Lancement officiel de la quatrième législature du Parlement jeunesse du Maroc © DR

Temps de lecture : 4 minutes


Programmes publics : pour une meilleure participation des jeunes

Temps de lecture : 4 minutes

Catégorie Société , Gros plan

Temps de lecture : 4 minutes

Le Conseil économique, social et environnemental (CESE), à travers sa plateforme de participation citoyenne « Ouchariko.ma« , a réalisé un sondage sur les programmes publics destinés aux jeunes. Près de 70% des répondants aspirent à une meilleure participation des jeunes à l’élaboration des programmes et 64% des participants ont prôné la proximité dans l’accompagnement des jeunes. Détails.

Temps de lecture : 4 minutes

C’est un sondage qui révèle des données intéressantes sur les attentes des citoyens par rapport à la situation de la jeunesse marocaine. Suite à la demande de la Chambre des conseillers, et dans le cadre de l’élaboration de son avis sur les programmes publics destinés aux jeunes durant la période 2016-2021, le Conseil économique, social et environnemental (CESE) a sollicité, du 29 juin au 22 juillet 2022, la contribution des citoyens à travers sa plateforme « Ouchariko.ma« . Le nombre des interactions avec le sujet a atteint 27.881, dont 432 réponses au questionnaire.

 

Jeunes ou pas jeunes ?

Comme il n’existe pas de définition unifiée et partagée qui fixe de manière tranchée les limites d’âge de cette frange de la population dite « jeunesse », le CESE fait tout d’abord un postulat : 75% des répondants sont âgés de 20 à 39 ans. L’institution estime que le nombre relativement élevé de répondants parmi les tranches d’âge de plus de 20 ans (40,14% des 20-29 ans et 35,21% des 30-39 ans) traduit l’intérêt que portent ces catégories aux questions de la consultation. Ces personnes sondées constituent, en effet, le cœur de la population concernée par leur appartenance objective ou perçue au groupe des jeunes, ajoute-t-on, alors qu’il n’y a naturellement aucun consensus autour de cet aspect. Quoi qu’il en soit, une majorité (52,49%) considère qu’être jeune, c’est être âgé entre 15 et 34 ans, 18,11% des personnes sondées fixent la limite d’âge à 29 ans, alors que d’autres (22,31%) la font varier jusqu’à atteindre 40 ans.

 

Impliquer les jeunes

Les résultats de la consultation reflètent la perception des participants concernant les programmes publics destinés aux jeunes, notamment dans les domaines de la formation, de l’emploi, de l’entrepreneuriat et de l’intégration sociale. L’institution présidée par Ahmed Reda Chami a rendu publics les résultats de ce sondage à l’occasion de la fête de la jeunesse. Il en ressort que quelque 70% des 432 participants aspirent à une meilleure participation des jeunes à l’élaboration des programmes publics. En tête des revendications, figure également l’amélioration de l’ensemble de l’écosystème (64,35%) et la proximité dans l’accompagnement des jeunes (63,42%). La majorité des personnes ayant participé au sondage insistent aussi sur la communication autour de l’offre des programmes ainsi que leurs résultats. Ils estiment également qu’une meilleure cohérence et visibilité des interventions publiques en faveur des jeunes passe par une plus grande complémentarité et cohérence entre les programmes (51,15%) ainsi qu’une évaluation à laquelle doivent participer les jeunes (57,17%).

Lire aussi : Maroc : la jeunesse, moteur de l’économie nationale

 

Participation et communication insuffisantes

C’est un constat général : les jeunes Marocains ne s’intéressent pas aux programmes qui leur sont dédiés. Certains n’y voient aucun intérêt alors que d’autres ignorent complètement l’existence de ces programmes. Ainsi, le sondage montre que 71% des contributeurs déclarent n’avoir jamais participé à un programme ciblant les jeunes et pointent du doigt l’insuffisance des efforts de communication et de sensibilisation autour des programmes publics destinés aux jeunes. Plus des trois quarts des participants sont peu ou pas informés sur ces programmes et sur leurs résultats.

Lire aussi : Mohamed Mehdi Bensaid : «la jeunesse a besoin d’espérance et de travail»

 

Formation, emploi et entrepreneuriat

Quelque 81% des sondés considèrent que la formation des jeunes doit être érigée en priorité par les programmes publics. La primauté de l’insertion des jeunes dans le marché du travail est aussi soulignée (76,62%). Sur ce même registre, le sondage montre aussi que 49% des citoyens considèrent les programmes destinés aux jeunes comme non performants. À la surprise générale, Intelaka s’est révélé être le programme des jeunes le plus connu parmi les participants à ce sondage. Vient ensuite, la phase III de l’Initiative nationale pour le développement humain (INDH), tandis que les programmes d’insertion des jeunes sur le marché du travail (Idmaj, Tahfiz, Taehil) semblent relativement peu connus du public (entre 15,97% et 25,69%). Enfin, 20% des répondants ont évoqué les nouveaux programmes tels que Forsa et Awrach.

Lire aussi : Le Parlement jeunesse du Maroc lance sa quatrième législature


Recommandé pour vous

CESE : présentation d’un avis sur l’aménagement durable du littoral

Temps de lecture : 4 minutes

Le Conseil économique, social et environnemental (CESE) a organisé, jeudi 29 septembre à Tanger…

Stress hydrique : une problématique qui guette toujours le Maroc

Temps de lecture : 5 minutes

Le Maroc a connu cette année l’une des pires sécheresses de ces trois dernières décennies. Le s…

La santé mentale au travail : un sujet oublié !

Temps de lecture : 4 minutes

Nul ne peut nier que la santé mentale au travail n’est pas sérieusement prise en considération …

Quelle gestion pour les chiens errants au Maroc ?

Temps de lecture : 4 minutes

La situation est alarmante. La rage tue environ 60.000 personnes chaque année, selon les derniè…

Covid-19 au Maroc : le calme avant la tempête ?

Temps de lecture : 5 minutes

Depuis son apparition en 2019, le coronavirus s’est propagé à une vitesse vertigineuse dans le …

Taxis Vs VTC : une guerre sans fin ?

Temps de lecture : 4 minutes

Le conflit entre les taxis et les VTC s’est intensifié depuis que les applications de transport…

Décès de Aïcha Ech-Chenna : le Maroc perd une grande militante

Temps de lecture : 6 minutes

Aïcha Ech-Chenna, icône de l’action sociale, est décédée ce dimanche. La présidente fondatrice …

Pollution de l’air : risque accru d’arythmies cardiaques et de cancer du poumon

Temps de lecture : 3 minutes

Une nouvelle étude américaine révèle que le fait de respirer de minuscules particules d’air pol…

« Les Impériales 2022 » : une première journée riche en débats

Temps de lecture : 4 minutes

Deux ministres ont répondu présents à l’invitation des organisateurs de l’édition 2022 de l’évé…

Symptômes, vaccin, prévention…tout savoir sur la grippe saisonnière

Temps de lecture : 4 minutes

À l’instar des autres pays, le virus le plus répandu en cette période est le virus grippal A(H1…

Visas Schengen : une indignation sans fin !

Temps de lecture : 5 minutes

Pour des raisons migratoires, la France avait décidé, fin 2021, de réduire le nombre de visas o…

Faut-il maintenir le changement d’heure ?

Temps de lecture : 5 minutes

Instauré principalement dans le but de réaliser des économies d’énergie, le changement d’heure …