Temps de lecture : 5 minutes


Lundi 16 janvier, le jour du blues

Temps de lecture : 5 minutes

Catégorie Société , La sélection podcast

Temps de lecture : 5 minutes

Aucune envie de se lever ce matin, une météo maussade, le week-end beaucoup trop loin… Ce troisième lundi de janvier a tout pour être le «jour le plus déprimant de l’année». C’est le «Blue monday», traduisez littéralement «lundi bleu» ou «lundi déprimé» !

Aux origines

Le «Blue monday» (qui s’inspire de l’expression anglaise to feel blue, «être déprimé») désignerait de manière irréfutable le troisième lundi de janvier comme le jour le plus déprimant de l’année, selon les données «scientifiques».

Il reposerait ainsi sur une formule mathématique complexe du psychologue Cliff Arnall, attaché à l’université de Cardiff, au Royaume-Uni. Un savant calcul qui combine notamment la météo, l’état des finances, le temps passé depuis les fêtes, la motivation, le stress…

Lundi 16 janvier, le jour du blues

Formule mathématique : “W” pour météo ; “D-d” pour les dettes après Noël ; “T” pour temps écoulé depuis Noël ; “Q” pour temps écoulé depuis les résolutions du Nouvel An ; “M” pour manque de motivation et “Na” pour besoin d’agir. © Capture d’écran / The Sun.

D’après la prétendue étude scientifique parue en 2005, ce «Blue monday» s’explique grâce à la combinaison de différents facteurs : la fin du week-end et le début de semaine ; les températures – très – fraîches et le temps gris ; le manque de soleil et parfois de sommeil ; les dépenses durant la période des fêtes à rattraper ; le sentiment que la paie est encore loin ; l’impossibilité de poser des congés ; les fêtes de fin d’année qui sont encore loin et les bonnes résolutions déjà balayées.

Un gros coup de pub

Mais aussi séduisant que cela puisse paraître, tout cela n’a absolument rien de scientifique : le «Blue monday» n’est en fait qu’un mythe. Pour déterminer les facteurs de l’équation, Cliff Arnall se serait fondé sur des témoignages entendus lors d’ateliers sur la gestion du stress et le bonheur.

Le Guardian révélait d’ailleurs en 2006 que l’agence de presse à l’origine du concept avait démarché des scientifiques avec la formule clé en main, proposant de l’endosser en leur nom moyennant un chèque.

J’ai été sollicité à l’origine pour mettre au point ce que je pensais être le meilleur jour pour réserver ses vacances d’été. — Cliff Arnall, au quotidien britannique The Telegraph

Ce n’était à l’origine qu’un gigantesque coup de com’ : le but étant d’inciter les gens à voyager, à partir en vacances en janvier, période «creuse» après les fêtes de fin d’année. Une information qui lui avait été commandée à l’époque par une société de publicité pour l’agence de voyages Sky Travel.

Prophétie autoréalisatrice

Cliff Arnall lui-même invite désormais à prendre du recul, estimant que son concept est devenu «une prophétie autoréalisatrice». Sans reconnaître l’enfumage, il disait dans le Telegraph en 2010 «encourager les gens à refuser l’idée même de l’existence d’un jour qui serait le plus déprimant». Plus à une contradiction près, le psychologue a même participé en 2016 à une campagne de communication de l’office du tourisme des Canaries, posant fièrement avec des panneaux #StopBlueMonday.

Lundi 16 janvier, le jour du blues

Cliff Arnall, psychologue britannique et inventeur du « Blue Monday », à Tenerife pose avec un panneau #StopBlueMonday, le 17 janvier 2016. © PRNewsFoto / The Canary Islands Tourism Board

En résumé, dire aux individus que cette journée sera particulièrement triste peut suffire à générer un sentiment de morosité, et les pousser à chercher à s’en échapper, par exemple en organisant leurs prochaines vacances.

Banalisation d’une maladie

Mais si les facteurs qui constituent l’équation semblent très vagues, de nombreux scientifiques remettent cette information en question depuis une quinzaine d’années et dénoncent la banalisation d’une vraie maladie : la dépression.

Plusieurs psychologues reprochent d’ailleurs au «Blue Monday» de minimiser les effets de la véritable dépression, en sous-entendant qu’elle peut être liée à des causes conjoncturelles et passagères, alors qu’il s’agit en réalité d’un état clinique à prendre en charge de manière durable.

«Ce genre de calculs menace la compréhension que le public a de la science et de la psychologie. C’est également irrespectueux envers ceux qui souffrent de vraie dépression, car cela sous-entend qu’il s’agit d’une expérience temporaire et mineure, dont tout le monde souffre», rappelle le chercheur en neurosciences Dean Burnett dans le Guardian.

Selon une étude conduite par un institut britannique, le Money and Mental Health Institute, sur 5.500 personnes souffrant de troubles mentaux, neuf personnes sur dix dépensent plus d’argent lorsqu’elles ne se sentent pas bien.

Les achats déclenchent un sentiment de culpabilité, qui peut donner lieu à d’autres achats pour «se sentir mieux»… enclenchant un cercle vicieux bien décrit par de nombreux psychologues.

Heureusement, donc, le 16 janvier ne sera pas le jour le plus déprimant de l’année 2023. Et si la déprime persiste malgré tout, célébrons avec un jour d’avance la Journée internationale de la cuisine italienne !

Tinmel, témoin de 9 siècles d’histoire

Tinmel, témoin de neuf siècles d’histoire

Nichée dans l'Atlas, la bourgade de Tinmel est le point de départ de l'épopée Almohade, devenue aux XIIᵉ et XIIIᵉ siècles le berceau de la Dynastie. Sous le règne du Souverain almo…
Sur les traces du tueur de la rue d'Enghien

Sur les traces du tueur de la rue d’Enghien

Auteur de la tuerie qui a causé la mort de trois membres de la communauté kurde le 23 décembre dernier à Paris, William Malet a reconnu en garde à vue entretenir «une haine des étr…
Stress hydrique : le Maroc toujours assoiffé

Stress hydrique : le Maroc toujours assoiffé

2022 a été une des pires années de sécheresse du Royaume. Mais le stress hydrique n’est plus un phénomène conjoncturel. C'est une réalité structurelle qui alarme les experts. Selon…
Baisser le thermostat terrestre

Baisser le thermostat terrestre

«Refroidir» la planète grâce à la technologie … «refroidir» la planète grâce à des particules capables de renvoyer une partie de la chaleur solaire dans l’atmosphère ? L’idée peut …
Qu’est-ce que le burn-out parental ?

Qu’est-ce que le burn-out parental ?

Selon l’émission la Matrescence, le burn-out parental est un syndrome qui touche les parents exposés à un stress chronique en raison de l’absence de ressources suffisantes pour…
Image d'illustration © DR

Télétravail et droit à la déconnexion

Avec le télétravail, nos activités professionnelles envahissent nos salons, nos chambres et notre intimité. Afin d’assurer le respect des temps de repos et de congé ainsi que d…
Image d'illustration © DR

Le minimalisme : comment l’adopter ?

Pourquoi vivre avec beaucoup quand on peut se contenter de peu ? Ainsi est le concept du minimalisme, un moyen de reprendre le contrôle de sa vie. Dans le cadre de ce mode de v…
Photo d'illustration © DR

Les origines du féminisme au Maroc

Dans cet épisode de Radio Maarif, la professeure Latifa El Bouhsini explique les origines du féminisme au Maroc. Entre la bataille pour l'enseignement et la lutte pour l'égalit…



Pavé parallax 1