Aïd Al-Adha

Temps de lecture : 5 minutes


Aïd Al-Adha : quid des prix du cheptel

Temps de lecture : 5 minutes

Catégorie Société , Gros plan

Temps de lecture : 5 minutes

La flambée actuelle des prix, liée à la crise économique internationale, risque d’impacter la célébration de Aïd Al-Adha. Les carburants, les produits alimentaires et non alimentaires comme la nourriture du bétail ont en effet tous connu d’importantes hausses tarifaires. Quel impact sur les prix des bêtes destinées à l’abatage ? Le point.

Temps de lecture : 5 minutes

Prévu début juillet, Aïd Al-Adha est non seulement une fête religieuse, mais aussi une tradition culturelle particulière. Pour cette célébration, les familles marocaines se précipitent pour choisir la meilleure bête à sacrifier. Cependant, ces dernières années ont été marquées par la sécheresse, la pandémie de la Covid-19 et les tensions politiques, notamment la guerre en Ukraine. Ainsi, une crise économique s’est installée dans le monde entier, y compris au Maroc. Cela a gravement impacté le pouvoir d’achat des Marocains et leur situation financière.

Jusqu’au 16 juin, six millions de têtes d’ovins et caprins, destinés à l’abattage de l’Aïd Al-Adha 1443, ont été identifiées. C’est ce qu’a annoncé le ministère de l’Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural et des Eaux et forêts. Ce dernier a qualifié l’état sanitaire du cheptel de «globalement satisfaisant». Selon la tutelle, le programme d’enregistrement des unités d’élevage et d’identification a été lancé par l’Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA) depuis le 1ᵉʳ avril 2022.

Lire aussi : Aïd Al-Adha : le Marocain entre le marteau et l’enclume

 

La demande face à l’offre : un grand écart

Pour cette année, l’offre en ovins et caprins dépasse, de loin, la demande. Le nombre de bêtes destinées au sacrifice est estimé à près de huit millions, tandis que les demandes ne dépassent pas les 5,6 millions. C’est ce qu’a souligné le département de Mohamed Sadiki dans un communiqué de presse.

Par contre, en raison de l’actuelle tendance haussière des prix, les citoyens craignent les tarifs qui seront pratiqués dans les marchés nationaux du bétail. Et bien que le gouvernement ait affirmé qu’il n’y aura aucun problème en matière d’approvisionnement des différents marchés du pays, les citoyens restent sceptiques.

Joint par la rédaction de LeBrief, Rachid Benali, vice-président de la Confédération marocaine de l’agriculture et du développement rural (COMADER), livre davantage de précisions à ce sujet. «Il faut préciser qu’il y a le prix de l’éleveur, qui a haussé d’environ 10% comparé à l’année dernière. Et aussi le prix des intermédiaires qui proposent des prix très élevés aux acheteurs, notamment de 30 à 50%», précise l’intervenant.

Face à la flambée des prix du transport et des aliments du bétail, Rachid Benali nous explique que «le coût de revient est le seul concerné par cette augmentation, mais pas le prix de vente». Pour remédier à cette hausse remarquée dans les marchés nationaux, l’expert recommande d’«aller directement chez l’éleveur pour acheter moins cher. Aussi, il faut négocier les prix pour avoir les mêmes que l’année précédente. Rappelons que l’éleveur a subi les répercussions de la sécheresse et des prix élevés de cette année. Il faut donc encourager les gens à recourir à cette catégorie de vendeurs pour les aider justement à sortir de la crise».

Lire aussi : ONSSA : lancement de l’opération d’identification des ovins et des caprins pour Aïd AI-Adha 2022

 

L’éleveur n’a pas vraiment augmenté les prix

À l’approche de Aïd Al-Adha, les Marocains ont réclamé la révision des prix des moutons, qui risquent d’augmenter à cause de l’envolée des prix de l’alimentation du bétail.

En réponse, le gouvernement a mis en place une mesure relative à la taxe d’importation de ces aliments. Conformément à l’article 121-2° du code général des impôts, cette taxe a été ramenée à 10%.

