leurs niveaux le plus bas cette année. L’Organis…

Le conflit se poursuit entre Ouahbi et les robes noires

Temps de lecture : 5 minutes L’ire des avocats empire depuis la publication des mesures fiscales les concernant dans le projet de loi de Finances 2023 (PLF-2023). Ils rejettent en …

Le salarié marocain, est-il heureux ?

Temps de lecture : 4 minutes Le bonheur des employés au Maroc sous la loupe de ReKrute. La plateforme en ligne spécialisée dans le recrutement et l’emploi a rendu publique son enqu…

Un Black Friday en temps de crise économique et d’inflation

Temps de lecture : 6 minutes Le Black Friday (vendredi noir) marque le grand jour des soldes à l’échelle internationale, lançant la saison des achats de fin d’année. Célébré …

Fléau des féminicides : les chiffres demeurent alarmants

Temps de lecture : 6 minutes Ce vendredi 25 novembre, les pays du monde entier commémorent la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes. « Tous …

OMM : le Maroc a connu cette année une sécheresse sans précédent

Temps de lecture : 6 minutes La pénurie d’eau fait partie des problèmes principaux auxquels de nombreuses sociétés et le monde dans son ensemble sont confrontés au XXIe siècl…

Sécurité et puissance militaire : l’IRES dévoile le positionnement du Maroc

Temps de lecture : 4 minutes Le Maroc est un pays sûr. L’Institut royal des études stratégiques (IRES) a révélé que le Royaume est positionné dans le top 10 des pays du monde qui o…





Pavé parallax 1