Temps de lecture : 3 minutes


Pollution de l’air et santé : il est temps d’agir !

Temps de lecture : 3 minutes

Catégorie Monde, Société , Gros plan

Temps de lecture : 3 minutes

Le 7 septembre marque la “Journée internationale de l’air pur pour des ciels bleus”. Ces dernières années, la qualité de l’air se détériore à cause de la pollution et des émissions de CO2. Selon l’Organisation mondiale de la santé, 99% de la population mondiale respire aujourd’hui un air pollué, appelant à une mobilisation collective de tous les pays pour lutter contre ce fléau.

Temps de lecture : 3 minutes

Depuis novembre 2019, l’Organisation des Nations unies (ONU) a décidé que le 7 septembre de chaque année sera consacré à la “Journée internationale de l’air pur pour des ciels bleus”.

Pour cette année, le thème est “l’air que nous partageons”, et se focalise sur deux questions phares : le problème du climat et celui de la santé. Nul ne peut nier que la pollution de l’air provoque des maladies, parfois, mortelles. Et ses effets économiques et environnementaux sont loin d’être négligeables.

Selon l’ONU, neuf personnes sur dix respirent aujourd’hui un air pollué, entrainant le décès de sept millions de personnes annuellement à travers le monde, surtout dans les pays en voie de développement. 3,2 millions décèdent en raison de l’air intérieur pollué et 3,8 millions de l’air extérieur pollué.

Lire aussi : Protection des eaux internationales : des actions urgentes s’imposent

 

Les polluants nocifs

La pollution de l’air est le résultat de plusieurs produits naturels ou chimiques ou encore d’émissions industrielles. Les polluants naturels sont des particules vivantes (bactéries, virus, champignons microscopiques), des gaz (dioxyde de carbone, oxydes de souffre, radon) et des particules minérales (cendres volcaniques, embruns marins, érosion des sols). Mais parmi les autres polluants, beaucoup plus meurtriers et difficiles à contrer, on cite les déchets des usines, les déchets humains, la fumée que dégagent les voitures et le tabac, ainsi que la production, raffinage et distribution dans le secteur de l’énergie, entre autres.

Ces activités émettent certains polluants atmosphériques, tels que le carbone noir, le méthane et l’ozone troposphérique. Ces derniers sont des polluants climatiques à courte durée de vie. En revanche, ils sont responsables d’un taux de mortalité important et du changement climatique qui affecte tous les aspects de l’écosystème terrestre.

En 2019, au Maroc, une enquête nationale menée par le ministère de la Santé a révélé que 28 Marocains perdent quotidiennement la vie à cause de la pollution de l’air.

Lire aussi : Changement climatique : quel impact sur notre santé ?

 

Quelles mesures faut-il prendre ?

En raison de l’augmentation des maladies et des décès liés au climat, les organisations et les professionnels de santé ont multiplié les initiatives de sensibilisation. Dr Tayeb Hamdi, médecin et chercheur en politique et système de santé, précise que la pollution dans les espaces clos peut être éliminée. «Il faut aérer son domicile 10 à 15 min le matin et le soir en ouvrant les fenêtres pour renouveler l’air et réduire, considérablement, le degré de pollution interne». Aussi, l’intervenant appelle à éviter les énergies qui ne sont pas renouvelables chez soi.

Pour préserver la planète de la pollution de l’air, Tayeb Hamdi recommande d’utiliser les énergies renouvelables qui sont plus écologiques et de recycler tous les types de déchets. «L’air que nous respirons est partagé avec tout le monde. Nous devons agir ensemble pour le protéger». 


Recommandé pour vous

Qualité de vie numérique : le Maroc classé 71e au monde et 3e en Afrique

Temps de lecture : 3 minutes

La quatrième édition annuelle de l’indice de qualité numérique « Digital Quality of Life Index …

Hassan Iquouissem : quel sort lui est réservé ?

Temps de lecture : 4 minutes

Visé par un mandat d’arrêt européen délivré par la justice française depuis le 1ᵉʳ septembre de…

L’Boulevard : des festivités qui tournent au drame

Temps de lecture : 4 minutes

Après deux années d’absence, la première soirée de la 2ᵉ partie du festival L’Boulevard a viré …

CESE : présentation d’un avis sur l’aménagement durable du littoral

Temps de lecture : 4 minutes

Le Conseil économique, social et environnemental (CESE) a organisé, jeudi 29 septembre à Tanger…

Stress hydrique : une problématique qui guette toujours le Maroc

Temps de lecture : 5 minutes

Le Maroc a connu cette année l’une des pires sécheresses de ces trois dernières décennies. Le s…

La santé mentale au travail : un sujet oublié !

Temps de lecture : 4 minutes

Nul ne peut nier que la santé mentale au travail n’est pas sérieusement prise en considération …

Quelle gestion pour les chiens errants au Maroc ?

Temps de lecture : 4 minutes

La situation est alarmante. La rage tue environ 60.000 personnes chaque année, selon les derniè…

Covid-19 au Maroc : le calme avant la tempête ?

Temps de lecture : 5 minutes

Depuis son apparition en 2019, le coronavirus s’est propagé à une vitesse vertigineuse dans le …

Taxis Vs VTC : une guerre sans fin ?

Temps de lecture : 4 minutes

Le conflit entre les taxis et les VTC s’est intensifié depuis que les applications de transport…

Décès de Aïcha Ech-Chenna : le Maroc perd une grande militante

Temps de lecture : 6 minutes

Aïcha Ech-Chenna, icône de l’action sociale, est décédée ce dimanche. La présidente fondatrice …

Pollution de l’air : risque accru d’arythmies cardiaques et de cancer du poumon

Temps de lecture : 3 minutes

Une nouvelle étude américaine révèle que le fait de respirer de minuscules particules d’air pol…

« Les Impériales 2022 » : une première journée riche en débats

Temps de lecture : 4 minutes

Deux ministres ont répondu présents à l’invitation des organisateurs de l’édition 2022 de l’évé…