Temps de lecture : 4 minutes


Entreprises au Maroc : quels enjeux économiques ?

Temps de lecture : 4 minutes

Catégorie Économie , Gros plan

Temps de lecture : 4 minutes

Le Conseil national de l’entreprise de la Confédération générale des entreprises du Maroc s’est tenu le 17 janvier. La ministre de l’Économie et des Finances, Nadia Fettah Alaoui, a saisi l’occasion pour détailler les différents chantiers fiscaux qui concernent le secteur privé dans la loi de Finances 2023. Le point avec Abdellah El Fergui, président de la Confédération des TPE/PME.

Temps de lecture : 4 minutes

La loi de Finances pour l’année 2023 (LF 2023) prévoit plusieurs changements fiscaux. La Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) a tenu, le 18 janvier, son Conseil national de l’entreprise, en présence de la ministre des Finances, Nadia Fettah Alaoui. Au cours de cette réunion, la ministre a passé en revue les dispositions de la LF 2023. De plus, elle s’est attardée sur les perspectives de l’économie nationale et les grands chantiers fiscaux engagés par son département concernant le secteur privé.

S’adressant aux représentants de ce secteur, la ministre a déclaré : «Votre mobilisation est capitale. Le gouvernement ne peut pas agir seul pour assurer le développement économique». Elle ajoute : «Nous vous attendons pour davantage d’innovation, de valorisation du capital humain et de sa formation, de création d’emploi et de richesse, et d’investissement massif dans toutes les régions du Royaume».

Contacté par la rédaction de LeBrief, Abdellah El Fergui, président de la Confédération des Très petites entreprises (TPE) et Petites et moyennes entreprises (PME), nous a accordé une interview sur ce sujet. Selon lui, «les dispositions de la LF 2023 ne correspondent pas aux attentes des TPE ni des PME, surtout après les trois années de crise liées à l’inflation, à la Covid-19, à la hausse des prix et à la sécheresse (…) c’est comme si on enrichit les riches et on appauvrit les pauvres».

En outre, au Maroc, il y a une guerre de chiffres. Ceux qui sont présentés par certaines institutions ne reflètent pas la réalité, selon notre interlocuteur.

Lire aussi : Loi de Finances 2023 : zoom sur la fiscalité des particuliers et des auto-entrepreneurs

 

Les entreprises sont-elles satisfaites ?

La LF 2023 n’inquiète aucunement les entreprises nationales. C’est ce qu’a exprimé Chakib Alj, le président de la CGEM. «Le patronat parle au nom des grandes entreprises sans prendre en compte les PME et les TPE. Ce n’est pas une affirmation réaliste», souligne Abdellah et Fergui.

Par ailleurs, Chakib Alj a rappelé les engagements du gouvernement, notamment que la réforme de la Taxe sur la valeur ajoutée (TVA) et celle de la fiscalité locale soient traitées dans la LF 2024.

Le président de la Confédération des TPE/PME nous explique que «la CGEM avait présenté ses 15 recommandations au gouvernement. Celles-ci n’ont pas été prises en compte. Il y a un jeu entre les deux parties, c’est donnant donnant. En revanche, les TPE et PME sont en dehors de tout cela». 

S’agissant du budget alloué à la charte d’investissement, Nadia Fettah Alaoui a indiqué que le gouvernement a consacré plus de trois milliards de DH (MMDH) à cette stratégie. Pour Abdellah El Fergui, ce montant n’est pas suffisant. «L’ex-ministre de l’Industrie, du Commerce, de l’Investissement et de l’Économie numérique, Moulay Hafid Elalamy, avait consacré à la stratégie de l’accélération industrielle 20 MMDH. Alors si on compare ce montant au budget présenté dans la LF 2023, on remarque qu’il y a une grande différence». 

Lire aussi : Le taux de croissance fixé par le NMD irréalisable

 

Des ambitions irréalistes

Le gouvernement ambitionne d’atteindre une part de 65% d’investissement privé à l’horizon 2035. Notre interlocuteur considère que c’est un objectif irréaliste. «Pour atteindre cet objectif, il faut d’abord associer les TPE et les PME comme ont fait plusieurs pays. Leur contribution à l’économie du Maroc est très importante». Il ajoute : «Le secteur privé, ce n’est pas le patronat ou les grandes entreprises. 95% des sociétés sont des TPE et PME. C’est cela la réalité du secteur privé au Maroc». 

Enfin, notre intervenant a proposé de créer une agence qui accompagne les TPE et PME dans toutes les régions du Maroc. Pour rappel, la LF 2023 a fixé le taux de l’impôt sur les sociétés retenu à la source à 5%. Cela concerne les rémunérations allouées aux personnes morales soumises à l’impôt sur les sociétés et versées par l’État, les collectivités territoriales et les établissements et entreprises publics et leurs filiales.

Entrepreneuriat : comment être "IPO ready" ?

Entrepreneuriat : comment être « IPO ready » ?

Une "Initial public offering" (IPO), ou introduction en bourse, définie la cotation des actions d’une société sur un marché boursier. C’est un moyen important pour les entreprises …
Maroc-Espagne : un nouveau souffle à la coopération économique

Maroc-Espagne : un nouveau souffle pour la coopération économique

C’était la première étape de la Rencontre de haut niveau (RHN) entre le Maroc et l’Espagne, qui s’étale sur deux jours, à l’initiative de la Confédération générale des entreprises …
FMI : quelle croissance économique en Afrique et dans le monde en 2023 ?

FMI : quelle croissance économique en Afrique et dans le monde en 2023 ?

Le Fonds monétaire international (FMI) a légèrement revu à la hausse ses prévisions de croissance économique mondiale pour cette année. Elles sont estimées à 2,9% pour 2023 et à 3,…
CRI

Charte de l’investissement : le soutien étatique fixé

Encourager l'acte d'investir. C'est le but ultime de la nouvelle Charte de l'investissement dont l'exécutif a amorcé la mise en œuvre à travers un premier décret d'application adop…
Viandes rouges : des mesures pour contrer la flambée des prix

Viandes rouges : des mesures pour contrer la flambée des prix

Ces deux dernières semaines, les prix de la viande rouge sont montés en flèche au Maroc. Dans les abattoirs, le prix de la viande ovine varie entre 90 et 100 DH le kilogramme (kg) …
Crise économique : le FMI évalue la performance du Maroc

Crise économique : le FMI évalue la performance du Maroc

La sécheresse et les conséquences économiques de l'invasion russe en Ukraine ont affecté l'économie marocaine en 2022. Malgré les efforts déployés par le gouvernement pour remédier…
SCRT : amélioration des recettes fiscales et non fiscales à fin décembre

SCRT : amélioration des recettes fiscales et non fiscales à fin décembre

Le ministère de l'Economie et des Finances vient de publier un document sur la situation des charges et ressources du Trésor (SCRT) au titre du mois de décembre 2022. Le document f…
Maroc-Espagne : le roi Mohammed VI se félicite du développement de la coopération bilatérale

Maroc-Espagne : un forum économique aux attentes majeures

Ayant presque le statut d’un sommet, la réunion de haut niveau (RHN) entre le Maroc et l’Espagne se tiendra les 1ᵉʳ et 2 février 2023 à Rabat, avec une représentation importante de…