Temps de lecture : 6 minutes

Accueil / Société / Statut unifié : le bras de fer entre syndicats, coordinations et gouvernement se poursuit

Statut unifié : le bras de fer entre syndicats, coordinations et gouvernement se poursuit

Temps de lecture : 6 minutes

Gros plan

Temps de lecture : 6 minutes

Cette semaine revêt une importance pour l’approbation du projet de statut unifié des enseignants. Le texte a été finalisé et affiné, et il est prêt à être examiné par les cinq principaux syndicats représentatifs. Après cette étape, il sera transmis au secrétariat général du gouvernement. Cette avancée positive survient alors que les coordinations ainsi que les syndicats appellent à l’annulation des suspensions temporaires de leurs collègues. Cependant, le ministère de l’Éducation nationale aurait conditionné cette annulation à l’engagement explicite des enseignants concernés à ne pas perturber le service public. Les syndicats ont rejeté cette condition en soulignant qu’elle constitue une restriction de leur droit constitutionnel de faire grève.

Temps de lecture : 6 minutes

Le projet de statut unifié pour les fonctionnaires de l’Éducation nationale entre dans sa phase finale avant d’être transmis au secrétariat général du gouvernement. Les syndicats les plus représentatifs sont sur le point de recevoir la version définitive du document, après avoir soumis leurs dernières propositions d’amendement la semaine dernière. Ce texte, entièrement remanié récemment, a été minutieusement examiné par les syndicats et la commission tripartite pour affiner ses articles et en améliorer la formulation.

Dans le contexte actuel, les discussions sur le nouveau statut unifié se poursuivent, tandis que les actions disciplinaires du gouvernement continuent de susciter des débats. La situation des 500 enseignants suspendus est devenue un sujet central dans les échanges entre le gouvernement et les syndicats. La Fédération nationale de l’éducation-orientation démocratique a exprimé son désaccord avec la démarche du ministère de l’Éducation nationale concernant ces suspensions.

Lire aussi : Crise éducative : manifestation massive du corps enseignant à Rabat

Les syndicats en quête de réponses et de stabilité

Les syndicats attendent maintenant de voir si leurs recommandations finales ont été intégrées dans la version définitive du statut. Cette étape importante survient alors que la tension dans le secteur de l’Éducation nationale semble s’apaiser, notamment avec la suspension temporaire des grèves par les coordinations pour les deux prochaines semaines, en signe de bonne volonté.

Malgré cette détente, les syndicats souhaitent un retour serein en classe et aspirent à mettre fin à un conflit qui dure depuis plus de trois mois entre les enseignants et le ministère. Ils continuent de plaider pour la réintégration des 500 enseignants suspendus pour des raisons liées à des perturbations du service public.

La Fédération nationale de l’éducation affiliée à l’UMT a partagé une position similaire dans un communiqué diffusé samedi dernier, demandant l’annulation des suspensions temporaires des enseignants et la restitution des salaires retenus des fonctionnaires grévistes. Ce syndicat met en avant le droit de grève, constitutionnellement garanti, et félicite les enseignants pour avoir priorisé l’intérêt national. Il encourage le ministère à répondre positivement à cet acte en annulant les suspensions.

Cependant, des informations récentes indiquent que le ministère de l’Éducation nationale a conditionné l’annulation des suspensions à la garantie des enseignants de ne pas perturber le bon fonctionnement du service public. Les syndicats ont rejeté cette exigence, la considérant comme une entrave au droit de grève.

La décision des coordinations d’arrêter les grèves a été bien reçue par la Fédération nationale des parents et tuteurs d’élèves. Tout en appréciant cette décision, la Fédération a exhorté à prendre des mesures pour rattraper le temps d’enseignement perdu, estimé à 50 jours ou 9 semaines, sur un total de 34 semaines de l’année scolaire.

Lire aussi : Pour rattraper le temps scolaire perdu, la tutelle s’active

La dissension des coordinations persiste

La Coordination unifiée du corps enseignant et des cadres de soutien a annoncé la suspension de ses protestations. Cependant, Abdelouahad Sehimi, membre de la Coordination nationale du secteur de l’éducation, insiste sur la poursuite de la lutte. Il critique l’accord signé entre le gouvernement et les syndicats, le jugeant non inclusif et ignorant les véritables revendications des enseignants. Abdelouahad Sehimi souligne l’importance de la communication directe entre l’exécutif et les professionnels de l’éducation et indique la continuation du mouvement malgré une baisse de rythme due à la fatigue après trois mois de grèves.

