Temps de lecture : 10 minutes

Accueil / Monde / Islamabad vs Téhéran : un ancien conflit qui refait surface au Proche-Orient

Islamabad vs Téhéran : un ancien conflit qui refait surface au Proche-Orient

Temps de lecture : 10 minutes

Gros plan

Temps de lecture : 10 minutes

24.762 Palestiniens sont morts à Gaza depuis le 7 octobre dernier. 62.108 autres ont été blessés. De nombreuses victimes sont toujours coincées sous les décombres en attendant les secours qui peinent à arriver. En mer Rouge, les attaques des Houthis contre les navires de commerce occidentaux se poursuivent. La situation au Proche-Orient ne cesse de se dégrader. Et dernier événement en date, le conflit qui a resurgit en début de semaine entre le Pakistan et l’Iran. Voilà, pour l’heure, ce que l’on sait de la situation dans la région.

Temps de lecture : 10 minutes

Cette semaine, alors que la guerre dans la bande de Gaza est à son 105ᵉ jour et que les attaques des rebelles houthis du Yémen contre des navires de commerce en mer Rouge se poursuivent, c’est un autre conflit qui resurgit. Les tensions qui existent depuis des décennies entre le Pakistan et l’Iran sont montées d’un cran mardi et font craindre l’embrasement dans la région.

Ce qui s’est passé

La première salve de cette séquence d’événements rapides a commencé mardi lorsque Téhéran a mené des frappes sur la province pakistanaise du Baloutchistan – tuant deux enfants et en blessant plusieurs autres, selon les autorités pakistanaises. L’Iran a affirmé qu’il n’avait «ciblé que des terroristes iraniens sur le sol du Pakistan» et qu’aucun ressortissant pakistanais n’avait été visé.

Islamabad vs Téhéran : un ancien conflit qui refait surface au Proche-Orient

© Lou Robinson / CNN à partir des données fournies par le ministère pakistanais des Affaires étrangères.

Selon Téhéran, les raids aériens menés au moyen de «des drones et des missiles» ont ciblé Jaish al-Adl, un groupe armé, près de la ville de Panjgur, au sud-ouest du Pakistan, frontalière avec l’Iran. Téhéran accuse Jaish al-Adl de multiples attentats dans le passé. Le dernier en date aurait été mené contre la ville iranienne de Rask, dans la province du Sistan-Baloutchestan, au sud-est du pays, a déclaré le ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amirabdollahian, présent à Davos à l’occasion du Forum économique mondial. Soulignant que même si l’Iran respectait la souveraineté et l’intégrité territoriale du Pakistan, le diplomate a affirmé que le pays ne ferait aucun compromis sur sa propre sécurité.

Lire aussi : Les armées du monde sur le pied de guerre

En colère, le Pakistan a qualifié cette frappe de «violation flagrante du droit international et de l’esprit des relations bilatérales entre le Pakistan et l’Iran».

Qui est Jaish al-Adl ?

Jaish al-Adl (JaA) est un groupe militant musulman sunnite extrémiste. Il s’agit d’une émanation de Jundallah, un mouvement fondé par Abdulmalek Regi vers 2002, dirigée par lui jusqu’à son exécution par le gouvernement iranien en 2010 et ayant prêté allégeance au groupe Daech basé en Irak et en Syrie. À la suite de la mort de Regi, plusieurs groupes dissidents se sont formés, JaA devenant le groupe le plus influent vers 2012.

Fakhar Hayat Kakakhel, chercheur et journaliste basé au Pakistan qui suit la violence des groupes militants dans la région, a déclaré : «C’est un groupe anti-chiite qui adhère à l’idéologie salafiste. Jaish al-Adl diffuse ses messages et sa propagande sur les chaînes Telegram de la région en persan et en anglais. Les chaînes opèrent sous différents noms, notamment Jaish al-Adl, Al-Furqan et Khorasan Front.»

Le mouvement musulman salafiste est une école de pensée distincte au sein de la théologie islamique qui suit les enseignements de l’imam Ibn Taymiyyah du VIIIe siècle et de ses disciples. L’école de pensée salafiste rejette les innovations religieuses et est considérée comme plus orthodoxe que la plupart des autres courants au sein des groupes religieux musulmans.

