Une station-service

Temps de lecture : 4 minutes


Comment la hausse des prix des carburants a chamboulé le quotidien des Marocains

Temps de lecture : 4 minutes

Catégorie Société , Gros plan

Temps de lecture : 4 minutes

Le carburant coûte cher, voire très cher. À 17 DH l’essence et près de 15 DH le gasoil, les prix ont progressé de manière vertigineuse et ils ne sont pas près de baisser de si tôt. Cette hausse se fait déjà ressentir dans le portefeuille des Marocains, contraints de changer leurs habitudes pour limiter leurs dépenses en carburant.

Temps de lecture : 4 minutes

Depuis le début de la guerre en Ukraine, les prix des carburants subissent des augmentations inédites. Des hausses qui pourraient s’exacerber davantage, voire même s’installer dans la durée.

Avec des tarifs atteignant les 17 DH le litre, des milliers de Marocains ont été obligés de changer leurs habitudes, surtout ceux qui utilisent leurs voitures au quotidien. Désormais, le moindre déplacement devient un poste de dépenses. La hausse, qui a durement impacté leur porte-monnaie, devient plus difficile à supporter.

 

Le plein n’est plus tendance

Pour les personnes qui dépendent entièrement de leur véhicule, le plein de carburant, essence ou diesel est devenu rare. Il faut débourser une fortune pour pouvoir simplement se déplacer de la maison au lieu du travail.

Remplir le réservoir devient coûteux. Ceux qui dépensaient 450 DH pour un plein il y a quelques mois payent aujourd’hui en moyenne entre 650 et 700 DH pour une durée maximale d’autonomie de 10 jours si les déplacements sont fréquents. Dans le cadre de cette conjoncture, c’est forcément avec beaucoup d’attention que l’on regarde le compteur tourner dans les stations-service.

Certaines personnes ont même fait le choix de ne remplir le réservoir de leur véhicule que lorsqu’ils en ont besoin, tout en regroupant tous leurs déplacements dans un seul trajet.

«Désormais, dès que je termine mon travail, je passe faire mes courses, puis je rends visite à mes parents, avant de rentrer chez moi pour ne plus sortir après», indique une jeune maman, chargée de clientèle dans une banque à Rabat.

Lire aussi : Carburants : les prix sont nettement repartis à la hausse 

 

Transports en commun et covoiturage

Pour limiter les frais, le recours aux transports commun est devenu une évidence. Sofiane, responsable dans une agence de communication au centre-ville, a fait le choix depuis quelques semaines de prendre le tramway pour aller à son travail, même si le trajet est devenu plus long. «C’est plus fatigant, mais c’est économique. Il faudrait qu’on prenne d’autres habitudes avec cette hausse des prix», explique-t-il.

Comme lui, bon nombre de Marocains ont dû changer leurs comportements, en utilisant moins leurs voitures. Certains ont opté pour le covoiturage comme solution, notamment les salariés ayant des horaires de travail et un parcours domicile-boulot similaire. Financièrement, c’est avantageux puisque cela leur permet d’économiser en moyenne un plein sur trois.

Autre solution : la trottinette électrique. C’est tendance et c’est un moyen qui a de plus en plus de succès avec une hausse de ventes de près de 20% par rapport à l’année dernière.

Ses multiples avantages poussent d’ailleurs plusieurs personnes à se les procurer pour les petits trajets urbains et on les voit déjà circuler à Casablanca. Seul problème : cette solution ne peut s’appliquer à tous les cas, faute d’infrastructures adaptées. Reste l’autre mode traditionnel : le vélo qui commence déjà à se faire une place à Marrakech, dans l’attente de voir ce moyen de transport écologique sillonner les rues des autres villes.

Lire aussi : Prix des carburants : aucune mesure supplémentaire n’est envisagée par le gouvernement

 

Basculer vers l’électrique ?

