Aller au contenu principal

Climat : un sommet de l’ONU sur l’impact du changement climatique sur la paix dans le monde

Par H.L.B, Publié le 22/02/2021, mis à jour le 22/02/2021          Temps de lecture 2 min.
Teaser Media
Climat : le Conseil de sécurité convoque ses dirigeants

Le Conseil de sécurité des Nations unies tiendra ce mardi 23 février un sommet avec ses dirigeants pour débattre des effets du changement climatique sur la paix mondiale. Une question sur laquelle ses 15 membres ont des opinions divergentes. La session, convoquée par le Premier ministre britannique Boris Johnson et conduite par vidéoconférence, intervient quelques jours seulement après que les États-Unis, sous la présidence de Joe Biden, ont officiellement rejoint l’accord de Paris sur le changement climatique.

Selon l’AFP, cette réunion servira de test pour les relations entre les États-Unis et la Chine, soulignant que les deux grandes puissances pourraient enfin se mettre d’accord sur ce sujet. «Nous devrions surveiller la position des Chinois par rapport aux Américains», a déclaré un ambassadeur à l’agence.

Ce sommet «sera axé sur les aspects sécuritaires du changement climatique», précise la même source. Et d’ajouter que certains membres non permanents du Conseil, dont le Kenya et le Niger, ont clairement exprimé leurs préoccupations quant à l’impact du changement climatique sur la sécurité nationale. D’autres avancent cependant qu’ils ne veulent pas «transformer le Conseil de sécurité en un autre organe qui ne s’occupe que des questions générales de financement, d’adaptation, d’atténuation et de négociations».

Pour rappel, l’année dernière, l’Allemagne, qui siégeait au Conseil de sécurité, avait établi un projet de résolution prévoyant de créer un poste d’émissaire des Nations Unies afin de mieux encadrer les efforts onusiens en matière de prévention et d’analyse des risques. Toutefois, sous la menace d’un veto des États-Unis, de la Russie, de la Chine, Berlin n’avait pas mis ce texte au vote. Aujourd’hui, avec la nouvelle approche américaine, il y a «une porte d’opportunité» pour ce texte «resté au congélateur», estime l’ambassadeur.

La CPI ouvre une enquête sur des faits survenus dans les territoires palestiniens

Ce mercredi 3 mars, Fatou Bensouda, la procureure générale de la Cour pénale internationale (CPI), a annoncé l’ouverture d’une enquête sur d’éventuels crimes de guerre commis dans les territoires pale...

L’Arabie Saoudite adosse l'accomplissement du Hajj à la vaccination contre le coronavirus

Ce lundi 1er mars, Taoufik Rabiâa, le ministre saoudien de la Santé, a annoncé que l’accomplissement du pèlerinage sera désormais lié à la vaccination contre la Covid-19. Il a ajouté avoir ordonné la ...

France-Algérie : Emmanuel Macron reconnait que la mort de Boumendjel n’était pas un suicide

Ce mardi 2 mars, le président français Emmanuel Macron a reconnu que les autorités françaises ont «torturé et assassiné» le militant algérien Ali Boumendjel pendant la guerre d’indépendance de son pay...

États-Unis : vaccins pour tous en mai

Ce mardi 2 mars, le président américain Joe Biden a annoncé que son pays disposerait de suffisamment de vaccins anti-Covid-19 pour tous ses adultes d’ici la fin du mois de mai. Il a toutefois sou...

Accord UE-Maroc : la Cour européenne examine le recours du Polisario

Ce mardi 2 mars, journée d’ouverture d’une audience devant la 9e chambre du tribunal de l’Union européenne au Luxembourg, la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) examine le dossier du Sahara. ...

Pour l’ONU, la baisse des dons est une peine de mort contre le Yémen

Ce lundi 1er mars, Antonio Guterres, le secrétaire général des Nations Unies (ONU), a qualifié la baisse des promesses de dons pour assurer une aide au Yémen de «peine de mort». Guterres a dévoilé qu’...