Les enseignants espèrent que le gouvernement répondra à leurs revendications en s’attaquant aux problèmes de fond, notamment en améliorant les conditions sociales et économiques, en instaurant un statut unifié plus juste et en augmentant les salaires pour faire face à la vie chère.

Malgré l’accord signé le 10 décembre entre le gouvernement et les syndicats pour une augmentation salariale de 1.500 DH répartie en deux tranches, la Coordination nationale estime que la lutte n’est pas encore terminée. Sehimi prévoit un retour en force des enseignants dans les rues pour revendiquer leurs droits, y compris les dossiers des doctorants et des enseignants de la cellule 10 qui demandent une augmentation salariale et le passage à l’échelle supérieure.

Lire aussi : Benmoussa : quelles stratégies pour mieux gérer le temps scolaire ?

La Déclaration de Rabat pour résoudre la crise de l’éducation

Les coordinations ont formulé cinq conditions pour leur retour en classe et pour résoudre la crise qui dure depuis environ quatre mois. Ces conditions ont été intégrées dans «la Déclaration de Rabat pour résoudre la crise de l’éducation», issue d’une réunion d’étude sur la «possibilité de résoudre la crise de l’éducation», organisée au parlement par la députée du Parti socialiste unifié (PSU), Nabila Mounib, vendredi dernier. Ce débat a vu la participation de représentants de la société civile, d’organisations de droits humains, d’experts et de professeurs d’université, ainsi que de 32 coordinations.

Dans le même contexte, le coordinateur national du secteur éducatif du PSU, Abdelrazzak Benchrigui, qui a préparé les documents de la réunion d’étude, a indiqué que la «Déclaration de Rabat», à travers ses cinq recommandations, constitue une base pour surmonter la crise et restaurer la confiance dans l’école publique en tant que levier fondamental du changement social et de la construction d’une société de connaissance et de développement. Cela passe par le retrait immédiat des suspensions abusives pour l’exercice du droit constitutionnel et le remboursement des montants déduits, étant des prélèvements illégaux.

L’explication de Benmoussa

Le ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement primaire et des Sports, Chakib Benmoussa, a défendu la décision de suspension au parlement, arguant que les enseignants «ont commis des actes qui portent atteinte au droit des élèves à l’éducation». Il a souligné que les suspensions concernent uniquement «les enseignants qui incitent les élèves à ne pas entrer en classe et empêchent les enseignants non grévistes d’entrer». Il a réitéré que «le droit de grève est un droit constitutionnel, mais le droit des élèves à l’éducation l’est aussi», confirmant que la décision de suspension a été prise «car nous sommes sortis du cadre de la grève pour d’autres sujets».

Laissez-nous vos commentaires

Temps de lecture : 6 minutes

La newsletter qui vous briefe en 5 min

Chaque jour, recevez l’essentiel de l’information pour ne rien rater de l’actualité


Et sur nos réseaux sociaux :

Statut unifié

Busway de Casablanca : c’est parti !

Les Casablancais peuvent se réjouir ! Casabusway est officiellement entré en exploitation commerciale à partir de ce vendredi 1er mars 2024.…
Statut unifié

Grèves : les professionnels de santé font front

Ces actions de grève reflètent une profonde frustration face à l'absence d'avancées dans le dialogue avec les autorités. Le personnel de san…
Statut unifié

NARSA renforce l’intégrité de l’examen du permis avec des mesures innovantes

Cette mise à jour comprend l’expansion de la base de questions de l’examen, passant de 600 à 1.000 questions. Cette initiative vise à intégr…
Statut unifié

Étudiants en médecine : «une année blanche plutôt qu’un avenir sombre»

La situation ne semble pas se détendre. Depuis le début de l’année universitaire, les étudiants en médecine enchaînent les grèves et les sit…
Statut unifié

Ramadan 2024 à la TV : il y en aura pour tous les goûts

À l’approche du mois de Ramadan, les chaînes nationales se préparent à offrir à leur audience une programmation exceptionnellement riche et …
Statut unifié

Pauvreté : l’inflation a porté un coup fatal aux Marocains

Du jamais vu depuis 40 ans ! L’ONG internationale Oxfam, à travers son antenne marocaine, tire la sonnette d’alarme concernant la pauvreté d…
Statut unifié

CNDH : un engagement renouvelé pour les droits de l’Homme

L’année écoulée a été marquée par une activité intense pour le Conseil national des droits de l’Homme (CNDH), notamment dans le suivi des qu…
Statut unifié

Enseignement : le gouvernement adopte le nouveau statut unifié, et après ?

Lors de la dernière réunion du Conseil de gouvernement tenue ce jeudi 15 février, présidée par Aziz Akhannouch, un éventail de propositions …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Poster commentaire