Cette flambée des prix des carburants à la pompe laisse présager que les motorisations hybrides et électriques vont progresser dans les volumes de vente automobiles. Selon les chiffres de l’Association des importateurs de véhicules au Maroc (AIVAM), en 2020, 1.018 véhicules essentiellement hybrides ont été vendus, alors qu’en 2021, les ventes ont explosé, s’élevant à 4.196 unités, contre 267 pour les voitures électriques qui demeurent moins commercialisées.

Il est clair que leur prix d’achat est nettement plus élevé, mais à l’usage, les coûts s’avèrent moins chers que ceux d’un véhicule à moteur thermique. Certains automobilistes seraient tentés de se tourner vers l’électrique, mais certaines contraintes persistent, comme le faible réseau des bornes de recharge, limité à 100 unités dans tout le Royaume.

Maroc, carburants

Recommandé pour vous

Stress hydrique : les villes marocaines en souffrance

Temps de lecture : 3 minutes

Le changement climatique n’a épargné aucune région du monde. Au Maroc, la sécheresse, la désertification accélérée, l’asséchement des barrages …

Covid-19 : « la 4e vague au Maroc ne va pas durer »

Temps de lecture : 4 minutes

Frôlant les 4.000 cas par jour, le nombre de contaminés à la Covid-19 enregistré par jour a plus que doublé. Un taux relativement élevé et qui …

Avortement : entre crime et liberté individuelle

Temps de lecture : 4 minutes

Aux États-Unis, la Cour suprême à Washington a mis fin à la protection fédérale du droit à l’avortement. Un séisme juridique qui a déclenché l’…

Éducation : les mesures adoptées pour réhabiliter les établissements scolaires

Temps de lecture : 5 minutes

Le ministre de l’Éducation nationale, du Préscolaire et des Sports, Chakib Benmoussa, est intervenu, lundi 27 juin, à la Chambre des représenta…

Drame de Melilia : retour sur ce qui s’est passé

Temps de lecture : 6 minutes

Les opérations dissuasives menées par les forces de l’ordre marocaines et espagnoles ne découragent pas les candidats à la migration illégale. …

Eaux de baignade : 88,14% des plages marocaines déclarées conformes

Temps de lecture : 5 minutes

La saison estivale 2022 est marquée par la relance du secteur touristique. L’ouverture des frontières maritimes et aériennes, ainsi que le lanc…

Covid-19 : une nouvelle vague s’installe au Maroc

Temps de lecture : 4 minutes

Le Maroc enregistre une nouvelle détérioration de la situation épidémiologique. Bien que le nombre d’infections ne soit pas encore alarmant, ma…

Harcèlement sexuel : comprendre l’affaire Jacques Bouthier

Temps de lecture : 4 minutes

Emprisonné en France depuis mai dernier, l’ancien PDG du groupe Assu 2000, rebaptisé Vilavi, a fait l’objet de quatre plaintes déposées par de …

Étudiants marocains d’Ukraine, un dossier qui sera résolu en juillet

Temps de lecture : 6 minutes

Le dossier des étudiants marocains rentrés d’Ukraine sera définitivement réglé en juillet prochain. C’est ce qu’a indiqué, mardi 21 juin à Raba…

Maroc : l’abolition de la peine de mort n’est toujours pas envisagée

Temps de lecture : 5 minutes

Au Maroc, bien que les peines de mort soient encore prononcées, leurs exécutions sont toujours reportées. Depuis les exécutions effectuées en 1…

Code pénal : le CNDH présente un projet d’avis sur les peines alternatives

Temps de lecture : 5 minutes

Le Conseil national des droits de l’Homme (CNDH) a examiné, samedi 18 juin, à Rabat, lors de la 8eme session de son assemblée générale ordinair…

Aïd Al-Adha : quid des prix du cheptel

Temps de lecture : 5 minutes

Prévu début juillet, Aïd Al-Adha est non seulement une fête religieuse, mais aussi une tradition culturelle particulière. Pour cette célébratio…