Temps de lecture : 4 minutes

Régime fiscal : des bénéfices et des challenges

Temps de lecture : 4 minutes

Catégorie Économie , Gros plan

Temps de lecture : 4 minutes

Le Maroc se distingue par son système d’impôt, qui, selon un rapport récent du Policy Center for the New South (PCNS), favorise de manière significative les populations pauvres. Mais il révèle aussi des défis persistants, notamment en milieu rural. Le document analyse comment chaque élément du système fiscal influence la pauvreté et les inégalités, offrant ainsi une perspective détaillée sur l’efficacité et les défis de la politique fiscale marocaine. Les détails.

Temps de lecture : 4 minutes

L’amélioration du niveau de vie des citoyens est au cœur des préoccupations des gouvernements du monde entier, et le Maroc ne fait pas exception. Dans cette optique, le Royaume a engagé depuis les années 1980 une réforme majeure de son système fiscal. Objectif : instaurer un système moderne, cohérent et plus universel. Ce processus de réforme, continu et évolutif, a été ponctué par des mesures importantes intégrées dans les lois de finances successives et a fait l’objet de discussions approfondies lors des assises nationales de la fiscalité.

Lire aussi : Lekjaa : une justice fiscale plus équitable en 2024 et l’aide directe au logement attendue dans les prochaines semaines

Politiques fiscales : quel impact sur la pauvreté et l’inégalité au Maroc ?

Le Maroc, dans les années 1980, a entrepris une réforme majeure de son système fiscal, visant à développer un système fiscal moderne, cohérent, efficace et plus universel. Depuis, plusieurs mesures ont été introduites via des lois de finances successives. La réforme de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) et de l’impôt sur le revenu (IR) a été régulièrement discutée, ainsi que la réforme du système de protection sociale, devenue une priorité nationale.

Le rapport du PCNS a mis en lumière les conséquences de ces réformes fiscales sur la pauvreté et l’inégalité au Maroc. Il en ressort que les impôts et subventions se révèlent progressistes, c’est-à-dire qu’ils favorisent les couches les moins aisées de la population. Quant aux impôts sur le revenu, ils ont un impact redistributif plus important dans les zones urbaines, tandis que les subventions sont plus efficaces en milieu rural. Par exemple, les subventions pour les services publics (santé et éducation) réduisent l’indice de Gini (un indicateur d’inégalité) de 27,76% en milieu rural contre seulement 11,65% en milieu urbain.

Le rapport souligne également une réduction générale de la pauvreté, tant en zone urbaine que rurale, grâce à ces politiques fiscales. Les subventions pour la santé et l’éducation réduisent l’incidence de la pauvreté de plus de 60% en milieu rural et de 40,51% en milieu urbain. Néanmoins, la TVA, en tant qu’impôt indirect, tend à augmenter la pauvreté, bien que son impact soit moindre sur les populations les plus pauvres en raison de leur consommation limitée.

Lire aussi : Fin de partie pour les mauvais payeurs ? 

D’autres explications sur le régime fiscal

Le document note aussi qu’une analyse d’incidence révèle que le système fiscal marocain bénéficie largement aux populations les plus démunies. Et ce, en particulier en zone urbaine où les revenus de la moitié la plus pauvre de la population ont augmenté de plus de 25%.

En examinant la contribution spécifique de chaque taxe et subvention, il apparaît que plus d’un quart des Marocains sont exemptés de l’impôt sur le revenu. Cette exemption est encore plus répandue en milieu rural, où plus de 50% de la population ne paie pas cet impôt. La TVA, en revanche, représente une part significative du revenu final des ménages, avec les 20% les plus pauvres qui contribuent à 8,06% de la TVA totale.

S’agissant des subventions scolaires, surtout pour l’éducation primaire et secondaire, elles sont orientées vers les régions rurales, tandis que les subventions pour l’enseignement supérieur sont plus conséquentes en milieu urbain. Ces subventions sont considérées comme progressistes, car elles profitent davantage aux populations les plus pauvres.

Enfin, la subvention de santé, malgré son orientation progressive, a un impact modéré sur la réduction de la pauvreté et de l’inégalité. Elle contribue à diminuer la pauvreté de 5,9% et l’inégalité de seulement 1%, alors qu’en milieu rural, son rôle dans l’atténuation de ces problèmes est encore plus faible.

En conclusion, ces résultats indiquent que, bien que les taxes et subventions jouent un rôle crucial dans la lutte contre la pauvreté et l’inégalité au Maroc, il est impératif d’aborder avec prudence les réformes futures, notamment celles liées à la TVA et aux systèmes de compensation, pour ne pas pénaliser les populations les plus vulnérables.

Laissez-nous vos commentaires


Temps de lecture : 4 minutes

La newsletter qui vous briefe en 5 min

Chaque jour, recevez l’essentiel de l’information pour ne rien rater de l’actualité


Et sur nos réseaux sociaux :

Régime fiscal : des bénéfices et des challenges

Fiscalité : ce qui vous attend en 2024

La Chambre des représentants a adopté à la majorité, en deuxième lecture, le projet de loi de finances (PLF) n°55.23 de l'année 2024, lors d'une séance plénière tenue jeudi. Lors d…
le tourisme s’attend à une fin d’année animée

Le tourisme s’attend à une fin d’année animée

Les fêtes de fin d'année approchent et le Maroc s'annonce comme la destination idéale pour des célébrations dans un cadre magique et authentique. Le Royaume se prépare donc à concl…
Groupe OCP

Groupe OCP : une vision innovante et durable pour 2023-2027

Le Groupe OCP intègre pleinement la durabilité dans sa vision de développement. Dans cette perspective, il a initié un plan d'investissement considérable pour 2023-2027, s'élevant …
Politique énergétique : une évolution sans précédent en 2023 

Politique énergétique : une évolution prometteuse en 2023 

La transition énergétique du Maroc vers les énergies renouvelables est un pilier central de sa stratégie environnementale et économique. Le pays, déjà reconnu pour sa centrale sola…
Maroc-EAU : un modèle de partenariat stratégique et durable

Maroc-EAU : un modèle de partenariat stratégique et durable

Les relations entre le Maroc et les Émirats arabes unis se distinguent par leur caractère stratégique, multidimensionnel et durable. Elles sont le fruit d’une volonté politique ren…
Maroc-Afrique : éclairages et perspectives d'un co-développement régional

Maroc-Afrique : éclairages et perspectives d’un co-développement régional

Ce Policy Paper, fruit du travail analytique des professeurs de l’Institut marocain d’intelligence stratégique (IMIS), explore les différentes facettes de l’engagement économique d…
Rapport du CESE : un Maroc en mutation sous l’impact de crises multiples

Rapport du CESE : un Maroc en mutation sous l’impact de crises multiples

L’année 2022 était difficile pour un Maroc confronté à une série de défis économiques, sociaux et environnementaux dans un contexte mondial en mutation rapide. Le Rapport Annuel du…
Le barrage Al Massira asséché

Stress hydrique : le spectre d’une nouvelle année sèche

Le Maroc peine à surmonter les ravages du changement climatique. Les agriculteurs s’inquiètent d’une nouvelle saison sèche. Leur espoir renaissant après les pluies bienfaitrices d’…



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Poster commentaire