Aller au contenu principal

La Thaïlande retarde le déploiement du vaccin d’AstraZeneca

Par Nora Jaafar, Publié le 12/03/2021, mis à jour le 12/03/2021          Temps de lecture 2 min.
Teaser Media
La Thaïlande retarde le déploiement du vaccin d’AstraZeneca

Ce vendredi 12 mars, la Thaïlande a brusquement annoncé sa décision de retarder le déploiement du vaccin d’AstraZeneca contre la Covid-19, empêchant le Premier ministre Prayut Chan-O-Cha de recevoir sa première injection contre le virus. Plusieurs pays européens ont également suspendu ledit vaccin par crainte du risque de formation de caillots sanguins chez les vaccinés.

Le royaume devait commencer à administrer le vaccin AstraZeneca/Oxford ce vendredi, et Prayut devait être filmé en train de recevoir sa première dose. Toutefois, à 8h30 (01h30 GMT), l’événement a été annulé et une conférence de presse avec des responsables de la santé a été convoquée. «L’injection du vaccin pour les Thaïlandais doit être sûre, nous ne devrions pas nous précipiter», a expliqué lors d’une conférence de presse Piyasakol Sakolsatayadorn, un conseiller du comité de vaccination contre la Covid-19 du pays. «Bien que la qualité d’AstraZeneca soit satisfaisante, certains pays ont demandé un délai. Nous allons retarder (aussi)», poursuit-il.

Lire aussi : L’utilisation du vaccin d’AstraZeneca suspendue au Danemark

En effet, le Danemark, la Norvège et l’Islande ont suspendu l’utilisation du vaccin AstraZeneca/Oxford le jeudi 11 mars. De son côté, l’Autriche a cessé d’utiliser les doses du laboratoire suédo-britannique le dimanche 7 mars, après qu’une infirmière de 49 ans soit décédée de «graves problèmes de coagulation sanguine» quelques jours après avoir reçu une injection anti-coronavirus. Pour le moment, il n’y a toujours pas de lien établi entre le vaccin et les caillots sanguins, et le Danemark a souligné que sa décision n’était qu’une mesure de précaution le temps d’examiner et d’évaluer les risques en profondeur.

La Thaïlande a déjà lancé sa campagne de vaccination le mois dernier, avec le vaccin Sinovac fabriqué en Chine, et les agents de santé ont été les premiers à recevoir ces injections le 28 février. Le pays en question, qui a imposé des restrictions strictes aux personnes entrant sur son territoire pour lutter contre le virus, a réussi à limiter son impact, enregistrant seulement 26.000 cas et 85 décès.

Al Capone : la véritable histoire de Scarface

Qui est Al Capone, chef de la mafia de Chicago ? Dans cet épisode, plongez dans l’histoire épique de l’un des plus célèbres gangsters américains du XXe siècle. Surnommé Scarface, Alfonso Capone, avait...

Une affaire de droits fonciers déclenche des affrontements à Al-Qods-Est

15 Palestiniens ont été arrêtés dans la nuit du jeudi 6 au vendredi 7 mai à Al-Qods-Est, occupé par Israël, lors d’affrontements avec la police. Cette deuxième nuit consécutive d’émeutes dans le quart...

Le vaccin de Sinopharm homologué par l'OMS

C'est fait. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a donné vendredi son homologation d'urgence au vaccin anti-Covid chinois de Sinopharm fabriqué à Pékin. L'annonce a été faite par le dir...

Maldives : l'ex-président Nasheed entre la vie et la mort

L'ex-président des Maldives et actuel chef du Parlement, Mohamed Nasheed, est dans un état "critique" après avoir été visé jeudi à Malé par un attentat à la bombe. Premier chef d'État démocratiquem...

Vaccins : la Suisse et l'Allemagne s’opposent à la levée des brevets

Ce jeudi 6 mai, la chancelière allemande Angela Merkel a opposé une fin de non-recevoir à l’offre américaine de lever les brevets sur les vaccins anti-Covid-19. Pour Berlin, la capacité de production ...

Astronomie : le ciel de mai 2021

Apparition de Mercure au crépuscule, conjonction entre la Lune et Jupiter, puis entre la Lune et Mercure, éclipse dans le Pacifique... En compagnie des chroniqueurs Cyril Birnbaum et Sébastien Fontain...