Temps de lecture : 5 minutes

Accueil / Société / Santé numérique : quel intérêt pour le Maroc ?

Santé numérique : quel intérêt pour le Maroc ?

Temps de lecture : 5 minutes

Gros plan

Temps de lecture : 5 minutes

La santé numérique, ou e-santé, est l’utilisation des technologies de l’information et de la communication pour améliorer les services de santé. Cette révolution technologique offre un potentiel énorme, notamment pour les pays en développement comme le Maroc. En combinant l’innovation technologique avec les besoins de santé publique, la santé numérique peut transformer les systèmes de soins de santé, les rendant plus accessibles, efficaces et équitables.

Temps de lecture : 5 minutes

Au Maroc, comme partout ailleurs, l’on s’inquiète de la protection des données personnelles. D’autant plus lorsqu’il s’agit de données sensibles, telle que la santé. Un sujet qui a été soulevé lors de la seconde édition du Gitex Africa, notamment chez HP.

L’accès aux soins de santé peut être limité par divers facteurs, notamment la géographie et la répartition inégale des ressources. La santé numérique permet de surmonter ces obstacles en offrant des solutions telles que la télémédecine. Les consultations à distance permettent aux patients des zones rurales d’accéder à des spécialistes sans avoir à se déplacer. Cela réduit non seulement les coûts et le temps de déplacement, mais améliore également la continuité des soins.

Par ailleurs, la numérisation des dossiers médicaux et l’intégration des systèmes de gestion hospitalière facilitent la coordination des soins et la gestion des ressources. Les dossiers médicaux électroniques (DME) permettent un suivi précis des patients, réduisant les erreurs médicales et les redondances dans les traitements. De plus, les outils de gestion numérique aident à optimiser l’utilisation des équipements et des personnels de santé, améliorant ainsi l’efficacité des établissements médicaux.

Lire aussi : Interview : quels secteurs sont les plus vulnérables aux cyberattaques ?

Les systèmes de surveillance numérique peuvent détecter rapidement les épidémies et suivre la propagation des maladies en temps réel. Cela permet aux autorités de santé publique de réagir rapidement et de manière ciblée, limitant ainsi les impacts sanitaires et économiques des épidémies. Par ailleurs, les campagnes de prévention et de sensibilisation peuvent être menées plus efficacement grâce aux plateformes numériques, touchant une population plus large et plus diversifiée.

Les plateformes d’apprentissage en ligne et les simulations numériques offrent des opportunités de formation continue pour les professionnels de la santé. Cela est particulièrement important dans un pays comme le Maroc, où la formation médicale continue est essentielle pour maintenir des standards élevés de soins de santé. Les professionnels peuvent accéder à des cours, des webinaires et des ressources éducatives, leur permettant de se tenir à jour avec les dernières avancées médicales.

Les défis de la santé numérique au Maroc

L’un des principaux défis est l’infrastructure technologique. Pour que la santé numérique soit efficace, il est crucial d’avoir une connexion internet fiable et des équipements adéquats. Bien que le Maroc ait fait des progrès significatifs dans ce domaine, il reste des disparités entre les zones urbaines et rurales. Le développement des infrastructures doit être une priorité pour permettre une mise en œuvre efficace des solutions de santé numérique.

La numérisation des données de santé soulève des questions importantes concernant la sécurité et la confidentialité. Les dossiers médicaux contiennent des informations sensibles qui doivent être protégées contre les cyberattaques et les fuites de données. Le Maroc doit mettre en place des réglementations strictes et des systèmes de sécurité robustes pour protéger les données des patients tout en assurant leur confidentialité. « C’est un secteur très critique en termes de données des patients. Pour cela, HP a certaines technologies qui sont spécifiquement conçues pour ce secteur, comme des moniteurs ou des PC qui sont conçus pour l’utilisation de laboratoire. De manière générale, l’entreprise a investi en sécurité de dispositifs, en computer et en imprimantes. Nous avons une solution de sécurité spécifique appelée Wolf Security qui protège nos dispositifs et tous les dispositifs de réseau, afin que les hackeurs ne puissent accéder à des données de patients ou à des utilisations de réseau. C’est le système de sécurité le plus avancé du monde », explique Ertug Ayik, vice président et directeur général Moyen-Orient et Afrique HP, à Le Brief.

Lire aussi : Fabrication intelligente et intelligence artificielle, mais KESAKO !?

Aussi, la transition vers la santé numérique nécessite une acceptation et une adoption par les professionnels de la santé. Cela peut être un défi en raison de la résistance au changement et du manque de compétences techniques. Il est essentiel de fournir une formation adéquate et un soutien continu pour aider les professionnels à s’adapter aux nouvelles technologies. Des initiatives de sensibilisation et des programmes de formation peuvent faciliter cette transition.

La mise en place de systèmes de santé numériques peut nécessiter des investissements importants en termes de technologie et de formation. Pour un pays comme le Maroc, où les ressources financières peuvent être limitées, il est crucial de trouver des solutions de financement durables. Les partenariats public-privé et les aides internationales peuvent jouer un rôle important dans le financement de ces initiatives.

Laissez-nous vos commentaires

Temps de lecture : 5 minutes

La newsletter qui vous briefe en 5 min

Chaque jour, recevez l’essentiel de l’information pour ne rien rater de l’actualité

Et sur nos réseaux sociaux :

santé

Le label «écoles pionnières» : un nouveau standard pour l’éducation

Le nouveau décret gouvernemental établissant le label «écoles pionnières» représente une étape importante dans la quête de l'excellence éduc…
santé

Education : pourquoi les Marocains délaissent les filières littéraires au profit des sciences ?

Depuis quelques années, le nombre de candidats dans les filières scientifiques au baccalauréat ne cessent d’augmenter et cette année n’a pas…
santé

Protection sociale : comment assurer une couverture universelle et soutenable ?

Au Maroc, la généralisation de la protection sociale s'impose comme une réforme sociétale importante et un pilier essentiel de l'État social…
santé

Aïd Al-Adha : histoire et tradition marocaine

L’Aïd Al Adha ou L'Aïd el-Kébir plus connu sous le nom de la fête du sacrifice ou la fête du mouton, est une fête célébrée par tous les musu…
santé

Aïd Al-Adha 2024 : quand la tradition rencontre l’inflation

C'est l'une des fêtes religieuses les plus importantes du calendrier islamique. Mais Aïd Al-Adha est bien plus qu'une simple célébration. C'…
santé

Mondial 2030 : le Maroc face aux défis du transport

Tous sont en ordres de batailles pour trouver la meilleure stratégie avant la grande échéance de la Coupe du monde 2030 que le Maroc va co-o…
santé

Lutte contre le travail des enfants : le Maroc en plein progrès

Le Maroc a réussi à réduire le nombre d'enfants travailleurs de 94% au cours des vingt dernières années. C'est ce qu'a affirmé ce mercredi à…
santé

Baccalauréat 2024 : c’est parti pour plus de 493.000 candidats !

Le baccalauréat, rendez-vous annuel incontournable, est enfin arrivé après des mois de préparation intense. Pour les futurs bacheliers, c'es…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Poster commentaire