JaA opère dans le sud-est de l’Iran et dans la province pakistanaise occidentale du Baloutchistan, une zone agitée frontalière avec l’Iran et l’Afghanistan où les frappes ont eu lieu. Le groupe anti-iranien souhaite l’indépendance des provinces iraniennes de l’est du Sistan et du sud-ouest du Baloutchistan, au Pakistan. Ces objectifs en font un objectif commun aux deux gouvernements.

Islamabad vs Téhéran : un ancien conflit qui refait surface au Proche-Orient

Des militants du groupe Jaish al-Adl (image d’archives). © DR

Le mouvement qui affirme rechercher, en plus, davantage de droits et de meilleures conditions de vie pour la minorité ethnique baloutche, victime de discrimination, a revendiqué la responsabilité de plusieurs attaques ces dernières années contre les forces de sécurité iraniennes dans la province du Sistan-Baloutchestan, au sud-est de l’Iran.

Le Pakistan insiste sur le fait que le groupe n’a aucune présence organisée dans la province ou ailleurs, mais reconnaît que certains militants pourraient se cacher dans des zones reculées du Baloutchistan.

En représailles, Islamabad a donc riposté deux jours plus tard avec ce que le pays a appelé une «série de frappes militaires de précision hautement coordonnées et spécifiquement ciblées» contre plusieurs cachettes séparatistes présumées au Sistan et au Baloutchistan. C’est première frappe aérienne sur le sol iranien depuis la guerre Iran-Irak de 1980-88.

Lire aussi : 2024, l’année de test pour les démocraties

«C’est la première fois que le Pakistan frappe l’Iran, mais c’est aussi la première fois que l’Iran est visé par un tir de missiles sur son territoire depuis une trentaine d’années», a déclaré le consultant en géostratégie, spécialiste du Proche-Orient et auteur de l’ouvrage “Le Démiurge et le chaos, les présidents américains et le Moyen-Orient” (éd. du Félin), Marc Goutalier.

Le ministère pakistanais des Affaires étrangères a déclaré qu’un certain nombre de militants avaient été tués : au moins 10 personnes – toutes des ressortissants pakistanais –, selon l’agence de presse iranienne, Tasnim, citant le vice-gouverneur de la région, qui a déclaré que les autorités enquêtaient sur la façon dont ces personnes s’étaient «installées dans le village».

Plus tôt, le Pakistan avait rappelé son envoyé de Téhéran dans une série de démarches pour montrer son mécontentement face à l’attaque iranienne. Il a également déclaré qu’il interdirait à l’ambassadeur d’Iran à Islamabad – qui est actuellement hors du Pakistan – de revenir à la mission.

Mais le communiqué du ministère pakistanais publié jeudi a aussi laissé entendre qu’Islamabad ne voulait pas provoquer une escalade des tensions. Le Pakistan se plaint depuis des années du fait que les combattants séparatistes disposaient de «refuges et sanctuaires» en Iran. Dans son communiqué, le pays a déclaré qu’il avait été contraint de prendre les choses en main avec les frappes de jeudi.

Pourquoi maintenant ?

La lutte des deux pays contre les séparatistes opérant de part et d’autre de leurs frontières respectives n’est pas nouvelle. L’Iran et le Pakistan, doté de l’arme nucléaire, se sont longtemps suspectés l’un l’autre des attaques militantes qui sont survenues, s’accusant mutuellement de fermer les yeux sur les militants.

Ces derniers partagent une frontière de 900 km, gardée par les forces de sécurité des deux côtés, avec une contrebande effrénée de différentes marchandises, notamment de l’essence et du diesel iraniens. La majeure partie du carburant du Pakistan provient du Proche-Orient, mais une bonne quantité de pétrole passe clandestinement par la frontière occidentale avec l’Iran.

Écouter aussi : Iran : pourquoi une opposition unie ne parvient pas à émerger ?

Mais les frappes de Téhéran sont motivées en grande partie par les inquiétudes croissantes de l’Iran concernant la menace de violence militante intérieure à la suite des attentats à la bombe du 3 janvier revendiqués par le groupe affilié à Daech. «Il y a beaucoup de pression intérieure pour “faire quelque chose”, et les dirigeants répondent à cette pression», rapporte Reuters, citant Gregory Brew, analyste chez Eurasia Group, un cabinet international de conseil en risques.

La goutte de trop

Pour l’Iran, le déclencheur de la flambée de violence a été un bombardement dévastateur du 3 janvier qui a tué près de 100 personnes lors d’une cérémonie dans la ville de Kerman, dans le sud-est du pays, pour commémorer le commandant Qassem Soleimani, tué par un tir de drone américain en 2020.

