Aller au contenu principal

France-Algérie : Emmanuel Macron reconnait que la mort de Boumendjel n’était pas un suicide

Par Nora Jaafar, Publié le 03/03/2021 à 10:46, mis à jour le 03/03/2021 à 16:01
         Temps de lecture 2 min.
Teaser Media
France-Algérie : Boumendjel ne s’est pas suicidé

Ce mardi 2 mars, le président français Emmanuel Macron a reconnu que les autorités françaises ont «torturé et assassiné» le militant algérien Ali Boumendjel pendant la guerre d’indépendance de son pays, requalifiant officiellement une mort qui a été présentée comme un suicide. C’est au nom de la France que Macron a fait cette déclaration lors d’une réunion avec les petits-enfants de Boumendjel. La décision du président français de communiquer sur ce crime intervient après qu’il a suscité l’indignation publique en janvier dernier en refusant de présenter des excuses officielles pour les abus commis par les autorités de la République pendant l’occupation de l’Algérie. En revanche, il avait accepté de former une «commission vérité», comme le recommande un rapport commandé par le gouvernement pour mettre en lumière le passé colonial de la France.

Notons que l’hexagone abrite des millions de personnes ayant des origines algériennes, dont des descendants d’anciens colons français, ou ayant des liens avec la terrible guerre d’indépendance de l’Algérie, qui a duré huit ans. Cette guerre a été marquée par la torture, les disparitions et les décès en prisons de militants algériens, mais les présidents français ont évité un conflit associé à l’humiliation et à la brutalité nationale. Boumendjel, nationaliste et avocat, a été arrêté pendant la bataille d’Alger par l’armée française, «placé en isolement, torturé, puis tué le 23 mars 1957», a souligné le Palais de l’Élysée dans un communiqué. «Ali Boumendjel ne s’est pas suicidé. Il a été torturé puis tué», a indiqué Macron aux petits-enfants de Boumendjel, selon la même source. 

D’après l’AFP, ce n’est pas la première fois que la cause réelle du décès du militant algérien a été dévoilée. En 2000, l’ancien chef des services secrets français à Alger, Paul Aussaresses, a avoué avoir ordonné la mort de Boumendjel et d’avoir fait passer son meurtre pour un suicide.

Le tourisme spatial, bonne ou mauvaise idée ?

Le tourisme spatial est une activité qui consiste à envoyer des civils dans l'espace. En février, la société Virgin Galactic, spécialisée dans les vols spatiaux commerciaux, a envoyé trois personnes d...

Sinopharm désormais reconnu en France, mais sous conditions

Dans un Décret publié aujourd’hui, la France a modifié les conditions d’acceptation sur son territoire des personnes vaccinées. Selon ce texte, les personnes immunisées par Sinopharm pourront désormai...

Élections en Allemagne : l’ère Merkel touche à sa fin

Les Allemands se préparent à dire au revoir à Angela Merkel, dont les 16 années en tant que chancelière prendront fin après les élections législatives de ce dimanche 26 septembre. Le 22 novembre 2005,...

Sahara : l'Espagne appelle à parvenir à une solution «mutuellement acceptable»

Lors d'un discours prononcé ce mercredi 22 septembre devant l'Assemblée générale des Nations Unies (ONU), le chef du gouvernement espagnol Pedro Sánchez, a défendu la nécessité de parvenir à une solut...

Crise des sous-marins : tout ce qu’il faut savoir

Dans ce podcast, Elise Vincent, journaliste chargée de la défense au Monde, revient sur les détails de l’affaire actuelle des sous-marins. Elle explique ainsi pourquoi la rupture du contrat entre la F...

Qui sont les grands perdants de la crise des sous-marins ?

Voilà une semaine que la crise des sous-marins a explosé entre la France, l'Australie et les États-Unis. Depuis, l'hexagone a rappelé ses ambassadeurs des deux pays et le président américain Joe Biden...