Par ailleurs, Alla. E, propriétaire d’une ferme d’élevage, nous explique que «les éleveurs ont été obligés d’acheter plus d’aliments de bétail cette année. Cela est dû à la sécheresse et à la quantité réduite des aliments offerts par l’État. C’est ce qui explique la légère hausse de prix du cheptel cette année».

Rappelons que depuis le début de la guerre en Ukraine, le prix des carburants a grimpé pour atteindre des montants records. Cela a également entrainé une forte hausse des tarifs du cheptel. L’éleveur indique que «pour ceux qui se déplacent par exemple du Moyen Atlas vers le Nord pour vendre leurs moutons, c’est normal qu’ils augmentent leurs prix. C’est une distance qui est relativement importante et qui coûte à l’éleveur des frais supplémentaires».

Et à notre intervenant de conclure : «Mais en réalité, les prix ne seront pas augmentés de la même manière dans toutes les régions du Maroc. Cela dépend du pouvoir d’achat de chaque ville et région. Ce qui est certain, c’est la disponibilité de différents types de moutons dans les marchés, avec des prix qui varient selon la qualité des ovins et caprins».

Aïd Al-Adha, Maroc

Recommandé pour vous

Stress hydrique : les villes marocaines en souffrance

Temps de lecture : 3 minutes

Le changement climatique n’a épargné aucune région du monde. Au Maroc, la sécheresse, la désertification accélérée, l’asséchement des barrages …

Covid-19 : « la 4e vague au Maroc ne va pas durer »

Temps de lecture : 4 minutes

Frôlant les 4.000 cas par jour, le nombre de contaminés à la Covid-19 enregistré par jour a plus que doublé. Un taux relativement élevé et qui …

Avortement : entre crime et liberté individuelle

Temps de lecture : 4 minutes

Aux États-Unis, la Cour suprême à Washington a mis fin à la protection fédérale du droit à l’avortement. Un séisme juridique qui a déclenché l’…

Éducation : les mesures adoptées pour réhabiliter les établissements scolaires

Temps de lecture : 5 minutes

Le ministre de l’Éducation nationale, du Préscolaire et des Sports, Chakib Benmoussa, est intervenu, lundi 27 juin, à la Chambre des représenta…

Drame de Melilia : retour sur ce qui s’est passé

Temps de lecture : 6 minutes

Les opérations dissuasives menées par les forces de l’ordre marocaines et espagnoles ne découragent pas les candidats à la migration illégale. …

Eaux de baignade : 88,14% des plages marocaines déclarées conformes

Temps de lecture : 5 minutes

La saison estivale 2022 est marquée par la relance du secteur touristique. L’ouverture des frontières maritimes et aériennes, ainsi que le lanc…

Covid-19 : une nouvelle vague s’installe au Maroc

Temps de lecture : 4 minutes

Le Maroc enregistre une nouvelle détérioration de la situation épidémiologique. Bien que le nombre d’infections ne soit pas encore alarmant, ma…

Harcèlement sexuel : comprendre l’affaire Jacques Bouthier

Temps de lecture : 4 minutes

Emprisonné en France depuis mai dernier, l’ancien PDG du groupe Assu 2000, rebaptisé Vilavi, a fait l’objet de quatre plaintes déposées par de …

Étudiants marocains d’Ukraine, un dossier qui sera résolu en juillet

Temps de lecture : 6 minutes

Le dossier des étudiants marocains rentrés d’Ukraine sera définitivement réglé en juillet prochain. C’est ce qu’a indiqué, mardi 21 juin à Raba…

Maroc : l’abolition de la peine de mort n’est toujours pas envisagée

Temps de lecture : 5 minutes

Au Maroc, bien que les peines de mort soient encore prononcées, leurs exécutions sont toujours reportées. Depuis les exécutions effectuées en 1…

Code pénal : le CNDH présente un projet d’avis sur les peines alternatives

Temps de lecture : 5 minutes

Le Conseil national des droits de l’Homme (CNDH) a examiné, samedi 18 juin, à Rabat, lors de la 8eme session de son assemblée générale ordinair…

Bac 2022 : coup d’envoi des épreuves de la session ordinaire

Temps de lecture : 4 minutes

La période des épreuves du baccalauréat est de retour. Comme chaque année, cette période est très stressante pour des milliers d’élèves qui amb…