Temps de lecture : 4 minutes


AMO : quid des nouvelles modalités

Temps de lecture : 4 minutes

Catégorie Société , Gros plan

Temps de lecture : 4 minutes

Le Maroc a franchi un grand pas dans la réalisation du chantier royal de la généralisation de la protection sociale. Pour chaque catégorie de la société, le gouvernement a mis en place des modalités adaptées pour bénéficier de l’Assurance maladie obligatoire (AMO). Quant aux adhérents à l’ancien Régime d’assistance médicale, ils sont passés à l’AMO. Le point.

Temps de lecture : 4 minutes

Le projet national de généralisation de la protection sociale commence à prendre forme. Il reflète l’engagement de l’État à assurer aux citoyens un régime unifié de l’Assurance maladie obligatoire de base (AMO), abstraction faite de leur statut social ou économique. La promulgation de la loi 65-00 en 2002 portant code de la couverture médicale de base était un premier pas que le Maroc a franchi dans ce sens. C’était un préalable à l’entrée en vigueur de l’AMO en 2005. Ensuite, le pays avait adopté le Régime d’assistance médicale (RAMED) en mars 2012.

Concrètement, l’AMO garantit, pour les assurés et les membres de leurs familles à charge, «la couverture des risques et frais de soins de santé inhérents à la maladie ou l’accident, à la maternité et à la réhabilitation fonctionnelle. Ainsi, elle donne droit au remboursement et éventuellement à la prise en charge directe des frais de soins curatifs, préventifs et de réhabilitation médicalement requise par l’état de santé du bénéficiaire», explique la Caisse nationale de la sécurité sociale (CNSS).

En outre, le système de l’AMO a mis en place de nouvelles modalités adaptées à chaque catégorie sociale et professionnelle.

Lire aussi : Couverture sanitaire universelle : on y est !

 

Les catégories concernées

Le projet de loi n°27.22 modifiant et complétant la loi n°65.00 définit les nouvelles catégories cibles de la couverture médicale de base. Il s’agit des :

  • Fonctionnaires et agents de l’État, des collectivités locales et des établissements publics ;
  • Personnes assujetties au régime de sécurité sociale en vigueur dans le secteur privé ;
  • Titulaires des pensions des secteurs public et privé ;
  • Professionnels et travailleurs indépendants, outre les personnes exerçant une profession libérale et les titulaires de pensions parmi cette catégorie ;
  • Personnes incapables de payer les cotisations (les pensionnaires d’institutions caritatives, d’orphelinats, de refuges, d’institutions de rééducation) ou de toute institution publique ou privée à but non lucratif ;
  • Anciens résistants et membres de l’armée de libération ;
  • Étudiants de l’enseignement public et privé.

Lire aussi : AMO : adoption d’un projet de loi dédié aux personnes inactives

 

Les nouvelles modalités

La Chambre des conseillers a adopté le projet de loi N° 60.22 portant sur le régime de l’AMO dédié aux personnes capables de s’acquitter de leurs cotisations et n’exerçant aucune activité rémunérée ou non rémunérée. «Ce projet de loi détermine la catégorie éligible pour bénéficier de ce régime, à savoir les personnes dont la capacité à s’acquitter des cotisations a été prouvée, et qui ne sont soumises à aucun autre régime de l’AMO, tout en adoptant le système de ciblage des bénéficiaires des programmes de soutien social en vigueur, en tant que mécanisme de détermination de la capacité contributive», a précisé, le 4 janvier, Mustapha Baïtas, porte-parole du gouvernement.

De plus, le texte stipule que les montants des cotisations obligatoires de ce régime sont fixés selon les assiettes de cotisations tirées du système de ciblage des bénéficiaires. Ces deniers sont inscrits dans les programmes de soutien social.

Enfin, l’opération d’adhésion a été ouverte progressivement à trois millions de citoyens relevant de la catégorie des travailleurs non-salariés et des professions libérales. Il s’agit des agriculteurs, commerçants, artisans, auto-entrepreneurs, journalistes, cadres sportifs et autres. Le dernier Bulletin officiel publié le 30 novembre 2022 détaille les cotisations pour chaque sous-catégorie.

Grippe saisonnière : le citoyen inquiet

Grippe saisonnière : le citoyen de plus en plus inquiet

La grippe saisonnière inquiète tout le monde autant que la Covid-19. À l’échelle nationale, plusieurs citoyens ont affirmé présenter des symptômes grippaux plus sévères que d’habit…
Concours du barreau : Ouahbi entre le marteau et l’enclume

Concours d’accès au barreau : Ouahbi entre le marteau et l’enclume

Après sa déclaration provocatrice, le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, a provoqué un tollé. L’acharnement médiatique contre lui a commencé lorsqu’il a répondu à un journa…
Forum de la MAP : Ouahbi s'explique sur la polémique du concours d’accès aux barreaux

Concours d’accès aux barreaux : les explications de Ouahbi

Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, était, mardi 24 janvier, l'invité du Forum de la MAP, qui s’est tenu sous le thème "Code pénal : les enjeux de la réforme". Cette renc…
Grand froid : à la rescousse des zones enclavées

Grand froid : à la rescousse des zones enclavées

Sur instructions royales, la Fondation Mohammed V pour la solidarité a mis en place l’action solidaire "Grand Froid" dans les zones les plus touchées par la vague de froid inhabitu…
Le Maroc séduit toujours les retraités français

Le Maroc séduit toujours les retraités français

Même si la Grèce et le Portugal sont les nouvelles destinations favorites des Français à la recherche d'un supplément de qualité de vie, le Maroc conserve ses adeptes. Le Royaume a…
Stress hydrique : les dernières pluies sauveront elles la donne ?

Stress hydrique : les avantages et les inconvénients de la vague de froid

La sécheresse est l'un des principaux défis auxquels le Maroc est confronté. Ces derniers mois, la hausse des températures et la pénurie des précipitations, provoquées par le chang…
CMC : comment consolider l’économie nationale ?

CMC : comment consolider l’économie nationale ?

Le Centre marocain de conjoncture (CMC) vient de publier son Bulletin thématique intitulé "État social et développement humain". Sous le n°55-56, ce dernier rapport annuel du Centr…
NARSA : le programme d'action pour 2023 dévoilé

NARSA : le programme d’action pour 2023 dévoilé

L’Agence nationale de la sécurité routière (NARSA) a dévoilé, mardi 17 janvier à Rabat, les grandes lignes de son programme d’action au titre de l’exercice 2023. Lors d’un point de…