Lire aussi : Iran : 84 morts suite à un attentat à la bombe

Soleimani, l’architecte de la volonté de l’Iran d’étendre son influence à travers le Proche-Orient, était un héros pour les partisans de la ligne dure. Téhéran a publiquement juré de se venger de l’État islamique, le groupe militant ultra-dur des musulmans ensoleillés qui a revendiqué la responsabilité de l’attentat. Un iranien proche des religieux au pouvoir a décrit l’attentat de Kerman comme «un embarras pour les dirigeants» qui a montré la vulnérabilité de la sécurité iranienne.

La frappe iranienne de mardi visait ainsi à démontrer les capacités des organisations de sécurité alors que les Iraniens s’inquiètent du manque de sécurité dans le pays, a déclaré la source iranienne.

L’analyste a, par ailleurs, déclaré que la frappe iranienne visait également à signaler sa détermination, tant à ses ennemis qu’à ses alliés, à se défendre dans le contexte de la crise régionale autour de Gaza.

«La désescalade serait difficile dans l’immédiat, compte tenu des tensions et des températures élevées en jeu», a déclaré à Reuters Michael Kugelman, directeur de l’Institut de l’Asie du Sud au Wilson Center, un groupe de réflexion basé à Washington. «Le risque d’escalade n’est pas à exclure, car la situation régionale est plutôt volatile. Mais la priorité de l’Iran se trouve au Moyen-Orient avec ce qu’il se passe à Gaza et au Yémen. Un conflit avec le Pakistan serait finalement parasite. Ce n’est pas l’intérêt de l’Iran et ce n’est pas non plus une menace sécuritaire majeure», a affirmé Marc Goutalier.

Regarder aussi : Iran-Arabie Saoudite, une réconciliation sous parrainage chinois

Aucun ne semblant toutefois prêt à entrer en conflit, Kugelman a déclaré que les deux pays pourraient accueillir favorablement un dialogue bilatéral et une éventuelle médiation tierce de la part d’un pays comme la Chine, qui entretient de bonnes relations et une influence avec les deux pays. «La diplomatie sera désormais cruciale», a-t-il assuré.

Laissez-nous vos commentaires

Temps de lecture : 10 minutes

La newsletter qui vous briefe en 5 min

Chaque jour, recevez l’essentiel de l’information pour ne rien rater de l’actualité


Et sur nos réseaux sociaux :

conflit

France : un imam expulsé, Darmanin vante une «France plus forte»

Accusé en début de semaine d’avoir proféré, dans ses prêches, des appels à la haine visant les femmes, les Juifs ou encore ou une société fr…
conflit

A l’approche de Ramadan, les Gazaouis sont dans l’impasse

Depuis le 7 octobre, au moins 29.313 personnes ont été tuées et 69.333 autres blessées lors des attaques israéliennes sur Gaza, a rapporté c…
conflit

Posément, Rabat et Paris se retrouvent après «une longue traversée du désert»

Un mois après sa nomination aux Affaires étrangères françaises, Stéphane Séjourné l’avait annoncé. «Le président de la République m’a demand…
conflit

Biden v. Trump : bis repetita ?

Le 6 novembre prochain, les Américains se réveilleront peut-être avec un tout nouveau président. D’ici-là, la course est encore ouverte. À c…
conflit

«Les portes de l’enfer se sont ouvertes» à Rafah la nuit dernière

L’armée israélienne a intensifié, dans la nuit du dimanche à lundi, ses attaques contre Rafah, dans le sud de Gaza, alors qu’elle se prépare…
conflit

La politique de la Chine unique, une affirmation de l’intégrité territoriale

Le Royaume, par le biais de son ambassade basée à Pékin, a réitéré hier son adhésion à la politique de la Chine unique (One China Policy), f…
conflit

Guerre au Proche-Orient : le «jour d’après» se dessine-t-il déjà ?

Au 118ᵉ jour de guerre qui a fait près de 26.751 morts et 64.636 blessés du côté palestinien, l’après-guerre se discute en coulisses. Dans c…
conflit

Loi immigration française : le Conseil des Sages tranche, la droite dénonce un «abus»

«Jamais la République n’a eu une loi aussi dure contre les étrangers délinquants», s’est félicité jeudi soir le ministre français de l’Intér…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Poster commentaire